Dernières Infos

Une appli pour vous aider à connaître le taux de pesticides dans vos aliments

Simon Bernard vient d’être récompensé par le ministère de l’environnement pour “Scan Eat”, un dispositif capable de repérer les pesticides dans les fruits et légumes en un simple scan.

Vous avez acheté une pomme au supermarché, mais savez-vous combien de traitements de pesticides elle a subi avant que vous ne l’ayez dans vos mains ? 36 en un an, selon le ministère de l’agriculture. Un chiffre qui donne moyennement envie de croquer dedans…

Pour vous permettre de repérer et quantifier vous-même les traces de pesticides contenues dans les fruits et légumes des étals des supermarchés, un étudiant français de 25 ans, Simon Bernard, a développé une idée astucieuse.

Son dispositif, baptisé “Scan Eat “, lui a permis de remporter le premier prix du concours “Greentech écoles” mis en place par le ministère de l’environnement. La récompense, 150 000 euros et un accompagnement de neuf mois au sein de l’incubateur du ministère en Seine et Marne, devraient l’aider à mettre au point son invention et à la commercialiser… et ainsi aider à réaliser l’un des rêves de cet étudiant.

Cette technologie, utilisée par une start-up israélienne pour connaître la composition moléculaire des plantes ou des médicaments, a aussi déjà servi à la société Tellspec qui est ainsi parvenue à calculer le nombre de calories d’un plat. Dans le cas de Scan Eat, elle fonctionnera par le biais d’une appli.

La signature moléculaire d’un fruit ou d’un légume
Concrètement, l’utilisateur n’aura qu’à scanner un légume ou un fruit pour en connaître sa composition. Pour y parvenir, le dispositif utilise une technique de spectroscopie. Comment cela marche ? Grâce au faisceau lumineux envoyé par le dispositif, qui, reflété sur le légume ou le fruit, est analysé par ce dernier.

Le spectre ainsi obtenu permettra de comprendre la composition chimique, dont le taux de pesticides, compris dans l’aliment. Et ce, grâce à l’algorithme que va développer Simon Bernard et qui servira à traduire le résultat du dispositif dans un langage compréhensible pour ses utilisateurs. Une appli qui sera autant destinée aux consommateurs qu’aux chercheurs spécialisés dans le déchiffrage des compositions alimentaires.

extrait et source : http://www.wedemain.fr/

(185)

Laissez un message