Dernières Infos

De la géothermie sous la banquise

La fonte de la banquise est un phénomène dont tout le monde a entendu parler; avec comme responsable souvent tout désigné l’homme et le rechauffement. Pourtant aujourd’hui, un nouvel élément méconnu sort de l’ombre : la géothermie.

Voici un article daté du 20 aout 2005 : Des chercheurs ont découvert les sources chaudes les plus au nord du monde, dans l’océan Arctique. « J’ai vu beaucoup de sources chaudes dans tous les océans du globe, et celles-ci sont spectaculaires » déclare Adam Schultz, un géophysicien de l’Oregon State University’s College of Oceanic and Atmospheric Sciences.

« Nous avons trouvé deux grands champs hydrothermiques, et quand nous les avons explorés nous avons trouvé une grande montagne couverte de cheminées libérant de grandes quantités d’eau chaude » nous dit Schultz. « Puis à coté, nous avons vu une autre montagne, puis encore une autre, et ainsi de suite. Dans le premier champ, nous avons mesurés des températures de l’eau de 260°, et de 300° dans le second ».

« Ces sources chaudes sont si proches qu’il était difficile dans certains endroits de manoeuvrer le ROV » (remotely operated vehicule = sous marin téléguidé) nous déclare Pedersen. « En fait, nous avons même coincé le cable du ROV dans l’une d’elles, et il a presque fondu. Par contre, le thermomètre a entièrement fondu ».

« Malgré les énormes pressions sous marines, certaines sources sont tellement chaudes qu’elles font bouillir l’eau. C’est typique de l’eau de mer qui a rencontré le magma chaud dans le sol, et qui ressort par de grandes cheminées » précise Schultz. La profondeur de ces champs varie de 500 à 700 mètres.

Les champs sont plein de vie, signale la géologue marine Rolf Pedersen de l’Université de Bergen, qui a dirigé l’expédition. « Il y a beaucoup de cheminées – 30, 40, 50 voire plus, » signale également Pedersen.

Ces cheminées étant particulièrement récentes, on peut y voir une autre cause – mais cette fois naturelle – de la fonte de la banquise et du rechauffement de l’océan glacial arctique.

De la même manière, ce nouvel acteur qu’est le volcanisme a souvent été ignoré dans le cadre des grands réchauffements et refroidissements de ces derniers siècles (comme le petit age de glace, ou l’optimum médiéval), alors que son rôle pourrait avoir été déterminant entre les périodes où il réchauffe (dans une mesure qu’il reste à découvrir) les eaux du grand nord, et les périodes peu actives où il ne transmet que peu d’énergie.

De la même manière, on peut aussi se poser la question de savoir à quelle intensité il fonctionne aujourd’hui, sa variabilité, et son évolution dans les prochaines années; mais il faudra attendre que de nouvelles recherches soient menées. Il serait dangereux d’ignorer un phénomène qui joue sur la température de l’océan glacial arctique, et par suite sur le climat de l’hemisphère nord…

Source : http://www.net-weather.co.uk/forum/index.php?showtopic=20024&st=0

« 

(173)