Dernières Infos

Arrêt de la circulation du Gulf Stream quand ?

En 2100 comme le suggère les théoriciens du réchauffement, dont on peut se demander la raison pour laquelle ils font confiance dans leurs modèles théoriques ? Pour ne pas effrayer la population est souvent la réponse qui va de soit. Mais elle a du plomb dans l’aile cette réponse. On sait depuis bien longtemps maintenant que la population ne bougera pas d’un poil quoiqu’il arrive quoiqu’on lui annonce, tant on lui en a fait voir depuis bien longtemps et depuis qu’ils ont eu peur que leur beau système ne s’effondre.

Article basé sur un documentaire de la BBC de 1998, une époque où l’on commençait tout juste à parler de l’impact du réchauffement climatique et dans aucun cas, son impact sur le Gulf Stream. Cela en était même une hérésie !

Voyez ici Coup de Froid sur la Planète, résumé et analyses selon Guy-Pascal. Cet article reprend et fait une synthèse de tous les éléments vus dans ce documentaire qui remet en cause l’idée future d’un réchauffement sans fin…

En 2050 ?

En 2020 ?

Oui quand ?

Voici donc le nom des scientifiques dont la réflexion est les études conduisent à avoir une autre conclusion que celle qui prévaut dans les milieux du système.Bill Turell. Laboratoire Maritimes. Aberdeen. Écosse.

Bill McGuire. University College. Londre.

Richard Alley. Université de Pennsylvanie. USA.

Wallace Broecker. Université de Columbia. USA.

Lloyd Keigwin. Institut océanographique Woods Hole. USA.

Richard Wood. Météorologiste.

Bill Krabill. NASA. Ile Wallaps. Virginie. USA

Bob Thomas. NASA. Ile Wallaps. Virginie. USA

Tery Joyce. Institut océanographique Woods Hole. USA.

Bruce Peterson. Laboratoire de biologie marine. Woods Hole. USA.Bob Gasgosian. Président Institut océanographique Woods Hole. USA.

Coup de Froid sur la Planète. BBC reportage. A voir ICI pour étude uniquement.

Dans 30 ans les étés Britanniques seraient dit- on comme ceux du sud de la France. A la fin du siècle le climat serait aussi chaud qu’en Grèce. Le réchauffement climatique en serait la cause. Pourtant, un nombre croissant de scientifiques affirment que l’on pourrait être dans l’erreur. Si ces scientifiques ont raison adieu la cote d’azur. Le climat de la Grande Bretagne serait comparable à celui de l’Alaska et ceci pourrait se produire d’ici à une vingtaine d’années.

Bill Turell : Il est le 1er à avoir pris conscience d’un avertissement venu des profondeurs. Bill Turell se consacre depuis toujours à l‘étude des courants océaniques. Il y a dix ans, il remarque, un phénomène alarmant, Bill Turell pense avoir trouvé les preuves qu’une catastrophe climatique nous menace. Bill Turell :  » Ces résultats nous ont vraiment inquiétés, nous n’avions jamais constaté un tel changement, ces variations ne viennent pas subitement et ne disparaissent pas d’un coup,  »

  • Bill Turell pense avoir trouvé les preuves qu’une catastrophe climatique nous menace.-

Bill Turell :  » Ces changements sont fondamentaux, ils auront un effet sur notre climat et sur celui que connaitrons nos enfants  »

Ici nous avons la preuve que ces changements climatiques vont intervenir non pas dans 100 ans, non pas dans 50 mais dans un avenir très proche. Ils nous affecteront mais comment ?

S’il a raison l’Europe verrait sa température chuter. Nous nous acheminerions vers une sorte d’âge glaciaire.

La réponse est donc dans la phrase ci-dessus,  » nous nous acheminons vers une sorte d’âge glacière.  »

Glaciaire, période ou glaciation, période de l’histoire de la Terre pendant laquelle se produisirent des refroidissements sensibles des climats provoquant une extension considérable des glaciers et une baisse du niveau des mers et des océans (régression marine). Le dernier bouleversement de ce type a débuté il y a 2,5 millions d’années environ ; il définit aussi le début de l’ère quaternaire, qui correspond aussi à l’apparition de l’homme.

Plus d’une vingtaine de fois dans l’histoire de la terre, les glaces sont descendues du Pole Nord. La dernière glaciation remonte à 100 000 ans.Bill McGuire :  » Les glaces ont rasées l’hémisphère nord plus d’une vingtaine de fois dans les 2 derniers millions d’années.  »

Ces évènements sont si effroyables que les scientifiques en cherchent la cause depuis plusieurs années. Il s’agit pour la science de découvrir ce qui déclenche ses catastrophes climatiques.

Les irruptions des grands volcans auraient elles marqué es le soleil ?
Rien ne le prouve !
Une succession d’impacts d’astéroïdes ?
Là encore aucun signe tangible.
D’autres perturbations ? L’orbite solaire ?
Cela ne colle pas.
Je m’arrête là pour faire une autre citation.

LA CAUSE DES GLACIATIONS

Si dès 1842 le mathématicien français J. Adhémar formulait l’hypothèse que les glaciations résultaient de causes astronomiques, il a fallu attendre presqu’un siècle pour qu’une explication soit proposée. Entre 1920 et 1930, M. Milankovitch montra que la combinaison de trois variables affectant la rotation de la Terre entraînait des différences d’insolation allant jusqu’à 20 p. 100 dans les hautes latitudes septentrionales. La première variable est l’excentricité de l’orbite terrestre, qui désigne la déformation de l’ellipse (écliptique) que la Terre décrit autour du Soleil ; tous les 100 000 ans environ, l’ellipse est très allongée, ce qui modifie la distance Terre-Soleil. La deuxième est l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre qui, en 41 000 ans, oscille entre 21,5° et 24,5 ° (aujourd’hui l’inclinaison est de 23,27°). La troisième variable est la précession des équinoxes, variation de l’orientation de l’axe de rotation de la Terre, qui décrit un cône, et de la rotation sur elle-même de l’orbite terrestre (l’image qui décrit le mieux cette situation est celle d’une toupie qui tournerait sur un cerceau). Microsoft ® Encarta ® 2007. © 1993-2006 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

On reprend.

Un retour de ce phénomène est il possible ?

Richard Alley :  » Ces perturbations de l’orbite terrestre sont très régulières et prévisibles. Elles sont significatives, on cahote ainsi lentement et pendant longtemps vers une ère glaciaire puis on en ressort  »

Les chercheurs ont découvert que les périodes glaciaires ne sont pas le fruit du hasard. Elles suivent un cycle prévisible. Une croute de glace met 90 000 ans pour se former 10 000 pour fondre. Cette présibilité permet aux scientifiques de prévoir la prochaine ère glaciaire. Pas avant des milliers d’années. C’est une nouvelle rassurante.Richard Alley :  » Nous n’envisagions pas la venue d’un énorme changement climatique à l’échelle humaine avant, quelques dizaines de générations  »

 » Un énorme changement climatique  » C’est à noter quand même

Le message du soleil semble clair. Nous n’avons pas à redouter de baisse de température du moins si l’on en croit la théorie classique.

  • Ah il y a une théorie classique et qui arrange qui ? Et donc, est-elle vraie ou fausse ? C’est ce que nous allons apprendre. Mais, si elle est fausse pourquoi continuer à l’enseigner ? Pourquoi une théorie fausse est elle la théorie du pouvoir ? Pourquoi un système s’accroche t il, jusqu’à ce que mort s’ensuive, à tout ce qui est inexacte ? Mais parce que ça sert le système. Il se libère ainsi de toutes contraintes qui mettraient sa survie en danger. Ceux qui payent c’est nous. Nous, qu’ils ont en mépris comme on n’en a aucune idée.-

Camps de Sumunite – Groenland-

Mais il y a 15 ans Richard Alley se rend au Groenland afin d’étudier les variations climatiques depuis la dernières glaciation.

Il y a déjà 15 ans que les travaux de Richard Alley sont connues et avec tout ce qui à été démontré par les Scientifiques dont je mentionne les noms ici, le système tient toujours pour vrai la seul Théorie Classique.

Richard Alley :  » En partant au Groenland, nous savions que l’enjeu était important – Assurément – Nous nous attendions à découvrir quelque chose d’étonnant « Le Groenland est le thermomètre du temps ancien, une mémoire unique des changements climatiques qui retient la trace de chacune des années écoulées depuis les 100 derniers millénaires aux moins. La glace étant préservée en couche, plus en fore en profondeur plus la neige est ancienne.

Richard Alley :  » Si l’on mettait bout à bout toutes les carottes de glace que nous avons prélevées, on obtiendrait une machine à remonter le temps de 3,5 kms.  »

Ce qu’il ne faut pas faire pour combattre la théorie d’un système qui s’accroche à ses mensonges pour survivre, n’est ce pas ! Un mensonge sur lequel on vit est plus égale à une vérité si celle-ci ne convient pas au système. Et l’on se renvoi la balle chercheurs malfaisants contre Chercheurs, chercheur. –

Chaque couche porte en mémoire les évènements subis par l’atmosphère au moment de la formation de la glace. Les traces d’une grande catastrophe naturelle, aussi bien que celle de la pollution engendrée par l’homme sont parfaitement préservées dans la glace.Richard Alley :  » Cette carotte de glace à des couches bien nette, elle pourra nous renseigner sur ce qui sait passer et de quoi l’atmosphère était chargé à cette époque  »

– tout ce que l’on peut imaginer donc, acide d’un grand volcan, plomb etc. etc… –

Nous approchons donc de ce moment ou nous allons connaitre si la théorie de Richard Alley et des autres scientifiques qui ne soutiennent pas la théorie classique est juste ou fausse.

L’élément le plus important préservé dans ses couches est la température…. Richard Alley veut connaitre les différences de teneur en ce que nous appelons eau lourde contenue dans la glace. La règle est simple. Plus il y a d’eau lourde plus le climat était chaud. Si la Théorie Classique relative aux variations climatiques est vraie il devrait constater en relevant les données de lents changements dans l’eau lourde, correspondant aux réchauffements et aux refroidissements de la terre pendant la dernière période glaciaire. Mais ce n’est pas ce qu’il trouve.

Ah !!!
Richard Alley :  » Cela nous à stupéfait, cela à stupéfait beaucoup de monde.  » – Tiens pourquoi cela n’a-t-il pas stupéfié tout le monde ? –

Les variations sont tout sauf lentes, il s’aperçoit que les températures pouvaient baisser brusquement et d’une manière catastrophique. Et ceci s’est passé bien plus souvent que ne le laissait prévoir la succession des périodes glaciaires.

Questions : En quoi la période glaciaire que nous allons vivre sera-t-elle différente des autres périodes du passé ? Et qu’elle est la quantité d’eau lourde aujourd’hui ?

Ce que nous avons besoin de connaitre maintenant dans notre présent à nous, pour déterminer le moment ou nous allons plonger dans cette  » sorte d’âge glaciaire  » c’est les températures qu’il à fait et pendant quelle période avant que le climat ne change brusquement.  » L’élément le plus important préservé dans ses couches est la température  » Il restait normalement des milliers d’années à vivre, sans les effets de la pollution engendré par le système. C’est lui qui a fourni à la masse tous les moyens de polluer. La faute en incombe non pas à la masse, ce n’est pas elle qui à construit les outils de la pollution, mais aux décideurs politiques, aux techniciens qui ont conçu les objets pour un monde consumériste et à cette seul fin, qu’ils puissent eux s’enrichir et dominer.

Richard Alley :  » Le monde changeait parfois en suivant des variations très lentes et parfois aussi brusquement qu’on allume la lumière.  »

Le passé de la terre regorge de chocs climatiques pas aussi sévères qu’une glaciation mais suffisant pour que l’Europe du Nord se change en Alaska. Il s’agit pour la Science, là, avec ces gens là, la Science peut prendre une majuscule et elle prend valeur de philosophie puisqu’elle n’est pas méprisante pour l’homme, ce qui déclenche ses catastrophes climatiques. Les indices se cachent dans le passé des glaces.

 » Le passé de la terre regorge de chocs climatiques pas aussi sévères qu’une glaciation mais suffisant pour que l’Europe du Nord se change en Alaska  »

Qu’allons-nous donc connaitre ? Un choc climatique pas aussi sévère qu’une glaciation ou une glaciation ?

Les irruptions des grands volcans auraient elles voilé le soleil ?
Rien ne le prouve !
Une succession d’impacts d’astéroïdes ?
Là encore aucun signe tangible.
D’autres perturbations sur l’orbite solaire ?
Cela ne colle pas.

En réalité personne ne peut expliquer ce que Alley à découvert. On va voir tout de suite si cela est voulu ou pas. Sauf un homme, Wallace Broecker. – Un autre Scientifique honnête et nous allons voir à quoi il a été confronté – il est convaincu que l’explication est au fond des océans.

Wallace Broecker.  » Je suis persuadé que l’océan est au cœur de tout, la source est dans les mers.  »

Sa Théorie n’a pas que des adeptes, – On s’en doute ! Mais voyons à quel point elle en fait souffrir plus d’un.-

Wallace Broecker.  » J’avais 3 alliés contre une centaine de personnes qui pensaient que ma théorie était insensée.  » – Bien sûr ! Il ne faut surtout pas contredire les données du système cela pourrait les conduire à partager le savoir avec tout ce que l’on méprise et on ne pourrait plus rire d’eux. Complexifions, Complexifions disait Bertrand Canta du groupe Noir Désir. C’est bien le but des hypocrites du système.

Son attention se couvre sur un courant océanique en particulier. Le Gulf Stream, il baigne l’Europe occidentale de sa chaleur. Né au sud de l’équateur….il continue sa course en passant au large des cotes britanniques.

Wallace Broecker.  » Son débit est équivalent à toutes les précipitations de la planète soit 15 millions de mètres cubes….par seconde.  »

La chaleur transportée par ce courant correspond à environ 1 millions de centrales électriques. … Mais c’est là où le courant sombre que l’essentiel se produit.

Wallace Broecker.  » Lorsqu’il atteint les cotes boréales de l’atlantique le froid le rend plus dense. Il s’enfonce dans les profondeurs de la mer et repart dans l’autre sens.  »

Ce phénomène est du au sel contenue dans l’eau, Quand les eaux salées se refroidissent au large du Groenland, elles deviennent si dense qu’elles tombent à pic au fond de l’océan, elles repartent aux Sud là ou se forme le Gulf Stream et le processus se répète à l’infini … Sa descente vers le fond est vitale, c’est ce qui préserve sa chaleur à l’Europe Occidentale.

Walace commence à s’interroger, que se passerait-il si le Gulf Stream interrompait son mouvement giratoire ? Ce phénomène serait il à l’origine de baisse de températures spectaculaires ? Pourquoi pas ? Mais la plus part des scientifiques sont convaincus que l’activité océanique est immuable. –

Wallace Broecker.  » Ils avaient tendance à croire que c’était quelque chose de permanent. Nous supposons que les propriétés de l’océan sont constantes mais si elles changent, la Théorie n’est plus valable, c’est le chaos  »

C’est le chaos ! C’est bien ça ! Et c’est surtout ce qu’il faut éviter.

Apparait alors un élément qui ébranle toutes les présomptions. Un élément si infime qu’il aurait pu passé inaperçu. Lloyd Keigwin étudie les carottes de boue prélevées au fond des océans. Keigwin recherche particulièrement de minuscules coquillages qu’on appel les foraminifères. – La teneur en carbonate de calcium dans les coquilles lui permettra de vérifier à quel moment le Tapis Roulant était en activité et il fait le constat suivant, qu’a plusieurs reprises le Gulf Stream s’est arrêté dans le passé. – A l’apparussions du résultat de ces recherches Wallace Broecker comprend immédiatement leurs significations. C’est l’indice qu’il recherchait.

Wallace Broecker.  » La plus grande satisfaction pour un chercheur c’est la découverte….  »

Il se met alors à rassembler les éléments. Les importantes baisses de températures constatées dans la glace du Groenland et les coquilles qui nous révèlent l’arrêt du Tapis Roulant ont certainement un rapport entre elles.

Wallace Broecker.  » C’était la rencontre de mes deux disciplines, l’étude des océans et celle du climat. J’ai souvent pensé que sa fonctionnait par l’arrêt et la remise en marche de ce que nous appelons maintenant le Tapis Roulant. La formation des eaux profondes dans l’Atlantique Nord. J’ai eu l’idée que s’il fonctionnait dans une alternance Marche Arrêt, des profondeurs à la surface, cela créerait en Europe de grands changements climatiques.  »

 

Broecker semble avoir trouvé ce qui aurait entraîné de grands bouleversements climatiques en Europe. LE TAPIS ROULANT SE SERAIT ARRETER.

Si cela s’est déjà produit cela pourrait se reproduire un jour. Si c’était le cas l’Europe du Nord Ouest souffrirait d’un climat extrêmement rigoureux. Mais cette théorie à manifestement un point faible.

Nous allons voir lequel. Ou plutôt nous allons voir si ce n’est pas ce point faible qui va engendrer  » un climat extrêmement rigoureux sur l’Europe de l’Ouest  » et un climat aussi extrême ailleurs.

Nous n’assistons pas à un refroidissement de la planète mais plutôt à un réchauffement…. Les climatologues prévoient une augmentation des températures la plus rapide depuis la fin de la dernière période glaciaire.

C’est important ce qui va suivre.

Richard Wood :  » Les modèles utilisé pour prévoir le réchauffement de la planète, suggère qu’à la fin du siècle le réchauffement sera d’environ 1,5° à 6°. Pour étudier un tel phénomène dans un contexte historique il faudrait remonter des centaines de milliers d’années en arrière pour trouver un climat aussi chaud  »

Bon ! Si on remonte quelques centaines de milliers d’années on trouve une période comparable à celle que nous allons vivre, mais ici suite au réchauffement provoqué par les GES. A l’époque qu’est ce qui à provoquer l’élévation de la température ? La monté des températures à connu un moment de rupture suite on s’en doute, à l’arrêt du Gulf Stream, les températures se sont stabilisées et après une période de refroidissement, – de combien de temps ? – la vie à pu reprendre son cycle.

Les effets du réchauffement de la planète se font sentir dans le monde entier. Il n’est pas question de glace mais au contraire de trouver les moyens de se préparer à un climat plus chaud et aux situations extrêmes qui s’en suivront. – Entre maintenant et 2100, parce qu’après 2100 si les températures s’élevaient encore les scientifiques ont imaginés 3 sortes de scénario. Je les rappels. :  » Le scénario Désert, le scénario Geyser, le scénario Vénus  » ce sont d’autres joyeusetés ou nous ne pouvons pas vivre sauf dans le 1er scénario ou certains y pourraient au prix d’une climatisation forcené nous dit Hubert Reeves.

En prévision de ces changements climatiques le gouvernement britannique se prépare activement pour le siècle à venir. Pourtant des découvertes récentes montrent que nous devrions nous prévenir contre la glace et non contre la chaleur et la pluie. Notre façon d’aborder le réchauffement de la planète est peut être trop simpliste.

BASE AERIENNE DE KANGERTUSSUAQ – Groenland –

L’une des découvertes les plus importantes à été faite par une équipe de chercheurs de la NASA. Basée au cercle polaire arctique. Depuis 10 ans Bill Krabill et son équipe observent les effets du réchauffement de la planète sur l’immense calotte glaciaire du Groenland… Le Groenland est l’un des plus grands blocs d’eau gelée du monde s’il commençait à fondre les effets auraient des répercussions planétaires.

Bill Krabill :  » Le volume d’eau est suffisant pour faire monter le niveau de la mer de 6 à 7 mètres si toute la glace fondait.

….Tous les 5 ans il survole l’ile en suivant le même itinéraire et à l’aide d’instruments de mesures il vérifie la hauteur de la glace. Une comparaison permet de savoir si la glace s’épaissit ou recule.

Bill Krabill :  » Il y a des changements significatifs, partout les bords de la calotte glaciaire reculent, c’est l’équivalent de 50 km3 de glace et de neige que la calotte glaciaire du Groenland perd chaque année  »

Les 50 gigatonnes d’eau de fonte du Groenland sont les 1ers signes des effets du réchauffement de la planète sur cette calotte glaciaire, mais un changement en particulier consterne les chercheurs.

Ils mesurent l’un des plus grands glaciers de l’ile.

Glacier de Jakobshavn – Groenland –

Bill Krabill : « ll y a moins de 10 ans ou peut être 5 ans il se déplaçait d’environ 6 ou 7 km par an et cela s’équilibrait avec les chutes de neige. Dans les 5 dernières années sa vitesse à presque doublée.  »

Il avance maintenant à 12 kms par an cette différence semble être liée au réchauffement de la planète. Chaque jour il déverse dans la mer une grande quantité d’eau douce, le réchauffement de la planète remodèle tous le paysage de l’une des plus grandes calottes glaciaires de la terre.

Bill Krabill :  » Je suis convaincu que le réchauffement à affecté le mouvement de la calotte glaciaire du Groenland, c’est probablement du aux eaux de la fonte qui s’infiltrent dans le lit, par des crevasses et des trous et qui, en lubrifiant le fond facilitent le glissement de la glace.  »

La NASA à récemment doublée ces estimations du volume d’eau douce générée par le Groenland. 100 KM3 par an. La plus grande partie de ses eaux s’écoulent dans la partie ou le Gulf Stream sombre. – On y revient – les chercheurs commencent à s’interroger sur un tel apport d’eau douce sur le Tapis Roulant. Ils se rendent compte puisque c’est le sel qui fait sombrer le Tapis Roulant, une trop grande quantité d’eau douce le diluerait. – Le sel évidement !- Que ce soit précisé dans la phrase suivante ne m’empêche pas d’y apporter une attention particulière vu La trop grande importance que cela a. Et si le sel était trop dilué, le courant ne s’enfoncerait pas dans les profondeurs.

Terry Joyce :  » Ce qui est fascinant c’est la précision avec lequel le système est réglé. Un changement de 1% dans la salinité peut être significatif et nous faire basculer dans une situation ou l’eau serait trop douce en superficie pour sombrer. -Et donc – le Tapis Roulant s’arrêterait. – et c’est ce que l’on ne veut pas croire –

Que le Tapis Roulant s’arrête et nous aurons une catastrophe climatique. La Question est :  » Quelle quantité d’eau douce le Tapis Roulant est il capable d’absorber ?  » nul ne le sait. – On est on bien sûr ?- en revanche nous savons que l’apport du Groenland n’en représente pas la moitié. Ça commence à se préciser. Une autre source d’eau douce plus importante se dirige tout droit ou les eaux salées sombrent.

Selon les prévisions le réchauffement de la planète rendra le climat plus humide car l’air chaud retient l’eau et quand l’air chaud se refroidira au Nord les pluies seront plus fréquentes.

Fleuve Ob – Sibérie-

En l’an 2000 des chercheurs Américains se rendent en Sibérie. Le documentaire de 2003. Ils y étudient le réchauffement de la planète sur certain des plus grands fleuves et rivières du monde.

Bruce Peterson :  » Si l’on mettait l’Ob, l’Ienisseï et la Léna cote à cote le débit global serait égal à 3 fois celui du Mississipi.  »

Ces rivières récupèrent la pluie tombée sur de vastes étendues de terre. Elles acheminent déjà, prés de la zone où les eaux salées sombrent, près de 20 fois la quantité d’eau douce fournie par le ruissellement du Groenland. Bruce Peterson veut savoir si le réchauffement de la planète fait gonfler les eaux de ces rivières. Durant les 100 dernières années les températures n’ont montées que de ½° environ. Il prend des mesures pour savoir si le débit à augmenter dans le courant.

Bruce Peterson :  » Le débit à augmenter de 128 KM3 par an. Vous ne savez peut être pas ce que représente ce chiffre, c’est un énorme volume d’eau.  »

Selon les prévisions au siècle prochain le réchauffement de la planète aura presque décuplé. Bruce Peterson décide alors de calculer qu’elle serait le volume d’apport en eau douce.

Bruce Peterson :  » D ans 100 ans nous prévoyons une augmentation du débit de ces rivières d’environ 50%  »

Quelle perspective terrifiante. Une augmentation de débit de 50% pour certaines des plus grandes rivières du monde. Si les prévisions de Bruce Peterson s’avèrent exact – Et pourquoi ne le seraient elle pas ? – un énorme mur d’eau douce inondera bientôt le Nord de la Sibérie. – Il faudrait ici faire une représentation de ce que cela signifierait pour les terres à proximités.- 1000 km3 d’eau supplémentaires par an se déverseraient dans les eaux salées du Tapis Roulant. L’impact serait énorme. Ah ! Tout d’abord nul ne pouvait répondre à la question et maintenant on commence à être capable de chiffrer le moment ou la circulation du Gulf Stream pourrait s’interrompre.

Voila l’avertissement que Bill Turell avait reçu des profondeurs. Il contrôle la salinité du Tapis Roulant au large des iles Féroé au Nord de l’Ecosse, ces appareils mesurent la salinité et la température de l’eau de mer et une diminution de la salinité de l’eau indique un ralentissement de l’énergie motrice du Tapis Roulant.

Bill Turell :  » Cette courbe montre – et il va falloir que nous la trouvions – la salinité de l’eau au fond de l’océan de 1900 à ce jour  »

Jusqu’aux débuts des années 70 la salinité est restée pratiquement constante puis elle à commencé à diminuer.

Bill Turell :  » A la fin des années 70 on a constaté une dilution des eaux profondes salées à tel point que nous avons douté de nos résultats. Nous avons fait d’autres prélèvements, nous avons vérifié avec d’autres pays qui prélèvent la même eau, enfin de compte nous sommes convaincus que ce changement existe.  »

Bill Turell ne fait pas ce seul constat. Il prend des mesures sur le fond même de l’océan sur le chemin de retour du Tapis Roulant son débit à diminué de 20%, un chiffre élevé.

Bill Turell :  » Ce serait les 1ers changements tangibles si nous pensons que le réchauffement de la planète commençait à affecter le Tapis Roulant….Nous savons maintenant que l’apport en eau douce venue de l’arctique augmente, les rivières Sibériennes récupèrent plus d’eau de pluie. – Leurs informations se recoupent – la calotte glacière de l’Arctique fond et déverse plus d’eau douce. C’est le changement le plus important que j’ai observé dans ma carrière.  »

Le processus capable d’arrêter le Tapis Roulant est en marche nous ne savons pas ou aura lieu le point de rupture mais nous nous en approchons.

Richard Alley :  » Je ne pense pas que ce phénomène arrive aussi soudainement que si on faisait une chute dans l’escalier, mais les probabilités sont suffisamment élevés pour qu’on y attache de l’importance.

Terry Joyce :  » l’éventualité d’un changement brusque se renforce, car le réchauffement de la planète nous rapproche du point de rupture. Nous ne savons pas ou il aura lieu mais nous sommes certains d’une chose, nous y arriverons d’ici à une centaine d’années. Il y a 1 chance sur 2 pour que ca se produise.

Ainsi le Tapis Roulant ne passerait plus aux larges des cotes occidentales, il y a une chance sur deux pour que l’une des sources de chaleur les plus importantes de la planète disparaisse purement et simplement. Que se passerait-il si nous étions privés de la chaleur d’un million de centrales électrique ? La réponse à cette question d’une importance cruciale dépend de l’imminence de cette éventualité.

Et cette imminence c’est enfin à nous de la préciser.

Voilà ! Je vais conclure rapidement maintenant. Ces scientifiques ont démontré clairement en apportant les preuves de ce qu’ils avancent des méfaits de la pollution sur notre Climat. La communauté scientifique continue cependant à soutenir que rien n’est jouée, pas avant 2100 en tous les cas, et donc d’ici là elle laisse entendre qu’elle aura trouvé toutes les réponses pour résoudre les problèmes qui nous menacent. Le système peut donc continuer à régner sur nos destins individuels et les hommes politiques peuvent continuer à faire comme si ils n’étaient au courant de rien.  » Les scientifiques disent et nous assurent que… « . La réponse à cette question d’une importance cruciale dépend de l’imminence de cette éventualité. Les chercheurs du Centre de Météorologie envisagent plusieurs scénarios.

le Tapis Roulant s’arrête dans 50 ans
Dans ce scénario toute la zone voisine du l’Europe du Nord se refroidissent. L’Angleterre serait sous la glace.

le Tapis Roulant s’arrête dans 20 ans

Bob Gasgosian :  » Cet évènement est peu probable, mais s’il se produisait l’impact serait énorme tout le Nord Ouest de L’Europe se refroidirait  »

  • Il faudrait évidement trouver les cartes pour illustrer chacune des situations –

Si l’alerte était donnée nous pourrions prendre des mesures et s’adapter à ce nouveau paysage, mais il n’y aura pas d’alerte.

Tery Joyce.  » Ce sera très rapide, soudain on passera d’une décennie au climat doux à une décennie ou l’hivers sera le plus rigoureux qu’on a jamais vu en 100 ans. Et cette période durera 1 siècle.  »

Un phénomène plus inquiétant encore risque de se produire si le Tapis Roulant s’arrête. Un phénomène qui engendrerait une catastrophe à l’échelle planétaire.

Autre simulation du Centre Météorologique.

Elle montre qu’il existe un lien direct entre l’arrêt du Tapis Roulant et la répartition des pluies à la surface du globe, des conséquences sur les Tropiques sont aussi à prévoir. C’est du moins ce que dit l’ordinateur…Puis viennent les preuves que ce phénomène s’est déjà produit.

Les indices se cachent à l’intérieur des échantillons de Richard Alley.

Richard Alley constate que dans le passé la diminution spectaculaire du taux de méthane correspond à une baisse des températures. L’arrêt du Tapis Roulant semble avoir assécher le monde.

Ces scénarios nous réservent d’autres surprises. La Rupture du Tapis Roulant peut être soudaine.

Conclusion

Nous nous préparons à affronter une chaleur accrue et des pluies torrentielles – ce qui évidemment n’est pas exclus dans les semaines les mois et les années qui viennent- mais notre façon d’interpréter les changements climatiques remet tout en question. Ne serions nous pas en train de faire fausse route ?

Ma conclusion

Ces Scientifiques ont répondu à la question que nous devrions nous poser sur notre avenir, par rapport à ce que l’homme à fait advenir à la nature en peu de décennies. Et ce n’est bien sûr pas pour satisfaire leur soif de pouvoir de haine et d’argent ou pour des besoins égoïstes qu’ils ont montré un tout autre visage de la situation de la terre et de la place de l’homme alors. Ils ont apporté aux pouvoirs publics comme à la communauté scientifique toute entière, les preuves tangibles qu’un bouleversement climatique majeur est en train d’intervenir. Qu’ont fait les pouvoirs publics pour prendre ce risque au sérieux ? Ne fallait il pas alors que la France change radicalement de cap ?

Source : BBC / Coup de Froid sur la Planète

mis à jour le 22 janvier 2019

(815)

Laissez un message

Laissez un message