Dernières Infos

Un monde d’Idiocratie, cela se confirme

idiocratie

idiocratie« Au début du XX eme siècle, le genre humain prend un tournant décisif. La sélection naturelle, processus de l’évolution des plus intelligents, des plus rapides et des plus forts devaient prendre la place des plus faibles et moins intelligents. A l’époque les romans de SF prophétisaient un futur idyllique où les terriens étaient plus intelligents. Mais plus le temps passé plus la tendance s’inversait et plus nous allions vers l’abrutissement de notre espèce. Mais comment en sommes -nous arrivés là ? L’évolution ne gratifie pas nécessairement l’intelligence. En l’absence de prédateur au sein du troupeau c’est la surproductivité de certaines classes qui furent récompensées laissant les plus intelligents, espèce en voie d’extinction, au bord du chemin. »


 

 

Tout le monde pourra se rappeler ce film de 2005 sous le titre provocateur Idiocratie.

Une vidéo racontant de manière amusante le déclin de l’intelligence et la victoire de la beaufitude revient de temps à autre dans le tube.

Mais cette courte séquence est en fait l’intro à un long-métrage, Idiocratie, réalisé par Mike Judge, le créateur de Beavis and Butthead.

Un soldat de l’armée bien planqué, tout ce qui a de plus banal, est sélectionné pour une expérience d’hibernation d’un an. Bien entendu, on l’oublie et il se réveille 500 ans plus tard dans un monde où effectuer une addition relève du pur génie.


idiocratie

En plus d’un bon humour bien gras (les humains ont réduit la vie à 3 choses : l’argent (I like money), la masturbation et les prouts), le film égratine malgré tout la société américaine. Starbucks est devenue une compagnie qui fournit des cabines de masturbations et la chaine de hamburgers Fuddruckers est devenu, suite à des fautes successives : « Buttfuckers ». L’eau du robinet a été remplacée par du Brawdo (genre de Gatorade), riche en electrolytes et la star mondiale de la télé est un type qui passe son temps à se prendre des coups dans les couilles.

La satire ne va pas plus loin que ça mais cela a suffit malgré tout pour que, sous la pression de ces sociétés, 20th Century Fox distribua le film aussi mal que possible, dans une petite dizaine de salles et sans publicités de manière à être sûr que personne ne le voit !!!

idiocratie

Mais alors, où en sommes nous aujourd’hui sur ce film satirique ?

Selon des scientifiques américains, l’humanité aurait atteint son pic d’intelligence il y a au moins 2.000 ans. Depuis, les gènes impliqués dans nos capacités intellectuelles connaitraient de plus en plus de mutations favorisées par notre mode de vie. Ce qui d’après eux, réduirait notre intelligence au fil du temps.

Définir l’intelligence est encore aujourd’hui relativement difficile. Selon les définitions les plus récentes, elle correspond à l’ensemble des facultés mentales qui nous permettent de comprendre les choses qui nous entourent, les faits qui se produisent, et les relations qui peuvent exister entre les deux. Ceci permet alors de mieux saisir les situations et de pouvoir s’adapter à des changements éventuels. Avec une telle définition, on serait donc tenté de penser que l’homme est naturellement capable de développer toujours davantage ses facultés mentales, et pourtant : ce ne serait pas le cas.

C’est du moins ce qu’affirme une théorie expliquée par des chercheurs de l’université de Stanford aux Etats-Unis. Dans une étude publiée dans la revue Trends in Genetics, ceux-ci assurent que l’homme aurait atteint son pic d’intelligence il y a entre 2.000 et 6.000 ans de cela. Depuis, nos facultés mentales ne feraient alors que s’altérer de plus en plus. Pour soutenir une telle théorie, le professeur Gerald Crabtree et ses collègues se basent sur le fait que nos capacités intellectuelles et émotionnelles sont régies par des gènes bien particuliers. Mais ces derniers sont très sensibles aux mutations qui peuvent alors réduire leur efficacité d’action et donc nos facultés.

Or, comme l’expliquent les chercheurs, notre mode de vie actuel favoriserait la survenue et la transmission de ces mutations. En effet, le développement de nos « gènes d’intelligence » « s’est probablement produit dans un monde où chaque individu était exposé aux mécanismes sélectifs bruts de la nature, en fonction des critères », a expliqué le Pr Crabtree cité par le Telegraph. Mais ces pressions ne s’appliqueraient plus aujourd’hui.

Deux voire plus de mutations au cours des 3.000 prochaines années

« Un chasseur-cueilleur qui ne concevait pas correctement une solution pour fournir de la nature ou un abri mourrait probablement, avec sa progéniture, alors qu’un cadre moderne de Wall Street qui fait une erreur conceptuelle similaire recevra un bonus substantiel et sera un partenaire plus attirant. Clairement, la sélection extrême appartient au passé », a ajouté le biologiste du développement. Selon l’étude, entre 2.000 et 5.000 gènes participeraient aux facultés mentales.

En se basant sur des calculs de la fréquence à laquelle les mutations délétères apparaissent dans le génome, le Dr Crabtree estime que d’ici 3.000 ans, soit environ 120 générations, nous aurons tous acquis deux voire davantage de mutations supplémentaires et nuisibles à notre stabilité intellectuelle et émotionnelle.  « Je parierais que si un citoyen moyen de l’époque d’Athènes de 1.000 av. J.-C venait à apparaitre soudainement parmi nous, lui ou elle figurerait parmi les plus brillants et les plus vifs intellectuellement de nos collègues et compagnons, avec une bonne mémoire, un large éventail d’idées et une vue perspicace des questions importantes », a assuré le Pr Crabtree.

….

« Personnellement, je ne suis pas sure qu’il y ait, dans le futur prévisible, une quelconque raison de paniquer, le taux d’évolution et les choses de ce genre prennent des dizaines de milliers d’années… Aucun doute que l’ingéniosité de la science trouvera des solutions à ces choses si nous ne faisons pas tout sauter avant », a t-il déclaré.

Adaptation de la Terre du Futur

extrait et source : http://www.maxisciences.com/


(487)

Laissez un message