Dernières Infos

La distribution des températures hivernales de l’hémisphère Nord au cours des différentes phases du cycle solaire

Plusieurs études récentes ont montré la variabilité du climat d’hiver dans l’hémisphère Nord liée à différents paramètres de l’activité solaire.

En utilisant 13 cycles solaires de 1869 à 2009, nous étudions les températures de surface de l’hiver et l’oscillation nord-atlantique (NAO) pendant les quatre différentes phases du cycle des taches solaires : du minimum, à l’ascendant, du maximum, et du déclin de la phase.

Nous trouvons des différences significatives dans les modèles des températures entre les quatre phases du cycle, ce qui indique une modulation du cycle solaire des températures de surface de l’hiver. Cependant, le modèle le plus clair des anomalies de températures ne se trouve pas au cours du maximum ou minimum solaire, mais au cours de la phase du déclin, lorsque le motif de température ressemble étroitement à la tendance observée au cours de la NAO positive. De plus, nous trouvons le même schéma pendant les faibles cycles d’activité des taches solaires de 100 ans, ce qui suggère que le modèle est largement indépendant du niveau global de l’activité solaire.

La Figure  1 illustre la moyennes des 3 mois d’hiver (décembre, janvier et février) du nombre de taches solaires, l’indice aa d’activité géomagnétique de  la vitesse du vent solaire, EEP flux (Asikainen et Mursula), l’intensité des rayons cosmiques, et de l’indice NAO :

La Figure  1 montre des caractéristiques intéressantes dans la variation à long terme des différents paramètres. L’activité des taches solaires montre l’évolution du grand maximum moderne au cours du XXe siècle, avec le pic du cycle 19. Le cycle 24 semble rester le cycle le plus faible depuis le cycle 14. L’indice aa est renforcé de façon spectaculaire à partir des années 1900 aux années 1990. Le dernièr minimum représente une diminution notable, même pour l’ index aa. Il est également intéressant de noter que la corrélation de l’ index aa avec les taches solaires s’affaiblit au cours de la seconde moitié du XXe siècle avec les sommets de l’indice aa passant ensuite dans la phase de déclin [Echer et al. , 2004 ; Georgieva et al. , 2006 ]. 

La similitude dans les motifs représentés sur les figures  suivantes suggère que le NAO positif se produit plus fréquemment au cours de la phase de déclin que dans les autres phases du cycle solaire. Ceci est également compatible avec des études antérieures qui ont trouvé une corrélation positive entre l’activité géomagnétique / vitesse du vent solaire / précipitation des électrons et l’indice NAO. D’autre part, il y a aussi des indications de renforcement du motif NAO lié auxtaches solaires.

Nous avons étudié la variabilité NAO au cours des quatre phases du cycle des taches solaires différentes en calculant l’indice hiver moyenne NAO séparément pour chaque phase du cycle et pour chaque cycle solaire. Figure  6 montre que l’indice NAO est positif au cours de la phase de déclin de tous , mais un cycle solaire (cycle 17). Pendant les autres phases de l’indice NAO est moins systématique ayant un nombre à peu près égal de cycles avec des valeurs NAO négatives et positives dans chaque phase. Une forte corrélation entre l’ activité géomagnétique et NAO [ Thejll et al. , 2003 ; Bochnicek et Hejda ,

… Nous avons montré que les différentes phases du cycle des taches solaires ont un effet différent sur les températures de surface de l’hiver dans l’hémisphère Nord et sur l’indice NAO. En définissant une fonction de phase du cycle solaire en termes de taches officielles maximales et dans le minimum, nous avons montré que la phase de déclin du cycle de taches solaires se produit régulièrement et remarquablement dans la répartition spatiale des anomalies de températures de surface liées à la NAO positive au cours des 13 derniers cycles solaires. Nous avons également montré que la similitude entre les températures de surface dans la phase de déclin et au cours de la NAO positive ne dépend pas du niveau d’activité des taches solaires dans l’ensemble mais reste essentiellement la même au cours de deux  cycles faibles solaires au tournant du XIXe / XXe siècle et pendant les cycles solaires actifs dans la seconde moitié du XXe siècle. Nous avons constaté que la phase et la phase ascendante maximale du cycle ont, en moyenne, un indice NAO négatif pendant l’hiver. 

Certaines études antérieures ont montré que l’indice NAO est en corrélation positive avec ces paramètres et l’activité géomagnétique pendant l’hiver. Nos résultats ne montrent pas une réponse NAO significative du maximum solaire.  Les fortes NAO+ se produisent lors des phases de déclin de l’activité solaire et non pendant le maximum solaire à cause d’un décalage de 2 à 4 ans en moyenne. Les fortes NAO- c’est de 1 à 3 ans après le pic du minimum solaire. 

Impact météo sur l’Europe des différentes NAO :

Remerciements à Mike pour le lien fourni

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

extrait et source complète sur le lien suivant : http://onlinelibrary.wiley.com/

(588)

Laissez un message

Laissez un message