Découvertes de 4 nouvelles planètes habitables

Les planètes suivantes viennent d’être découvertes. Ces planètes telluriques de type Terre ou super Terre ont la particularité de se trouver dans la zone habitable de leur étoile. Le point commun de ces planètes est la méthode de découverte appelé Transit. Ces planètes ont été découvertes fin janvier 2015 par la sonde Kepler. En voici le contenu et leurs caractéristiques…


Pour espérer découvrir des signes de vie dans l’atmosphère des exoplanètes il faut d’abord disposer d’un échantillon d’exoterres. Le satellite Kepler de la Nasa vient de nous livrer 6 nouvelles candidates à ce titre. Deux d’entre elles, Kepler 443b et Kepler 442b, ont des rayons très proches de celui de notre planète et sont situées dans la zone d’habitabilité. Elles constituent à ce jour les astres connus les plus ressemblants à la Terre.

Kepler-443b qui est une super Terre de 2,28 rayons terrestres et distante de la 2541 années lumières de la Terre, période orbitale 177 jours, rayon de l’étoile : 0,71 rayons solaires


Kepler-442b qui est une super Terre de 1,32 rayons terrestres et distante de la 1115 années lumières de la Terre, période orbitale 112 jours, rayon de l’étoile : 0,60 rayons solaires


Kepler-440b qui est une super Terre de 1,82 rayons terrestres et distante de la 851 années lumières de la Terre, période orbitale 101 jours, rayon de l’étoile : 0,56 rayons solaires



Kepler-439b qui est une super Terre de 2,19 rayons terrestres et distante de la 2260 années lumières de la Terre, période orbitale 178 jours, rayon de l’étoile : 0,87 rayons solaires


Selon les chercheurs de la Nasa, Kepler vient ainsi de doubler le nombre de candidates connus au titre d’exoterres. Reste à savoir si ces petites nouvelles sont réellement habitables. Car il ne s’agit que d’une possibilité. En effet, il ne suffit pas de montrer qu’une planète se trouve dans l’intervalle des distances à son étoile hôte  qui conduit à l’existence de températures permettant à l’eau liquide d’exister pour que la vie puisse s’y développer. La nature de l’atmosphère qui entoure l’exoplanète peut aussi jouer un rôle crucial. C’est par exemple le cas sur Vénus, où les épaisses couches de nuages créent un effet de serre infernal.


Kepler va sûrement être à l’origine d’autres découvertes car plus de 4.000 candidats au titre d’exoplanète ont été repérés grâce à lui et font désormais l’objet de travaux visant à confirmer ou réfuter leurs existences. Comme le dit Doug Caldwell, l’un des chercheurs impliqués dans ces avancées récentes et membre de l’institut Seti : « avec chaque nouvelle découverte de ces petits mondes, probablement rocheux, notre confiance dans l’estimation de la fréquence de l’existence de planètes semblables à la Terre dans la Voie lactée se renforce. Le jour est proche où nous saurons à quel point des planètes rocheuses habitables similaires à la Terre sont communes ».

Ici la sonde Kepler :


Adaptation de la Terre du Futur

Source : http://www.futura-sciences.com/

(267)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message