Dernières Infos

Mystère au Chili: un lac disparaît en moins de deux mois

(De Santiago du Chili) C’est une bien étrange découverte qu’ont fait les gardes forestiers le 28 mai dernier. Lors d’une visite de routine dans le Parc National O’Higgins (extrême sud du Chili), ils ont découvert qu’un lac de plus d’1 km² avait purement et simplement -disparu! En effet, aujourd’hui il ne reste presque plus d’eau. « A peine de quoi remplir une piscine! », constate Juan José Romero, directeur régional de la corporation. Avant d’ajouter, incrédule: « Alors qu’avant, il fallait un bateau pour traverser ce lac, on peut aujourd’hui le faire à pied! »

Les photos prises par les agents de la Conaf (Corporation nationale des fôrets) sont impressionantes : là où l’on observait clairement une énorme quantité d’eau et de nombreux icebergs fin mars (ci-dessous),

on ne voit plus à l’heure actuelle qu’un cratère de 30 mètres de profondeur bordé par des blocs de glace (ci-dessous, photo prise fin mai).

« Le lac est situé dans un endroit désert, très difficile d’accès, explique Romero. Après 40 heures de bateau depuis Puerto Natales [2 500 km au sud de Santiago, ndlr], il faut encore marcher pendant plusieurs heures ».

Comment un lac peut-il disparaître totalement en si peu de temps? Le réchauffement climatique? « Il n’y a pas pour l’instant d’explication scientifique, il m’est donc très difficile de répondre », indique Juan José Romero. Qui se risque tout de même à deux hypothèses. « La première, c’est que les parois du lac, constituées au nord par les glaces éternelles et au sud de roches, se sont brisées sous la pression et l’accumulation de l’eau, et que l’eau a fui vers la mer. La seconde est liée à la forte activité sismique qu’a connue le sud du Chili au mois d’avril, les secousses ayant pu provoquer une faille au fond du lac par laquelle se serait échapée l’eau. »

Un autre chercheur avance une troisième possibilité. Gino Casassa, glaciologue au Centre d’études scientifiques de Valdivia, devrait faire partie d’une expédition scientifique qui devra, début juillet, expliquer ce qui s’est passé. Mais il a déjà sa petite idée sur la question. Selon lui, il pourrait s’agir d’un phénomène commun à toutes les zones glacières du globe: le Glacial Lake Outburst Fold (GLOF), ou explosion du lac glacier, qui se produit en quelques heures si le niveau des eaux du lac augmente trop vite.

« Cela déclenche un débordement du lac. La pression entraîne l’ouverture au fond du lac d’un tunnel de glace par lequel s’écoule l’eau », explique Casassa, ajoutant que dans ce cas précis, l’eau est probablement désormais « dans la mer toute proche ». Comment expliquer alors le débordement du lac? « Dans cette zone, nous avons observé une augmentation de la taille des lacs glaciers, à mesure que diminue celle des glaciers. » La cause étant pour lui toute trouvée: « Le réchauffement climatique, bien sûr! » Jusqu’à présent, « ces phénomènes n’ont été enregistrés que dans l’Himalaya », précise-t-il. Il faudra attendre fin juillet et le retour de l’expédition pour en savoir plus.

sources : http://www.rue89.com/ / Thomas Huchon

(444)

Laissez un message

Laissez un message