Dernières Infos

Une vaste superstructure volcanique se développe dans l’océan Pacifique

Emplacement du plateau frontalier de Mélanésie, près des Fidji. (Konrad, Earth and Planetary Science Letters, 2024)

Le plateau frontalier mélanésien, qui s’étend sur des centaines de kilomètres le long de la bordure nord-est de la région Pacifique de la Mélanésie, est un cimetière géologique de récifs morts et d’îles disparues.

Il s’agit d’une des innombrables formations connues sous le nom de grandes provinces ignées. Ces superstructures géologiques sont généralement le résultat de l’écoulement d’énormes volumes de roches dans le cadre de la tectonique des plaques océaniques, qui n’en finit pas de glisser et de grincer.

Pourtant, l’origine du Melanesia Border Plateau (MBP) a longtemps manqué de détails. Une étude menée par une équipe internationale de chercheurs sous la direction de Kevin Konrad, géoscientifique à l’université du Nevada, a mis au jour des éléments essentiels sur la formation du MBP, qui pourraient nous aider à mieux comprendre les forces qui façonnent l’ensemble de notre planète.

La superstructure couvre environ 222 000 kilomètres carrés, soit un peu moins que la superficie du Royaume-Uni.

L’extraction de matériaux à sa surface suffit à démontrer que le plateau est de nature ignée, ses os rocheux étant constitués de magma refroidi libéré au cours du superchronique normal du Crétacé, une période qui s’étend de 122 à 83 millions d’années.

Mais il n’est pas aussi facile d’extraire des preuves du fond de l’océan que de chercher des indices sur la terre ferme. Les rares minéraux déterrés au fil du temps suggèrent que la naissance du MBP a été loin d’être simple, avec au moins 25 structures volcaniques distinctes à l’origine de sa formation.

Si le plateau s’était formé en une seule inondation massive de magma, les conséquences environnementales auraient été profondes. En savoir plus sur la croissance régulière de cette structure volcanique pourrait donc nous aider à mieux comprendre tout ce qui se passe, du changement climatique aux événements d’extinction passés.

Pour découvrir comment les pièces du puzzle des fosses et des plateaux environnants ont interagi au fil du temps pour créer le MBP, Konrad et son équipe ont utilisé des données précédemment publiées sur les rapports isotopiques et d’autres formes de géochimie prélevées sur le plateau et les formations environnantes pour modéliser la progression de la croûte lors de son passage au-dessus de panaches à haute température dans le manteau.

Connues sous le nom de points chauds, ces intenses fontaines de chaleur restent relativement fixes alors que la croûte terrestre les traverse progressivement. Il en résulte une colonne bouillonnante de magma qui s’engouffre dans les faiblesses de la roche, générant des traînées d’activité volcanique qui font jaillir des chaînes d’îles, des crêtes montagneuses et des murs submergés de monts sous-marins.

Si l’on rassemble les pièces du puzzle, un panache vaguement localisé, connu sous le nom de point chaud de Louisville, quelque part dans le Pacifique Sud, a jeté les bases du MBP à l’époque où les dinosaures dominaient encore, il y a environ 120 millions d’années, en faisant suinter un torrent de magma qui a créé ce que l’on appelle aujourd’hui la crête de Robbie, ainsi que quelques autres monts sous-marins environnants.

Quelque 45 millions d’années plus tard, la même section affaiblie de la croûte a rencontré une deuxième région connue sous le nom de point chaud Rurutu-Arago, qui a vu l’apparition de nouvelles îles et de monts sous-marins. Le temps les a ramenés dans les profondeurs, mais leurs racines ont contribué à la structure du plateau.

Emplacement du plateau frontalier de Mélanésie, près des Fidji. (Konrad, Earth and Planetary Science Letters, 2024)

Un troisième point chaud, à l’origine de ce qui est aujourd’hui les îles Samoa, a réactivé la formation de monts sous-marins et d’îles et a donné lieu à une nouvelle série d’activités volcaniques il y a environ 20 millions d’années.

Aujourd’hui encore, des forces colossales déformant la croûte, en partie dues au recul de la plaque Pacifique sous la fosse des Tonga, continuent de façonner la superstructure dans un processus qui montre à quel point la formation de grandes provinces ignées peut être complexe.

L’équipe qualifie ces hypothétiques « houles » de croûte de superstructures médio-plaques océaniques.

Le fait de savoir qu’une seule de ces superstructures peut émerger par impulsions, lorsque la croûte affaiblie navigue à travers des tempêtes ancrées dans le manteau, suggère que d’autres ont pu se former de manière similaire, lentement et silencieusement, plutôt que lors d’éruptions cataclysmiques.

Pour les trouver, il faudra entreprendre de nouveaux voyages de découverte, en sondant les profondeurs de la nuit à la recherche d’autres traces des points chauds de la Terre qui ont laissé leurs cicatrices à la surface.

Cette recherche a été publiée dans Earth and Planetary Science Letters.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com

(179)

Laissez un message