Dernières Infos

Séisme en Turquie, Istanbul en ligne de mire ?

Des sauveteurs recherchent des survivants au milieu des décombres d'un immeuble qui s'est effondré après le séisme dans la ville d'Adana en Turquie le 6 février 2023. credit BFM TV

Environ 24 heures après que deux très forts séismes ont frappé le sud-est de la Turquie, les équipes de secours tentent toujours de dégager les survivants des décombres des bâtiments effondrés. On sait que plus de 4300 personnes ont été tuées dans le séisme, qui a secoué la région lundi matin soir, heure locale (6 février 2023).

Carte des tremblements de terre après M7.8 en Turquie. Plus de 60 fortes répliques enregistrées, dont une M7.5… Via CNN

En Turquie, au moins 2921 personnes ont été tuées et plus de 15 800 autres ont été blessées, selon le chef des services de secours de la Turquie, Yunus Sezer. En Syrie voisine, au moins 1 451 personnes sont mortes. Selon l’agence de presse nationale syrienne SANA, 711 personnes ont péri dans les zones contrôlées par le gouvernement, principalement dans les régions d’Alep, de Hama, de Lattaquié et de Tartous.

Carte géologique de la Turquie. Comprend les tremblements de terre depuis 1900 qui sont classés comme des tremblements de terre importants par les National Centers for Environmental Information sur la base d’une série de critères comprenant les décès, les dommages et la magnitude. Source : National Oceanic and Atmospheric Administration ; United States Geological Survey .Coincée entre la plaque arabe et la plaque eurasienne, la faille anatolienne s’échappe vers l’ouest. Les tremblements de terre de lundi se sont produits à l’extrémité inférieure de la faille anatolienne orientale et sont colorés en rouge. via NYT

Les températures glaciales et les centaines de répliques sismiques entravent le travail des secouristes et aggravent le sort des survivants.

Comme le montre la carte ci-dessous, le tremblement de terre de magnitude 7,8 survenu à 4 h 17, heure locale, et la réplique d’une magnitude inhabituelle de 7,5 survenue neuf heures plus tard, se sont produits dans la zone de faille de l’Anatolie orientale. Mais plusieurs tremblements de terre extrêmement meurtriers ont également eu lieu dans les zones de faille de l’Anatolie du Nord, dont un en 1999, à environ 60 miles d’Istanbul, qui a tué environ 17 000 personnes.

Les épicentres des séismes et des répliques ont été localisés sur la faille de l’Anatolie orientale, à environ 400 miles à l’est-sud-est de la capitale turque, Ankara. Cette faille est l’une des deux principales zones sismiques du pays, qui est à cheval sur l’Europe et l’Asie et constitue un carrefour historique. En fait, la Turquie est l’une des nations les plus actives sur le plan sismique en Eurasie.

© Sercan Kucuksahin/Anadolu Agency via Getty Images

La cause de cette dangereuse activité sismique est la collision de plusieurs plaques, qui constituent la surface de la terre comme un gigantesque puzzle qui se déplace lentement.

Une grande partie de la partie asiatique de la Turquie constitue sa propre plaque, la plaque anatolienne. Cette pièce de puzzle relativement petite est coincée entre deux géants du système tectonique des plaques.

Venant du sud à une vitesse d’environ un pouce par an, la plaque arabe s’écrase sur la plaque eurasienne, la plate-forme stable qui s’étend le long du bord nord de la Turquie. En fait, la plaque eurasienne s’étend sur des milliers de kilomètres depuis la dorsale médio-océanique de l’océan Atlantique jusqu’à la Sibérie orientale.

Pris entre ces deux plaques monstrueuses, le bloc anatolien tente d’échapper aux énormes forces de compression en s’extirpant de leur étau vers l’ouest. Comme la plupart des mouvements tectoniques, cette lente progression ne se fait pas sans heurts ni heurts. Au lieu de cela, la plaque anatolienne gratte et fait des embardées devant ses voisines plus grandes, en direction de la Grèce et de la mer Égée.

Dans les régions septentrionales de la Turquie, ce mouvement de raclage est très similaire à celui qui se produit entre les plaques nord-américaine et pacifique ici en Californie. Il conduit donc à une faille de glissement similaire à la faille de San Andreas. Cette faille majeure est appelée la faille nord-anatolienne (NAF).

