Dernières Infos

La cité perdue de Sifar

credit google earth

Au néolithique, quand le Sahara n’était pas encore un désert, des hommes ont peint et gravé les parois rocheuses du Tassili n’Ajjer. Animaux, scènes de chasse ou cérémonies énigmatiques, ces chefs-d’œuvre n’ont pas livré tous leurs secrets.

La cité de Sifar ou Séfar est située au cœur du massif montagneux du Tassili n’Ajjer, à 2400 km au sud d’Alger et tout près de la frontière libyenne. Séfar qui est parfois surnommée « la ville des pierres » est la plus grande ville troglodyte du monde, avec plusieurs milliers de maisons fossilisées. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1982.

Pour autant très peu de voyageurs s’y rendent compte tenu de son éloignement géographique et surtout du fait des difficultés d’accès liées à sa géologie. Il n’y a en effet aucune route et le seul moyen de passer le col qui mène sur le plateau est d’emprunter un chemin escarpé à pied ou à dos d’âne.

credit nboujiw / nboujiw

Une fois franchi ce labyrinthe de roches aux sentiers étroits et infranchissables, cette cité naturelle hors du commun se dévoile. Ce site qui est connu comme le plus grand musée d’art préhistorique à ciel ouvert au monde abrite plusieurs dizaines de milliers de dessins, de gravures et de peintures rupestres qui ont été découvertes dans les années 1950 par le célèbre explorateur et préhistorien français Henri Lhote.

Ces peintures, dont certaines datent de plus de 12 000 ans, représentent pour la plupart des animaux et des scènes de chasse ou de la vie quotidienne qui témoignent que ce lieu hostile n’a pas toujours été un désert inhabité. Les peintures les plus exceptionnelles représentent des cérémonies énigmatiques ainsi que des créatures mystérieuses aux formes étranges et aux allures extraterrestres. Les plus connues d’entre elles sont « Le Grand Dieu », « L’archer noir », « Les Martiens » et les « Têtes rondes ».

Sur le site de Sefar, proche de la Libye, se dresse une figure étrange, haute de 1,55 m et formant le centre d’une vaste scène qui s’étend sur 20 m2. Baptisé « grand dieu », ce géant est l’une des plus célèbres peintures rupestres du Tassili. La forme de la tête et les excroissances sur les bras restent inexpliquées. L’explorateur français Henri Lhote l’avait d’abord nommé « l’abominable homme des sables ».

David Parker/SPL/Cosmos

La datation de ces figures étonnantes datent d’au moins 12 000 ans avant nos jours – voire beaucoup plus – L’on ne doit jamais imaginer le passage d’un style culturel à un autre comme une rupture franche et brève.

credit https://nessahra.net/

Sifar est la plus grande cité troglodyte au monde et le plus grand musée à ciel ouvert au monde de l’époque néolithique avec ses 15000 gravures et dessins rupestres : un trésor de l’humanité (inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1982).

credit Nboujiw

Adaptation Terra Projects

Sources : https://www.theoutsiders.travel/ / https://www.geo.fr/ / https://nessahra.net/ / http://quintessences.unblog.fr/

(439)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :