Dernières Infos

Des chercheurs chinois mettent en garde contre un séisme massif à Palau dans le Pacifique occidental d’ici deux ans

Vue aérienne des 70 îles de Palau, site protégé du patrimoine mondial de l'Unesco. Photo : Getty Images

Un séisme de magnitude 8,0 ou plus devrait frapper la partie sud de l’archipel, le site d’une potentielle base militaire américaine.
L’avertissement est basé sur l’augmentation du stress terrestre et d’autres facteurs externes également observés avant les grands tremblements de terre asiatiques, selon les chercheurs à l’origine de l’étude.

La nation insulaire du Pacifique occidental, les Palaos, pourrait être frappée par un tremblement de terre dévastateur d’ici deux ans, a averti une étude menée par des scientifiques du gouvernement chinois.

Selon un article publié dans la revue nationale à comité de lecture Progress in Earthquake Science, un séisme de magnitude 8,0 ou plus pourrait frapper la partie sud de l’archipel des Palaos, car le stress qui s’accumule sous la région depuis plus d’une décennie devrait être libéré avant fin 2023.

La communauté scientifique dominante estime toutefois que les tremblements de terre ne peuvent être prédits. La plupart des tentatives antérieures visant à déterminer avec précision leur date, leur emplacement et leur magnitude ont échoué, et les quelques cas de réussite sont considérés comme des coïncidences.

Ian Main, professeur à l’université d’Édimbourg, qui dirige son programme opérationnel de prévision des tremblements de terre, explique que l’une des difficultés réside dans le fait que la contrainte physique de la Terre ne peut être mesurée directement. Les estimations de la contrainte sont dérivées d’autres données recueillies par des satellites ou des stations terrestres à l’aide de modèles mathématiques, a déclaré le spécialiste de la sismologie et de la physique des roches.

Les États-Unis, qui ont administré les îles en tant que territoire sous tutelle des Nations unies pendant près de deux décennies après la Seconde Guerre mondiale, sont responsables de la défense nationale et des secours en cas de catastrophe. L’année dernière, le gouvernement de l’île a invité les États-Unis à y installer des installations militaires.

La prévision pour les îles Palau faisait partie d’une expérience scientifique, selon le Progress in Earthquake Science, géré par l’Administration chinoise des tremblements de terre, qui met en œuvre les plans d’intervention en cas de tremblement de terre dans le pays, et la Société sismologique de Chine.

La publication de ces prédictions « offrirait une plateforme aux chercheurs pour mener des expériences et promouvoir des progrès bénéfiques dans la recherche sur la prédiction des tremblements de terre », indique une note de l’éditeur de l’étude dirigée par le professeur Chen Xuezhong de l’Administration des tremblements de terre de Pékin et publiée à la fin janvier 2022.

Selon Chen, leur analyse suggère que le stress physique dans la région de Palau a été multiplié par plus de quatre entre 2008 et juin dernier.

Mais un stress élevé ne conduit pas nécessairement à un tremblement de terre. Ce qui inquiète le plus Chen et ses collègues, c’est que l’instabilité structurelle de la région a également augmenté rapidement au cours des dernières années et que les mesures de stress de Palau sont fortement affectées par les forces de marée.

Les forces de marée, causées par la force gravitationnelle de la lune, peuvent affecter la vitesse de rotation de la Terre et exercer une pression sur sa croûte. Cette pression est généralement trop faible pour provoquer des changements détectables dans une zone stable.

Cependant, « avant qu’un fort tremblement de terre ne se produise… des facteurs externes qui sont habituellement négligeables peuvent jouer un rôle important », a déclaré l’équipe de Chen dans son article.

Cette forte corrélation entre les changements de niveaux de stress et la vitesse de rotation de la Terre avait été observée par des chercheurs chinois avant des tremblements de terre majeurs, notamment le séisme de Tangshan de 1976, d’une magnitude de 7,8, les secousses d’une ampleur de 8,0 au Sichuan en 2008 et le séisme de Tohoku au Japon en 2011, d’après Chen.

Toutefois, ces évaluations des risques sont entravées par le manque de moyens pour mesurer réellement le stress, selon le professeur Main en Écosse.

« Jusqu’à présent, aucun précurseur de séisme systématique et fiable n’a été trouvé, mais il est possible d’utiliser le regroupement de séismes pour obtenir un gain de probabilité significatif par rapport au taux de fond aléatoire », a déclaré Main. « Le problème est que la probabilité absolue est encore très faible (jusqu’à 1 % dans certains cas). »

« Néanmoins, il est important au moins de communiquer ce risque de faible probabilité », a-t-il ajouté, « afin que les parties prenantes puissent prendre des mesures, et maintenant de nombreux pays à travers le monde ont adopté une capacité opérationnelle de prévision des tremblements de terre pour le faire ».

« La première ligne de protection contre les tremblements de terre (…) reste la réglementation, la conception et la construction de bâtiments et d’infrastructures parasismiques. »

Des chercheurs du ministère chinois de la gestion des urgences ont déclaré le mois dernier qu’un système mondial de surveillance et de prévision des tremblements de terre employant un vaste réseau de stations terrestres et de satellites avait commencé à fonctionner à Pékin.

Ils ont déclaré que le système était équipé d’une technologie d’extraction de données massives et d’intelligence artificielle pour découvrir des modèles précédemment négligés ou non compris par les humains à l’heure actuelle.

Adaptation Terra Projects

sources : https://www.scmp.com/ / https://fr.wikipedia.org/ /

(296)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :