Dernières Infos

Le retour d’El Niño

Ici El Nino en 1997 et 2015

Plusieurs modèles prédisent le retour d’El Niño en 2023, une année qui devrait être marquée par des anomalies de température et d’importants épisodes de chaleur. Or, les changements climatiques bouleversent ce phénomène naturel et comportent leur part d’inconnu. Explications.

Au début du mois, le programme européen Copernicus indiquait dans son rapport annuel que 2022 avait été la cinquième année la plus chaude du monde. Plusieurs pays d’Europe ont connu des vagues de chaleur record en été, en dépit du fait que nous traversions un épisode du phénomène climatique La Niña, qui a tendance à engendrer un effet de refroidissement sur le globe.

Cependant, La Niña, qui dure depuis septembre 2020 – un épisode particulièrement long –, devrait tirer à sa fin cette année pour laisser place à El Niño, soit la phase plus chaude du cycle. Différents modèles de prévision climatique indiquent que La Niña devrait se poursuivre jusqu’en mars.

Bien qu’ils prédisent par la suite l’arrivée d’El Niño, ces modèles ne s’entendent pas sur le moment où l’alternance se produira. Le phénomène pourrait se manifester aussi tôt qu’en 2023.

Afficher les commentaires
Valérie Boisclair (accéder à la page de l’auteur)
Valérie Boisclair
Publié le 24 janvier 2023
Plusieurs modèles prédisent le retour d’El Niño en 2023, une année qui devrait être marquée par des anomalies de température et d’importants épisodes de chaleur. Or, les changements climatiques bouleversent ce phénomène naturel et comportent leur part d’inconnu. Explications.

Au début du mois, le programme européen Copernicus indiquait dans son rapport annuel que 2022 avait été la cinquième année la plus chaude du monde. Plusieurs pays d’Europe ont connu des vagues de chaleur record en été, en dépit du fait que nous traversions un épisode du phénomène climatique La Niña, qui a tendance à engendrer un effet de refroidissement sur le globe.

Cependant, La Niña, qui dure depuis septembre 2020 – un épisode particulièrement long –, devrait tirer à sa fin cette année pour laisser place à El Niño, soit la phase plus chaude du cycle. Différents modèles de prévision climatique indiquent que La Niña devrait se poursuivre jusqu’en mars.

Bien qu’ils prédisent par la suite l’arrivée d’El Niño, ces modèles ne s’entendent pas sur le moment où l’alternance se produira. Le phénomène pourrait se manifester aussi tôt qu’en 2023.

El Niño et La Niña sont des courants marins de grande envergure dans le Pacifique équatorial qui influencent, notamment, la température à la surface de la mer, les précipitations et le régime des vents. Ils se développent habituellement dans la période d’avril à juin, avant d’atteindre leur puissance maximale entre octobre et février.

En décembre dernier, l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) estimait que les probabilités d’un El Niño d’août à octobre 2023 s’élevaient à 66 %. Le 19 janvier, l’International Research Institute for Climate and Society de la Colombia Climate School évaluait son éventualité à la baisse, entre 53 et 57 %, pour la même période.

Un impact sur plusieurs zones du globe

C’est durant les années 1990 qu’un lien a été établi entre une période de La Nino avec un changement du climat sur d’autres régions du globe. Ainsi, parmi l’ensemble des résultats obtenus à la suite d’études, il a été découvert que le phénomène El Nino a un impact aussi bien dans les régions dites tropicales de l’Atlantique et de l’océan Indien. Pour arriver à ces informations, ce ne sont pas moins de 650 000 mesures qui ont été nécessaire, ce sur une durée de 15 ans.

Concernant la zone tropicale de l’Océan Atlantique, il a été observé une hausse des températures à sa surface ce plusieurs mois après un épisode d’El Nino. Côté Pacifique, c’est plutôt une variation de pression qui s’observe.

Les phases El Nino et El Nina. Source : www.climate.gov .

Ces évolutions climatiques engendrent par exemple des conditions plus sèches en Inde et en Indonésie (ainsi que sur le Nord et l’Est de l’Australie) durant la période juin / août. Un air plus chaud est quant à lui présent par exemple du côté du Brésil.

Durant la période décembre / février, on retrouve des conditions climatiques plus douces en Amérique du Nord, sèches au Nord du Brésil et pluvieuses sur le Sud-Est de l’Amérique du Sud.

Pendant un El Niño, l’océan transfère une partie de cet excès de chaleur et d’humidité dans l’atmosphère, comme lorsque vous faites cuire des pâtes et que votre cuisine devient humide. En plus de la tendance au réchauffement climatique, un fort El Niño peut ajouter jusqu’à 0,2 ° C à la température moyenne de la Terre. L’année la plus chaude jamais enregistrée a été 2016, au cours d’un El Niño particulièrement fort. Une année La Niña peut également battre des records de chaleur, car la tendance au réchauffement imposée par l’accumulation croissante de gaz à effet de serre dans l’atmosphère peut masquer l’effet de refroidissement des processus naturels.

Hivers froids dans le nord de l’Europe

L’équilibre entre la haute pression sur les Açores et la basse pression sur l’Islande détermine où va la pluie en Europe pendant l’hiver en poussant le courant-jet – une bande de forts vents d’est qui transporte la pluie à travers l’Atlantique – vers le nord ou le sud. Pendant les hivers El Niño, les deux centres de pression perdent de leur force et le courant-jet apporte des conditions plus humides dans le sud de l’Europe.

L’effet le plus important est observé dans le nord de l’Europe, cependant, où les hivers deviennent plus secs et plus froids. Une saison hivernale glaciale 2023-2024 est probable si El Niño s’accélère suffisamment d’ici là. En raison du réchauffement climatique, les scientifiques s’attendent à ce que l’influence d’El Niño sur l’Atlantique Nord et l’hiver nord-européen se renforce.

Comprendre les subtilités du système climatique est similaire à essayer d’assembler un grand puzzle. Les océans communiquent entre eux, et à l’atmosphère, qui en même temps se répercute sur l’océan. Les scientifiques ne savent toujours pas comment El Niño se comportera à l’avenir, mais ses effets seront probablement amplifiés par le changement climatique dans différentes régions du monde.

sources : https://ici.radio-canada.ca/ / https://www.tameteo.com/ / https://theconversation.com/

(644)

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. 2023 évolution du climat | Géopolitique – Archives

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.