Dernières Infos

L’astéroïde Bennu n’a que très peu de chance de frapper la Terre

Bennu, l’astéroïde qui reste potentiellement dangereux pour notre Terre le dimanche 21 septembre 2135. — Nasa / JPL

Si la possibilité qu’un astéroïde appelé Bennu percute la Terre dans une vie entière vous empêchait de dormir, les scientifiques de la NASA pensent que vous pouvez vous reposer un peu plus facilement. Bennu a été découvert en 1999 et mesure 500 mètres de diamètre, est l’un des deux astéroïdes connus de notre système solaire posant le plus de risque pour la Terre.

Le vaisseau spatial OSIRIS-REx de l’agence a passé plus de deux ans en orbite autour de la roche spatiale. Grâce à cette vue incroyablement détaillée de l’astéroïde, les experts qui étudient les impacts potentiels des roches spatiales sur la Terre ont pu affiner leurs modèles existants de l’avenir de Bennu.

En conséquence, les scientifiques à l’origine de ces nouvelles recherches affirment aujourd’hui que la probabilité totale d’impact de l’astéroïde jusqu’en 2300 n’est que de 1 sur 1 750. Selon les estimations réalisées avant l’arrivée d’OSIRIS-REx sur la roche spatiale, la probabilité cumulée d’un impact de Bennu entre 2175 et 2199 était de 1 sur 2700, selon la NASA. Bien qu’il s’agisse d’un risque légèrement plus élevé que les estimations antérieures, cela représente un changement minuscule dans un risque déjà minuscule, a déclaré la NASA.

Techniquement, il s’agit d’une légère augmentation du risque, mais les scientifiques à l’origine de cette nouvelle recherche affirment qu’ils ne sont pas inquiets d’un impact potentiel. En outre, les leçons que la recherche offre pour le calcul de la trajectoire des astéroïdes pourraient réduire les inquiétudes concernant les impacts potentiels d’autres astéroïdes plus que suffisamment pour compenser.

« La probabilité d’impact a augmenté juste un peu, mais ce n’est pas un changement significatif, la probabilité d’impact est à peu près la même », a déclaré l’auteur principal Davide Farnocchia, qui travaille au Center for Near Earth Object Studies de la NASA en Californie, lors d’une conférence de presse tenue mercredi (11 août). « Je pense que, globalement, la situation s’est améliorée ».

Pourquoi n’est-on pas sûr à 100% ? En septembre 2135, Bennu passera très près de la Terre. Cela lui donnera la possibilité de traverser ce qu’on appelle un « trou de serrure gravitationnel » : une zone qui altérerait légèrement la trajectoire de l’astéroïde, à cause de l’influence gravitationnelle de notre planète, le mettant ainsi sur une trajectoire de collision future.

OSIRIS-REx (officiellement connu sous le nom de Origins, Spectral Interpretation, Resource Identification, Security-Regolith Explorer) a été lancé en septembre 2016 et s’est glissé en orbite autour de l’astéroïde Bennu en décembre 2018.

Après son arrivée, l’engin spatial a passé près de deux ans et demi à étudier le caillou spatial depuis l’orbite, en descendant en piqué, en planant au-dessus de lui et en l’inspectant de toutes les manières possibles.

« La trajectoire du vaisseau spatial était vraiment étonnante – je la compare à un colibri », a déclaré Dante Lauretta, un scientifique planétaire de l’Université d’Arizona, chercheur en chef d’OSIRIS-REx et auteur de la nouvelle recherche, lors de la conférence de presse. « Nous avons pu entrer en orbite, nous avons pu quitter l’orbite, nous avons pu nous placer dans une variété d’angles d’imagerie. »

Pendant tout ce temps, le vaisseau spatial a constamment enregistré sa position par rapport à la Terre et à l’astéroïde. Grâce à ces données, l’équipe à l’origine de la nouvelle recherche a pu affiner sa compréhension de l’emplacement et du mouvement de la roche spatiale pendant près de deux ans et demi.

La visite de la sonde à l’astéroïde a culminé en octobre 2020, lorsque OSIRIS-REx a prélevé un échantillon de Bennu. En mai, la sonde et son précieux chargement ont fait leurs adieux à l’astéroïde et ont fait demi-tour vers la Terre, OSIRIS-REx rapportera la capsule d’échantillonnage en septembre 2023. Cette livraison donnera aux scientifiques la rare occasion d’étudier les matériaux de l’astéroïde en utilisant tous les équipements sophistiqués que les laboratoires terrestres ont à offrir.

Conséquences d’un impact d’un astéroïde de 500 m

La NASA qualifie tout astéroïde de « potentiellement dangereux » lorsque la taille de son diamètre dépasse 140 mètres et que son orbite l’amène à passer « à moins de 7,5 millions de kilomètres de la Terre ». D’après le chercheur Francis Rocard, si un géocroiseur de ce type venait à s’écraser sur Paris, la ville tout entière et de grandes régions seraient dévastées. Un astéroïde de 500 m arrive statistiquement tous les 100 000 ans. Un tel impact terrestre détruirait un état de taille moyenne. Un impact océanique causerait de grands tsunamis.

Adaptation Terra Projects

Sources : https://www.livescience.com/ / https://www.francetvinfo.fr/ / https://www.rtl.fr/

(198)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :