Dernières Infos

Et si le Petit age glaciaire avait été provoqué par l’effondrement de l’AMOC ?

Schéma de principe illustrant les éléments constitutifs de l'AMOC et du système d'observation 26 • N. Les flèches noires représentent le transport Ekman (principalement vers le nord). Les flèches rouges illustrent la circulation des eaux chaudes dans les 1 100 m supérieurs et les flèches bleues indiquent le flux principal vers le sud des eaux profondes plus froides. Le réseau d'amarrages utilisé pour mesurer le transport géostrophique intérieur est également illustré. Credit D. A. Smeed , G. D. McCarthy , S. A. Cunningham , E. Frajka-Williams , D. Rayner , W. E. Johns , C. S. Meinen , M. O. Baringer5 , B. I. Moat , A. Duchez , and H. L. Bryden

Le PETIT ÂGE DE GLACE responsable de mauvaises récoltes, de famines et de pandémies il y a environ 600 ans dans toute l’Europe a été causé par l’effondrement de l’AMOC (Circulation méridienne de retournement Atlantique)- Et le même phénomène se produit en ce moment même !

De nouvelles recherches menées par l’Université du Massachusetts Amherst apportent une réponse inédite à l’une des questions persistantes de la climatologie historique, de l’histoire de l’environnement et des sciences de la terre : quelle a été la cause du petit âge glaciaire ? La réponse, nous le savons maintenant, est un paradoxe : le réchauffement.

Qu’est-ce que le petit âge glaciaire ?
Le petit âge glaciaire est l’une des périodes les plus froides des 10 000 dernières années, une période de refroidissement qui a été particulièrement prononcée dans la région de l’Atlantique Nord.

Cette vague de froid, dont les spécialistes discutent la chronologie précise, mais qui semble s’être installée il y a environ 600 ans, a été responsable de mauvaises récoltes, de famines et de pandémies dans toute l’Europe, entraînant la misère et la mort de millions de personnes.

Jusqu’à présent, les mécanismes qui ont conduit à cette période climatique rigoureuses sont restés peu concluants. Maintenant, un nouvel article donne une image actualisée des événements qui ont provoqué le petit âge glaciaire. De manière surprenante, le refroidissement semble avoir été déclenché par un épisode exceptionnellement chaud.

Cette nouvelle découverte est basée sur une recherche antérieure qui a examiné la reconstitution sur 3 000 ans des températures de surface de la mer dans l’Atlantique Nord. Les scientifiques ont remarqué quelque chose de surprenant : un passage soudain de conditions très chaudes à la fin des années 1300 à des conditions froides sans précédent au début des années 1400, soit seulement 20 ans plus tard.

Effondrement de l’AMOC
Grâce à de nombreux enregistrements marins et détaillés, les chercheurs ont découvert qu’il y a eu un transfert anormalement fort d’eau chaude vers le nord à la fin des années 1300, qui a culminé vers 1380. En conséquence, les eaux au sud du Groenland et des mers nordiques sont devenues beaucoup plus chaudes que d’habitude. « Personne n’avait reconnu ce phénomène auparavant », note M. Lapointe.

Normalement, il y a toujours un transfert d’eau chaude des tropiques vers l’Arctique. Il s’agit d’un processus bien connu appelé circulation méridienne de retournement de l’Atlantique (AMOC), qui est comme un tapis roulant planétaire. En général, l’eau chaude des tropiques s’écoule vers le nord le long des côtes de l’Europe du Nord. Lorsqu’elle atteint des latitudes plus élevées et rencontre des eaux arctiques plus froides, elle perd de la chaleur et devient plus dense, ce qui la fait couler au fond de l’océan. Cette formation d’eau profonde s’écoule ensuite vers le sud le long de la côte de l’Amérique du Nord et continue à circuler autour du monde.

Mais à la fin des années 1300, l’AMOC s’est considérablement renforcée, ce qui signifie que beaucoup plus d’eau chaude que d’habitude se déplaçait vers le nord, ce qui a entraîné une perte rapide de la glace arctique. Au cours de quelques décennies, à la fin des années 1300 et 1400, de grandes quantités de glace ont été rejetées dans l’Atlantique Nord, ce qui a non seulement refroidi les eaux de l’Atlantique Nord, mais a également dilué leur salinité, provoquant finalement l’effondrement de l’AMOC. C’est cet effondrement qui a ensuite déclenché un refroidissement important.

