Dernières Infos

Un volcan fait fondre les glaciers en Antarctique

Si la calotte polaire est plutôt stable dans la partie est de l’Antarctique, il n’en va pas de même à l’ouest (NASA).


Un volcan subglaciaire serait en partie à l’origine de la diminution de l’épaisseur de la calotte à l’ouest du continent.Des glaciologues britanniques ont découvert un volcan sous un kilomètre de glace en Antarctique. Sa dernière éruption remonte à 325 avant notre ère et la chaleur qu’il dégage toujours accélère la glissade d’un glacier de 200 000 kilomètres cubes vers l’océan. En 2001, un morceau de 700 kilomètres carrés s’en était brusquement séparé.

C’est la première fois qu’on observe les traces d’une éruption subglaciaire en Antarctique. L’événement a pulvérisé la surface du glacier de l’île de Pine sur plusieurs centaines de mètres et envoyé un panache de fumée et de débris à 12 kilomètres d’altitude, selon les modélisations. Ce phénomène a été observé ailleurs sur la planète, notamment en Islande en 2004, quand le volcan Grimsvötn avait fait éruption de cette manière.

«À cause des sédiments géologiques, nous savions qu’une éruption est survenue vers 325 av. J.-C., à l’époque d’Alexandre le Grand, mais jusqu’à maintenant nous ignorions où», a précisé David Vaughan, de la Commission antarctique britannique, l’un des coauteurs de l’étude publiée dans Nature Geosciences. «Comme nos calculs montrent que l’éruption s’est produite dans les cinq derniers siècles avant notre ère, c’est probablement la bonne.»

Forme elliptique

Les débris de l’éruption sont situés à une profondeur de 100 à 700 mètres sous la surface de la glace. Des études précédentes avaient repéré leurs traces, mais on pensait jusqu’à maintenant qu’il s’agissait de la trace radar du sol. Avec un radar plus puissant installé dans un avion ayant survolé le site en 2004 et 2005, les glaciologues britanniques ont détecté la trace du vrai sol, plusieurs centaines de mètres en bas. La forme elliptique des débris a vite indiqué qu’il s’agissait d’une éruption volcanique et a permis aux chercheurs d’estimer qu’il n’y avait pas beaucoup de vent le jour de l’éruption. L’épaisseur de la couche de débris est très mince par endroits, seulement 0,3 millimètre. Le sommet d’une montagne qui atteint presque la surface du glacier est fort probablement le volcan lui-même.

Le « cercle de feu »

Plusieurs autres volcans se trouvent dans l’Antarctique-Occidentale, dont fait partie le glacier. Ils font partie du «cercle de feu» entourant le Pacifique, qui comprend aussi les volcans de Californie et d’Océanie. Les glaciologues britanniques estiment qu’ils accélèrent la fonte des glaces due au réchauffement de la planète dans cette région du continent, qui contient 2,2 millions des 25,4 millions de km3 de glace en Antarctique. Le glacier de l’île Pine contient environ 200 000 km3 de glace, ce qui en fait le plus important d’Antarctique-Occidentale.

source : http://www.cyberpresse.ca

(333)

Laissez un message