Dernières Infos

Les Emeutes de la Faim dans le monde

Le Programme alimentaire de l’ONU correspond à 10 jours du programme militaire des USA en IRAK ou encore chaque année, le budget mondial dépensé en pûblicité s’élève à 500 milliards de dollars. Une étude de l’ONU estime que pour réduire de moitié la faim dans le monde 10% de cette somme suffirait.

En 2007, dans le monde, 1 personne meurt toute les 4 secondes de faim.

Les émeutes de la faim démontrent que le problème est croissant. Une inflation des prix de l’alimentaire pourrait être un désastre… le monde traverse la première crise financière de la mondialisation, estime Gordon Brown. Ici ce n’est pas de simples émeutes mais tout simplement des menaces de famine qui touchent 37 pays en ce mois d’avril 2008. La hausse des prix alimentaires alarme les instances internationales. Des milliers de personnes vont mourir de faim, craint le FMI. Au même moment  le prix du baril de pétrole franchi les 114.08 $.

Pourtant d’autres budgets sont allouées pour des causes bien interrogatives :

Budget des USA dans les guerres :

Les Etats-Unis ont dépensé plus de 500 milliards de dollars dans les guerres en Irak et Afghanistan et chaque mois ces conflits coûtent 12 milliards de dollars, rapporte une étude indépendante de l’organisme de recherches du Congrès (Congressional Research Service).

Le coût total des guerres en Irak et en Afghanistan pourrait atteindre 2 400 milliards de dollars d’ici 2017, selon un rapport officiel du Bureau du budget du Congrès américain (CBO) publié mercredi 24 octobre. Selon ce rapport, les dépenses pour les guerres pourraient atteindre 1 700 milliards de dollars, auxquels il faudrait ajouter 705 milliards pour payer les intérêts d’emprunts, que le gouvernement américain devrait encore contracter d’ici à 2017.C’est la première fois que le CBO prend en compte les intérêts des emprunts relatifs aux dépenses engagées pour la guerre. (source Octobre 2007).

Les guerres des Etats-Unis en Irak et en Afghanistan pourraient leur coûter un total de 2 400 milliards de dollars sur les dix prochaines années, soit 8 000 dollars par habitant, selon un rapport du congrès.

Pendant ce temps, l’onu pronait l’idée d’une loterie pour combattre la faim dans le monde en 2004 :

Les responsables de trois agences de l’Onu ont émis l’idée en 2004 d’une loterie pour financer la lutte contre la faim dans le monde, parmi d’autres propositions comme la taxation du commerce des armes.

« Nous avons évoqué la perspective d’une loterie pour récolter de l’argent pour nourrir les gens qui ont faim », a déclaré James Morris, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), après un entretien avec le président Jacques Chirac en 2004, à l’Elysée.

« Aux Etats-Unis, il y a beaucoup d’endroits où on utilise une loterie pour lever des fonds pour l’éducation ou des services sociaux et les Français gèrent superbement une loterie nationale », a-t-il ajouté. « L’idée que ce peut être un moyen d’alimenter le budget de l’aide au développement, pour lutter contre la faim, est une bonne idée, je crois. »

En 2003, Chaque année, dix millions d’êtres humains meurent de la famine. Les sauver ne coûterait guère plus qu’un mois d’occupation de l’Irak. Les 10% les plus riches des habitants de la planète possèdent 124 fois plus que les 10% les plus pauvres. Ces réalités choquantes et bien d’autres, vous pouvez les découvrir dans un Rapport de 2003 sur le développement humain des Nations unies.

Depuis le budget militaire en Irak a grandi mais le budget alimentaire n’a pas bougé !

Plus de pauvres aussi dans les pays occidentaux

Chaque jour, 30.000 enfants meurent de faim et de manque de soins. Le nombre d’enfants morts de la diarrhée durant les années 90 a dépassé le total des victimes de tous les conflits armés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Chaque année, plus de dix millions de personnes meurent de faim, de tuberculose et d’autres maladies aisément guérissables. Chaque année, plus d’un demi-million de femmes meurent en couches. «Ces données statistiques sont scandaleuses parce qu’un grand nombre de ces morts sont évitable», indique le rapport.

Les défenseurs du capitalisme mondial ne peuvent faire autrement que de reconnaître ces chiffres. Ils disent: la situation est mauvaise, en effet, mais nous progressons. Le rapport fait du petit bois de ces allégations. Aujourd’hui, 54 pays sont plus pauvres qu’il y a dix ans. Cela équivaut à un huitième de la population mondiale.

Le nombre de gens vivant dans une extrême pauvreté a augmenté en Amérique latine, dans les anciens pays du bloc de l’Est et en Afrique subsaharienne. Au cours de la décennie écoulée, le nombre total de pauvres des pays capitalistes s’est accru de 60 millions et, s’il faut en croire les auteurs, il s’agit d’une estimation très basse. En Afrique, en 1990, la mortalité infantile était 19 fois plus importante que dans les pays riches. Aujourd’hui, 26 fois.

Mais 5 ans plus tard qu’est ce qui a changé ?

La crise alimentaire actuelle due à la spéculation pétrolière et des matières premières creusent le fossé.

Face à la flambée des prix et à la pénurie des denrées alimentaires, la communauté internationale a reconnu ce week-end l’urgence d’une action concertée au niveau planétaire, qui demande désormais à se traduire dans les faits.

L’urgence d’une action concertée au niveau planétaire a été reconnue ce week-end comme une priorité mondiale par la communauté internationale. « Nous devons mettre de la nourriture dans des bouches qui ont faim » soutient le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, au terme d’une réunion à Washington du comité conjoint pour le développement de son institution et du Fonds monétaire international. Dans les faits, il s’agirait d’aider les 37 pays jugés menacés de crises alimentaires par la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture). Robert Zoellick propose également que les fonds souverains consacrent 30 milliards de dollars, soit 1% de leur actif de 3.000 milliards de dollars, aux investissements en Afrique. La Banque mondiale avertit aussi que l’inflation alimentaire n’est pas un phénomène temporaire et que les cours devraient rester supérieurs à ceux de 2004 jusqu’en 2015. La première urgence est de renflouer le Programme alimentaire mondial des Nations unies, dont le déficit de financement atteint 500 millions de dollars, souligne la Banque mondiale qui s’engage par ailleurs à doubler le volume de son prêt en Afrique subsaharienne pour accroître la productivité.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a promis, lui aussi, de soulever la question lors du prochain sommet du G8. Mais l’heure n’est plus à l’attente, comme le reconnait la communauté internationale. Les dépenses alimentaires constituent dans les pays aux populations pauvres, 75% du revenu des ménages. Or le riz qui représente la nourriture de base d’un pays tel qu’Haïti, voit son prix augmenter de 52% en deux mois.

Haïti touché par les émeutes de la faim

L’envolée du prix des denrées de base, qui a provoqué de violentes manifestations dans plusieurs pays du tiers monde ces dernières semaines, doit être au centre des préoccupations des gouvernements, ont insisté Zoellick et le Premier ministre britannique Gordon Brown au cours du week-end. La semaine dernière, la crise alimentaire avait provoqué dix jours d’émeutes en Haïti, avec un bilan de six morts. Au Burkina Faso ainsi qu’en Egypte, les organisations syndicales avaient lancé un appel à la grève générale du travail. C’est au sein d’un tel climat que Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, s’est prononcé lors d’une interview parue ce lundi dans le journal Libération : « On va vers une très longue période d’émeutes, de conflits, des vagues de déstabilisation régionale incontrôlable, marquée au fer rouge du désespoir des populations les plus vulnérables ».

L’offre de produits alimentaires devenant insuffisante face à la demande, les principaux exportateurs mondiaux que sont la Thaïlande et le Vietnam, ont décidé de stopper les cargaisons à destination de l’étranger. Ils préfèrent nourrir leur population nationale qui doit s’armer face à la fermeture de ses commerces, ou encore à la paralysie des transports due elle aussi à l’augmentation de près de 50% du prix d’un billet de bus. Dans le même sens, le président haïtien René Préval, a également incité sa population à consommer des denrées produites sur place.

Risque de « tsunami » humanitaire prévient  le commissaire européen  au Développement, Louis Michel. « Un choc alimentaire mondial se profile »,  et l’Afrique risque d’être la région la plus touchée. Il est d’ailleurs de fait que de Haïti à la Côte d’ivoire, les émeutes de la faim se multiplient. Elles  ont fait 40 morts au Cameroun en février et généré de violents incidents en Côte d’Ivoire, en Mauritanie et au Sénégal. Au Burkina Faso, plusieurs syndicats ont lancé  une grève générale de deux jours. A Haïti,  pays le plus pauvre des Amériques, des milliers de personnes ont manifesté  à Port-au-Prince. De nombreux Mexicains ne peuvent plus acheter le maïs, pour fabriquer, leur plat de base, la tortilla. En Asie et en Egypte, l’envol du prix du riz atteint un tel niveau que l’exportation est remise en cause.

En effet, les grands pays producteurs réduisent leurs exportations pour protéger leur marché intérieur, poussant davantage encore les prix mondiaux à la hausse. La suspension annoncée des exportations de riz de l’Inde (troisième exportateur mondial), elle-même confrontée à une forte inflation, a généré une nouvelle poussée de fièvre. Au Bangladesh, grand importateur de riz, où les familles les plus pauvres consacrent 70 % de leurs revenus à la nourriture, l’explosion des prix constitue une vraie menace pour la stabilité politique. Il en va de même à Manille où l’armée philippine distribue du riz dans les quartiers pauvres. Le gouvernement indonésien promet lui aussi de distribuer du riz et subventionne désormais l’huile de cuisson. . L’inflation génère aussi des troubles au Vietnam et en Thaïlande, où le prix du riz a bondi de 50 % le mois dernier.

sources : http://www.dicodunet.com / http://www.lemonde.fr / http://www.rtlinfo.be/ / http://www.voxdei.org / http://clairette59.unblog.fr / http://www.armees.com / http://www.northstarcompass.org/ / http://www.latribune.fr /http://www.levif.be / http://www.come4news.com/ / http://www.ouest-france.fr/

(223)

Laissez un message