Dernières Infos

Inquiétudes à Tchernobyl, nouvelles réactions nucléaires en cours

Photo: l'arche métallique installée au-dessus du réacteur numéro 4. / Tim Porter / Wikipedia Commons

35 ans après le terrible accident qui a provoqué la destruction de la centrale nucléaire de Tchernobyl, des scientifiques ont découvert que des réactions nucléaires potentiellement dangereuses continuent de se produire à l’intérieur, rapportait Science Magazine le 5 mai 2021.

Suite à l’accident de 1986, des morceaux d’uranium sont restés enfouis sous les ruines de la centrale. Et depuis peu, ils ont recommencé à s’embraser, provoquant à nouveau un phénomène de fission nucléaire. Et l’intensité de la réaction semble augmenter, d’après l’Institut pour les problèmes de sûreté des centrales nucléaires (ISPNPP) de Kiev.

Des capteurs suivent un nombre croissant de neutrons, un signal de fission, en provenance d’une pièce inaccessible, a rapporté fin avril Anatolii Doroshenko de l’Institut pour les problèmes de sûreté des centrales nucléaires (ISPNPP) à Kiev, en Ukraine, lors de discussions sur le démantèlement du réacteur. «Il existe de nombreuses incertitudes», déclare Maxim Saveliev de l’ISPNPP. «Mais nous ne pouvons pas exclure la possibilité d’un accident.» Le nombre de neutrons augmente lentement, dit Saveliev, suggérant que les gestionnaires ont encore quelques années pour comprendre comment stopper la menace. Tout remède que lui et ses collègues trouveront intéressera vivement le Japon, qui fait face aux conséquences de sa propre catastrophe nucléaire de Fukushima il y a 10 ans, note Hyatt. «C’est une ampleur similaire de danger.»

La menace ne peut être ignorée. Alors que l’eau continue de reculer, la crainte est que «la réaction de fission s’accélère de façon exponentielle», dit Hyatt, conduisant à «une libération incontrôlée d’énergie nucléaire».

Faire face à cette nouvelle menace est un défi de taille. Les niveaux de rayonnement empêchent de s’approcher suffisamment pour installer des capteurs. Pulvériser du nitrate de gadolinium sur les débris nucléaires n’est pas une option, car il est enseveli sous le béton. Une idée est de développer un robot capable de résister à l’intense rayonnement et assez longtemps pour percer des trous dans les FCM, ainsi insérer des cylindres de bore, qui fonctionneraient comme des barres de contrôle et absorbent les neutrons. Dans l’intervalle, l’ISPNPP a l’intention d’intensifier la surveillance qui a le potentiel de devenir critique.

Le spectre de la fission auto-entretenue, ou de la criticité, dans les ruines nucléaires a longtemps hanté Tchernobyl. Lorsqu’une partie du cœur du réacteur de la tranche quatre a fondu le 26 avril 1986, des barres de combustible en uranium, leur revêtement en zirconium, des barres de commande en graphite et du sable se sont déversés sur le cœur pour tenter d’éteindre l’incendie se sont fondus en lave. Il a coulé dans les sous-sols du hall du réacteur et s’est durci en formations appelées matériaux contenant du combustible (FCM), qui sont chargées d’environ 170 tonnes d’uranium irradié – 95% du combustible d’origine.

La résurgence des réactions de fission n’est pas le seul défi auquel sont confrontés les surveillants de Tchernobyl. Assiégés par des radiations intenses et une humidité élevée, les FCM se désintègrent, engendrant encore plus de poussières radioactives qui compliquent les plans de démantèlement. Au début, une formation du FCM appelée Pied d’Eléphant était si difficile que les scientifiques ont dû utiliser un fusil Kalachnikov pour en couper un morceau à des fins d’analyse. «Maintenant, il a plus ou moins la consistance du sable», dit Saveliev.

Pied d’Eléphant hautement radioactif à Tchernobyl

La crainte désormais est que « la réaction de fission augmente de façon exponentielle », détaillent les scientifiques et qu’elle ne mène à une émission incontrôlée d’énergie nucléaire. Une nouvelle explosion pourrait toutefois être contenue et ne mènerait pas à une répétition de celle de 1986, mais elle pourrait contaminer l’arche actuelle, fragilisant le site pour les décennies à venir.

Adaptation Terra Projects

Sources : https://www.sciencemag.org/ / https://www.ulyces.co/ / https://www.capital.fr/

(343)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :