Dernières Infos

Le télescope spatial James Webb a atteint sa destination

Diagram of the JWST's trajectory - Steve Sabia/NASA Goddard

Après un voyage de 30 jours, le télescope spatial James Webb (JWST) de la NASA a atteint sa destination au point de Lagrange 2 (L2), à environ 1,5 million de kilomètres de la Terre. À 14 h HNE, il a allumé ses moteurs principaux pendant 297 secondes pour modifier sa vitesse de 1,6 m/s et l’envoyer sur sa nouvelle orbite.

La correction finale de la trajectoire du télescope spatial, dont la construction a été longtemps retardée et dont le coût s’élève à 10 milliards de dollars, intervient à la fin d’un mois de suspense pour le déploiement de l’engin spatial, qui a été plié comme une pièce géante d’origami afin de pouvoir entrer dans le cône de Ariane lors de son lancement le 25 décembre 2021, depuis le Centre spatial guyanais de l’ESA en Guyane française.

Lors du passage vers L2, le JWST a déployé son réseau solaire et son antenne de communication, déployé et tendu son pare-soleil de la taille d’un court de tennis, et levé et déplié son miroir primaire de 6,5 m de large. Ce dernier est constitué d’une matrice de 18 hexagones en béryllium plaqué or commandés par des centaines d’actionneurs que le contrôle de mission a utilisés pour assurer un calibrage correct lorsque la température est descendue en dessous de -223,2 °C.

Artist’s concept of the JWST – NASA

La combustion du moteur d’aujourd’hui a été calculée pour être aussi courte que possible afin de conserver l’ergol. Ainsi, les propulseurs embarqués utilisés pour maintenir le JSWT à poste et dans la bonne direction peuvent continuer à fonctionner pendant plus de 10 ans.

Contrairement à la plupart des vaisseaux spatiaux, le JSWT n’est pas en orbite autour de la Terre, du Soleil ou d’un autre corps céleste. Il tourne plutôt autour de L2, qui est l’un des cinq points du voisinage de la Terre où les forces gravitationnelles du Soleil et de la Terre s’équilibrent, créant ainsi un point semi-stable dans l’espace où un satellite peut se mettre sur ce qu’on appelle une orbite de halo, qui est une orbite tridimensionnelle spéciale.

En se plaçant sur cette orbite, James Webb se trouve en un point où le Soleil et la Terre sont derrière lui, alors que le vaisseau est tourné vers l’espace interstellaire. Cela permet au bouclier solaire de toujours protéger le télescope des radiations qui pourraient interférer avec les instruments et de maintenir le télescope à des températures cryogéniques. Le télescope peut alors scruter la bande infrarouge du spectre électromagnétique et regarder si loin dans l’espace qu’il peut voir la lumière provenant des toutes premières ères de l’univers et étudier la formation et l’évolution des galaxies.

The JSWT being assembled on the ground – Northrop Grumman

Un autre avantage de cette orbite est qu’elle permet au JSWT de rester en contact permanent avec le centre de contrôle de la mission par l’intermédiaire du Deep Space Network de la NASA, composé d’antennes terrestres de communication et de suivi.

Bien que James Webb soit maintenant à bord de la station, il est encore loin d’être prêt à se mettre au travail. Au cours des six prochains mois, les ingénieurs de la NASA procéderont au processus complexe de mise en service et poursuivront l’alignement de l’optique du télescope au nanomètre près.

La vidéo ci-dessous montre le JWST atteignant sa destination à L2.

Adaptation Terra Projects

Source: NASA

(139)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :