Dernières Infos

Les niveaux de CO2 sont maintenant comparables à ce qu’ils étaient il y a 4 millions d’années, selon la NOAA

(Revolu7ion93/E+/Getty Images)

Les concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère ont été en mai 50 % plus élevées que durant l’ère préindustrielle, atteignant des niveaux jamais vus sur Terre depuis environ 4 millions d’années, a indiqué vendredi 3 juin 2022 la principale agence climatique américaine.

Le réchauffement climatique causé par l’homme, notamment par la production d’électricité à l’aide de combustibles fossiles, les transports, la production de ciment ou encore la déforestation, est à l’origine de ce nouveau pic, a précisé la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Le mois de mai est généralement celui où les niveaux de dioxyde de carbone sont les plus élevés chaque année.

En mai 2022, le seuil de 420 parties par million (ppm) – une unité de mesure utilisée pour quantifier la pollution dans l’atmosphère – a été franchi.

En mai 2021, il était de 419 ppm, et en 2020, de 417 ppm.

Les mesures sont effectuées à l’observatoire de Mauna Loa à Hawaï, idéalement situé en hauteur sur un volcan, ce qui lui permet d’échapper à l’influence éventuelle de la pollution locale.

(Laboratoire de surveillance mondiale de la NOAA, Institut océanographique Scripps de l’Université de Californie à San Diego)

Avant la révolution industrielle, les niveaux de CO2 se maintenaient à environ 280 ppm, un niveau maintenu pendant environ 6 000 ans de civilisation humaine qui a précédé l’industrialisation, selon la NOAA.

Le niveau actuel est comparable à ce qu’il était il y a 4,1 à 4,5 millions d’années, lorsque les niveaux de CO2 étaient proches ou supérieurs à 400 ppm, a indiqué l’agence dans un communiqué.

À cette époque, le niveau des mers était entre 5 et 25 mètres plus élevé qu’aujourd’hui, suffisamment pour submerger un grand nombre des grandes villes d’aujourd’hui. De grandes forêts occupaient également certaines parties de l’Arctique, selon les études.

Le CO2 est un gaz à effet de serre qui piège la chaleur, provoquant progressivement le réchauffement de la planète. Il reste dans l’atmosphère et les océans pendant des milliers d’années.

Son effet de réchauffement a déjà des conséquences dramatiques, a noté la NOAA, notamment la multiplication des vagues de chaleur, des sécheresses, des incendies ou des inondations.

« Le dioxyde de carbone est à des niveaux que notre espèce n’a jamais connus auparavant – ce n’est pas nouveau », a déclaré Pieter Tans, un scientifique du Laboratoire de surveillance mondiale.

« Nous le savons depuis un demi-siècle, et nous n’avons rien fait de significatif à ce sujet. Que faudra-t-il pour que nous nous réveillions ? »

© Agence France-Presse

Adaptation Terra Projects

source : https://www.sciencealert.com/

(346)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :