Dernières Infos

Accident nucléaire en Russie: rayonnement 16 fois plus élevé que la normale, traces jusqu’en Norvège

Un accident nucléaire s’est produit le 8 août 2019 dans une base militaire près de Nenoska, dans la région d’Arkhangelsk, dans le nord de la Russie.

Plusieurs explosions en chaînes ont provoqué un incendie sur une base militaire de Severodvinsk, dans la région d’Arkhangelsk, dans le nord de la Russie, le 8 août 2019. Dans la base, il y avait des sous-marins atomiques de la flotte du Nord.

Les opérateurs de l’agence nucléaire Rosatom sont morts dans l’explosion : ils travaillaient sur de  » nouvelles armes « , en particulier sur la « source d’énergie isotopique » du moteur d’un missile.

Les niveaux de radioactivité, après l’explosion, ont dépassé 16 fois les valeurs normales : selon l’agence météorologique nationale, alors que, selon les autorités, ces niveaux ne constituent pas un danger pour la santé publique.

Juste après l’explosion,  » 6 des 8 détecteurs de Severodvinsk ont ​​enregistré des dépassements de la puissance de dose du rayonnement de 4 à 16 fois supérieurs à la normale « , a souligné Roshydromet.

On a détecté une radioactivité de 1,78 microsieverts par heure, alors que la limite est de 0,6 microsieverts en Russie et que la moyenne naturelle à Severodvinsk est de 0,11 microsieverts par heure. L’agence Roshydrometil précise que ces niveaux de radioactivité ont rapidement diminué pour revenir à un taux habituel dans l’après-midi.
Selon l’Organisation mondiale de la santé, le risque de cancer peut augmenter à partir de 50 000 microsieverts.

Les autorités norvégiennes de sécurité nucléaire ont détecté des quantités infimes d’iode radioactif dans la région voisine à la Russie dans les jours qui ont suivi l’explosion: les échantillons ont été recueillis dans une station de filtration de l’air à Svanhovd, dans le nord du pays, près de la frontière russe, du 9 au 12 août.
Le 10 août, l’agence nucléaire russe Rosatom a confirmé une explosion survenue dans la base militaire de la région d’Arkhangelsk, survenue deux jours auparavant.

« A l’heure actuelle, il n’est pas possible de déterminer si la dernière détection d’iode (radioactive) est liée à l’incident d’Arkhangelsk « , a déclaré l’autorité norvégienne.

Immédiatement après l’incident, le ministère russe de la Défense a exclu toute contamination radioactive, signalant des problèmes lors de l’essai d’un « moteur de fusée à propergol liquide », mais la mairie près d’une base a déclaré qu’elle avait enregistrée une brève augmentation de la radioactivité ». Ce n’est que plus tard que les autorités russes ont reconnu que l’incident était lié à des essais de « nouvelles armes ».

Craintes d’un nouveau Tchernobyl ?

Les services de renseignements américains enquêtent pour comprendre la mystérieuse explosion qui a provoqué des radiations au nord de la côte russe, un des pires accidents nucléaires dans la région depuis la catastrophe de Tchernobyl.

Les autorités américaines n’ont rien dit publiquement au sujet de l’explosion russe, peut-être l’un des pires accidents nucléaires dans la région depuis la catastrophe de Tchernobyl, bien qu’apparemment de moindre ampleur, rapporte le New York Times. Au moins 7 personnes ont perdu la vie dans l’explosion. Mais la lente et mystérieuse réaction du gouvernement russe suscite l’inquiétude dans les villes voisines et attire l’attention des analystes européens et américains, qui estiment que l’explosion peut donner un aperçu de la faiblesse technologique du nouveau programme d’armement russe.

Selon les services de renseignements américains, l’explosion est soupçonnée d’impliquer un prototype de ce que l’OTAN appelle le SSC-X-9 Skyfall, un missile de croisière qui, selon Poutine, peut atteindre n’importe quel coin de la Terre car partiellement alimenté par un petit réacteur nucléaire, ce qui élimine les limitations de distance des missiles classiques. Selon les déclarations de Poutine, Skyfall fait partie d’une nouvelle classe d’armes conçues pour échapper aux défenses antimissiles américaines. Dans plusieurs rapports récents du Pentagone et pas seulement, la perspective de missiles de croisière nucléaires russes a souvent été définie comme un nouveau type de menace. Ils sont projetés dans les airs et sont capables de se frayer un chemin imprévisible à des altitudes relativement basses.

Mais les essais de missiles russes semblaient avoir échoué avant même la catastrophe de ce 8 aout et l’histoire de ce que rapporte la Russie change au fil des jours, le nombre de victimes ne cessant d’augmenter. Dans certaines déclarations rapportées par les agences de presse d’Etat, les forces armées russes ont d’abord déclaré qu’un incendie avait commencé lorsque le moteur d’une fusée à propergol a explosé dans un site d’essai, mais le rayonnement est resté à des niveaux normaux. Cela allait en contradiction avec un rapport des autorités locales sur la ville de Severodvinsk, située à environ 40 km. Un responsable de la défense civile a déclaré que deux instruments de mesure avaient augmenté. Les médias russes ont ensuite rapporté que les radiations avaient été brièvement multipliées par 200 .

Bien que l’ampleur de l’incident semble beaucoup moins important que l’explosion de Tchernobyl en 1986, qui a coûté la vie à des milliers de personnes, la lenteur de la divulgation d’informations confuses, et le manque de confiance dans les rapports des autorités, cela semble rappeler la réaction des officiels de la catastrophe de Tchernobyl. Les aveux russes du fait que l’incident était centré sur une « source d’énergie isotopique » sont survenus après une série de déclarations anonymes, sur Tass, sur d’autres sites russes, qui semblent mêler des faits, des rumeurs et des informations erronées. Mais les images satellites offrent des indices.

Une image du 8 août, le jour de l’accident, publiée par Planet Labs, une société qui lance de petits satellites, semble montrer Serebryanka, un navire transportant des déchets et des combustibles nucléaires, à l’extérieur du site d’essai de missiles de Nenoksa. Sa présence, selon Jeffrey Lewis, chercheur au Centre d’études sur la non-prolifération James Martin de l’Institut Middlebury,  » pourrait être liée à la mise à l’essai d’un missile de croisière nucléaire « . Lewis a déclaré que, compte tenu d’autres échecs dans la thèse du système de propulsion de missile,  » nous pensons qu’ils ont du mal à allumer le réacteur  » et cela a créé de la chaleur pour alimenter le missile.

Les courses aux armes nucléaires ne sont que partiellement axées sur les armes. Souvent, ils ont l’impression que le système fonctionne, alors que ce n’est pas le cas. Les États-Unis et la Russie mentaient sur les capacités et la taille de leurs arsenaux pendant la guerre froide et tentaient de cacher tout accident. Ce ne sera sûrement pas la première fois que les forces armées russes et leurs prédécesseurs soviétiques ont caché un désastre lors d’essais.

Mais voici un lien qui démontre la confusion de toutes ces informations entre les officiels et les médias occidentaux : Explosion dans une base russe.

Adaptation Terra Projects – La Terre du Futur

sources originales : http://www.meteoweb.eu/ / http://www.meteoweb.eu/

(4078)

Laissez un message