Dernières Infos

Haïti : plus de 842 morts après le passage de l’ouragan Matthew

La puissante tempête Matthew a fait des centaines de victimes dans le sud d’Haïti. C’est l’ouragan le plus violent de l’histoire récente des États-Unis. Les autorités haïtiennes et les ONG font état d’un bilan humain dramatique après le passage de l’ouragan Matthew, qui s’affaiblissait vendredi, mais restait menaçant pour les côtes du sud-est des États-Unis, dont les villes touristiques de Floride.

D’après Reuters, qui cite des élus locaux, le bilan s’est aggravé vendredi soir à au moins 842 morts rien qu’à Haïti. Le sénateur haïtien Hervé Fourcand, élu de la région sud, précisait à l’Agence France-Presse qu’un certain nombre de communes restaient inaccessibles plusieurs jours après l’arrivée sur le pays de l’ouragan alors de catégorie 4, sur une échelle de 5. Il soufflait alors autour de 230 km/h. La protection civile du Sud a évoqué pour sa part un bilan de 315 morts. Mais ce chiffre ne prend pas en compte les communes de Camp Perrin, Les Anglais, Coteaux et Arniquet, a-t-elle précisé. Le ministère de l’Intérieur faisait état, lui, de 271 morts.

Le sud-ouest du pays, surtout la péninsule de Tiburon, a payé le plus lourd tribut, en particulier les localités côtières Jérémie, qui comptent environ 30 000 habitants, et Les Cayes, troisième ville du pays. La boue a tout envahi, des routes étaient toujours impraticables et un pont crucial a été emporté mardi.

80 % des bâtiments dévastés à Jérémie

Selon un bilan à jeudi soir du bureau des Nations unies pour l’aide humanitaire (OCHA), jusqu’à 80 % des récoltes ont été perdues par endroits et plus de 350 000 personnes ont besoin d’une assistance humanitaire. Plus de 21 000 personnes ont été évacuées. « De très importants dégâts sont attendus à Grand’Anse et dans le sud, en particulier dans les villes des Cayes, Jérémie et Port Salut », a indiqué l’Ocha vendredi matin. Plus de 29 000 maisons ont été détruites rien que dans le sud. À Jérémie, « 80 % des bâtiments ont été rasés », selon Jean-Michel Vigreux, directeur de l’ONG Care Haïti.

Aux Cayes, les habitants tentaient de reprendre une vie normale vendredi matin avec le retour du soleil. Matelas et habits détrempés séchaient tandis que des habitants s’activaient aux réparations. Son quartier de Croix-Marche à Terre a particulièrement souffert. Ce n’était plus vendredi matin qu’un entrelacs d’arbres déchiquetés, de tôles, de détritus en tous genres d’où émergeaient des maisons éventrées, qui n’étaient souvent que de simples abris de fortune avant la puissante tempête.
Les plantations de bananiers et de manguiers de la plaine environnante ont été totalement ravagées, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse. Accompagné de plusieurs ministres, le Premier ministre Enex Jean-Charles doit aller vendredi « constater l’état de certaines infrastructures affectées et marquer sa solidarité (…) avec les victimes du grand Nord », selon un communiqué officiel.

sources : http://www.lepoint.fr/

(70)

Laissez un message

Laissez un message