Avance rapide jusqu’à notre époque : entre les années 1960 et 1980, nous avons également assisté à un renforcement rapide de l’AMOC, qui a été lié à la persistance d’une pression élevée dans l’atmosphère au-dessus du Groenland. Lapointe et Bradley pensent que la même situation atmosphérique s’est produite juste avant le petit âge glaciaire – mais qu’est-ce qui a pu déclencher cet épisode de haute pression persistante dans les années 1380 ?

La réponse, a découvert Lapointe, se trouve dans les arbres. Après avoir comparé leurs résultats à un nouvel enregistrement de l’activité solaire révélé par les isotopes du radiocarbone conservés dans les cernes des arbres, les chercheurs ont découvert qu’une activité solaire inhabituellement élevée avait été enregistrée à la fin des années 1300. Une telle activité solaire a tendance à entraîner une pression atmosphérique élevée au-dessus du Groenland.

Au même moment, les éruptions volcaniques étaient moins nombreuses sur terre, ce qui signifie qu’il y avait moins de cendres dans l’air. Une atmosphère « plus propre » signifiait que la planète était plus réactive aux changements de la production solaire. « L’effet d’une forte activité solaire sur la circulation atmosphérique dans l’Atlantique Nord était donc particulièrement forte », a déclaré M. Lapointe.

Comme le montre la vidéo ci-dessus, l’affirmation selon laquelle il y aurait moins d’éruptions volcaniques et que l’air serait « plus propre » est sujette à débat.

Lapointe et Bradley se sont demandés si un refroidissement aussi brutal pouvait se reproduire à notre époque du changement climatique mondial. Ils notent qu’il y a aujourd’hui beaucoup moins de banquise arctique en raison du réchauffement climatique, de sorte qu’un événement comme celui du début des années 1400, impliquant le transport de la glace de mer, est peu probable.

Au moins un des facteurs à l’origine de la fonte de la glace de mer arctique semble être dû à la chaleur provenant d’en dessous, sous la forme d’une activité volcanique sous-marine. Cependant, au cours des dernières années, la formation de la glace a globalement rebondi dans une telle mesure et à une telle vitesse qu’un nombre sans précédent de 20 navires de transport maritime se sont récemment retrouvés coincés dans la mer de Sibérie, les opérateurs faisant remarquer que l’étendue de la glace dépasse la médiane de la limite des glaces de 1981 à 2010, ce qui les a pris par surprise.

En outre, dès 2017, la glace de mer de l’Arctique et de l’Antarctique avait déjà commencé à croître à un rythme record, et la tendance s’est poursuivie en 2019 et en 2021. La formation et la rétention de cette glace sont probablement accélérées par les températures basses record et les chutes de neige record dans les régions polaires.

« Toutefois, nous devons garder un œil sur l’accumulation d’eau douce dans la mer de Beaufort (au nord de l’Alaska), qui a augmenté de 40 % au cours des deux dernières décennies. Son exportation vers l’Atlantique Nord subpolaire pourrait avoir un fort impact sur la circulation océanique », a déclaré M. Lapointe. « De plus, les périodes persistantes de haute pression au-dessus du Groenland en été ont été beaucoup plus fréquentes au cours de la dernière décennie et sont liées à la fonte record des glaces.

Il se peut que le Groenland ait été plus chaud que d’habitude au cours de la dernière décennie, ce qui correspondrait en fait au modèle mentionné dans l’étude, tout comme les données plus récentes qui montrent qu’il y a deux ans à peine, le Groenland a enregistré certaines de ses températures les plus froides depuis 1000 ans.

Les modèles climatiques ne rendent pas compte de ces événements de manière fiable et il se peut donc que nous sous-estimions la perte future de glace de la calotte glaciaire, avec davantage d’eau douce entrant dans l’Atlantique Nord, ce qui pourrait entraîner un affaiblissement ou un effondrement de l’AMOC. [Science, SOTT, Phys]

Les prévisions fondées sur l’activité solaire, associées aux mesures effectuées sur la terre, montrent qu’il est de plus en plus probable que notre planète se dirige rapidement vers une nouvelle ère glaciaire, à tel point que même les scientifiques financés pour promouvoir le réchauffement climatique sont incapables de nier l’apparition, et l’augmentation probable, de « vagues de froid » extrêmes dans notre avenir.

Simulation de l’impact d’une AMOC négative.

Suivi en cours ici sur « Le climat, c’est cyclique »

Adaptation Terra Projects

Sources : https://strangesounds.org/ / https://www.pnas.org/ / [ Sciences , SOTT , Phys ]

(482)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :