Dernières Infos

La super éruption européenne qui a sauvé les derniers Néandertaliens

Une équipe de chercheurs espagnols a modélisée cette catastrophe naturelle qui a eu lieu il y a 39.000 ans, grâce au supercalculateur de MareNostrum à Barcelone.

Il y a 39.000 ans, près de la ville italienne de Naples, il a eu lieu une super-éruption volcanique. Les cendres se sont réparties sur 3 millions de kilomètres carrés et ont couvert 30% de l’Europe avec des conséquences importantes qui ont façonné l’évolution humaine elle-même. Aujourd’hui, une équipe de chercheurs du Supercomputing Center de Barcelone (BSC) ont réussi à reconstituer en détail cette catastrophe naturelle grace aux  simulations de superordinateurs de Marenostrum.

La super-éruption de la caldeira Ignimbrite Campana (qui comprend les champs phlégréens, le vésuve et la baie de Naples) est la plus importante qui ait eu lieu en Europe depuis ces 200.000 dernières années.

 champs-phlégréens-caldeira-campana

Mais jusqu’à présent, on ne connaissait pas les réelles conséquences de cette super-éruption. Alejandro Martí chercheur et co-auteur de BSC de l’étude publiée le 17 février 2016 dans la revue «Nature Rapports scientifique», rapporte la difficulté de reconstruire un tel phénomène géologique aussi ancien : «Nous avons près de 1000 simulations avec le MareNostrum pour expliquer la dispersion des cendres trouvées dans les dépôts géologiques « .

volcan-vesuve-eruption-36000ans

La logique nous dit que s’il avait continué sa progression, l’Homo sapiens aurait dépassé le fleuve l’Ebre et serait entré en concurrence avec les Néandertaliens.

Toute éruption volcanique a deux phases. La première est explosive, dans lequel le magma et les pierres s’échappent avec forte violence. Pour la caldeira de Ignimbrite Campana, la colonne initiale a atteint 44 kilomètres de haut. Dans la deuxième phase, les plus petites particules se sont dispersées dans l’atmosphère. Merci au modèle de dispersion utilisée par les chercheurs, qui a conclu que les trois quarts des cendres rejetées étaient de ce dernier type. Le résultat: « La cendre a atteint la Russie et a couvert un tiers de l’Europe», explique Marti.

neandertal famille

 

Les Néandertaliens ont été isolés par les cendres

La reconstruction des deux phases de la super-éruption confirme l’idée que la catastrophe a eu des conséquences importantes sur l’évolution humaine. Cela défend également la théorie qui suggère que grâce à elle, les Néandertaliens qui habitaient la péninsule ibérique ont survécu de plus de 5000 ans à la concurrence avec l’Homo sapiens.

Jusqu’à présent, on ne savait pas dans quelle mesure les cendres de cette super-éruption européenne des 200.000 dernières années s’étaient propagées.

L’éruption a pris fin dans la région avec les humains modernes, mais a également modifié la transition qui se déroulait de l’est à l’Europe occidentale . « Les ‘Homo sapiens» venant vers l’ouest ne pouvaient pas se reproduire, et ceux qui avaient déjà été confinés à la France et l’Europe du Nord », ajoute le chercheur. Et voici la clé qui a sauvé l’homme de Néandertal, au moins pour quelques années de plus, lorsque la zone couverte par les cendres a été récupérée, nos ancêtres ont décidé de conquérir ces régions.

« La logique dit que s’il avait continué la progression, l’Homo sapiens aurait dépassé l’Ebre et serait entré en concurrence avec les Néandertaliens de la péninsule ibérique. Les conséquences, en Europe du Nord, sont qu’ils sont restés en sécurité de l’extinction de leur espèce. L’éruption a laissé un grand espace inhabité, quand il a été récupéré, l’homme a choisi de le repeupler ». Donc tout ceci explique les restes archéologiques de Néandertaliens qui ont été trouvés en Espagne de plus de 5000 ans que prévu.

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

source : http://www.elconfidencial.com/

(1435)

Laissez un message