Certains des tremblements de terre les plus puissants jamais mesurés en Asie mineure se sont produits le long de cette ligne de démarcation sismique. Parmi eux, le tremblement de terre le plus destructeur de ces cent dernières années en Turquie, un séisme de magnitude 7,8 qui a frappé la ville d’Erzincan en 1939, faisant environ 33 000 victimes.

Carte des risques sismiques en Turquie. L’aléa sismique en Turquie suit essentiellement les deux principales lignes de faille, la faille anatolienne nord et est. Ces failles sont également les limites de la plaque anatolienne (voir figure 1). Plus la couleur rouge est foncée, plus l’aléa est important.

Le bord oriental de la plaque anatolienne frôle également son bourreau, la plaque arabique, formant la faille de l’Est anatolien (EAF). Le long de cette ligne, les deux blocs se déplacent également par glissement. Les tremblements de terre de lundi ont eu lieu directement sur l’EAF, à une profondeur de seulement 7,5 miles. Alors que plusieurs autres segments de l’EAF se sont rompus au cours des dernières décennies, la section qui s’est rompue lundi n’avait pas connu de séisme important depuis près de 100 ans.

Istanbul est-elle la prochaine ?

La métropole turque d’Istanbul est assise sur un baril de poudre. Les experts s’accordent à dire que nous pouvons nous attendre à un fort tremblement de terre dans les environs immédiats de la ville d’Istanbul dans un avenir proche. Cette évaluation découle de l’occurrence de plusieurs tremblements de terre au cours de l’histoire d’Istanbul, de la dérive continentale en cours sous la mer de Marmara et du fait qu’une zone de la zone de faille qui ne présente actuellement aucune activité sismique est située directement aux portes d’Istanbul.

La zone de faille nord-anatolienne et la direction du mouvement de la plaque anatolienne par rapport à la plaque eurasienne stationnaire sont représentées sur la carte. Des tremblements de terre se produisent régulièrement le long de la zone de faille ; leur chronologie est indiquée sur la carte. Illustration : Wissensplattform eskp.de, Licence : CC BY 4.0

De nombreux facteurs indiquent que cette zone est actuellement verrouillée. Il y a alors accumulation de contraintes qui, à un moment donné, dépassent la résistance de la roche et sont ensuite libérées en quelques secondes, créant un décalage des deux plaques de plusieurs mètres. Les ondes sismiques qui en résultent représentent le véritable fil conducteur pour les bâtiments, les infrastructures et donc la population locale. La question n’est donc pas de savoir « si », mais « quelle force » et « quand ».

Les géologues ont déclaré l’année dernière, lors de la semaine des tremblements de terre, que la probabilité d’une secousse de magnitude 7 à Istanbul avant 2030 est de 64 %. Elle est de 75 avant 2050 et de 95 avant 2090… Nous sommes donc en retard… Voir ICI

Similitude avec la faille de Hayward en Californie
Dans un tweet, Susan Hough, sismologue de l’U.S. Geological Survey, a comparé l’ampleur du premier tremblement de terre en Turquie au grand tremblement de terre de San Francisco de 1906, qui a fait plus de 3 000 morts et laissé une grande partie de la ville en ruine. Mais qu’en est-il de la géologie ?

Cet intervalle sans séisme et les destructions qui ont suivi ont rappelé le grave danger sismique qui se cache sous nos pieds, ici en Californie du Nord.

La faille de Hayward, comme la NAF et l’EAF, est une faille de glissement causée par le mouvement latéral de deux plaques. Elle n’a pas non plus connu de rupture significative depuis sa dernière grande secousse en octobre 1868.

Après 15 décennies de quiescence relative, un tremblement de terre d’une magnitude comprise entre 6,7 et 7 est très probable dans les trente prochaines années. La taille des tremblements de terre de lundi en Anatolie orientale, 7,5-7,8 sur l’échelle de magnitude instantanée, correspond exactement à la moyenne prévue pour un tremblement de terre destructeur sur la faille de Hayward.

Cette coïncidence de taille et les conséquences désastreuses du tremblement de terre en Turquie mettent en évidence le danger de la faille le long de la bordure orientale de la baie de San Francisco.

Adaptation Terra Projects

Source : https://strangesounds.org/

(278)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.