Dernières Infos

Ce 3 février 1966, le premier atterrissage en douceur sur la lune

Il y a 50 ans, le 3 février 1966, la sonde spatiale soviétique Lunik 9 fut la protagoniste du premier atterrissage en douceur sur la lune.

Après de précédentes tentatives, Il y a eu d’autres sondes qui se sont brisées sur la surface de notre satellite. Lunik 9 fut peut-être le dernier succès soviétique ( en dehors de la station Mir) dans la course vers l’ espace. Trois ans et demi plus tard, cela sera le tour aux États-Unis d’envoyer les trois premiers hommes de l’Histoire sur la lune.

Ces sondes qui ont décroché la Lune 

1958 : échecs en parallèle
Des orbiteurs du côté américain, des impacteurs du côté soviétique. Mêmes résultats de part et d’autre. Pour l’essentiel des pannes et explosions des lanceurs peu après le décollage.

Les ratages américains : Pioneer 0, destiné à se placer en orbite, échec au décollage, le 17 août 1958. Pioneer 1 (11-12 octobre 1958), ne parvient pas à se placer sur la trajectoire vers la Lune, mais apporte des informations sur la ceinture de radiations de la Terre (ceintures de Van Allen). Pioneer 2 (8 novembre 1958), panne du second étage peu après le décollage. Pioneer 3 (6 décembre 1958), échec au décollage).
Les ratages soviétiques : Luna 1958A, destiné à toucher la Lune, explosion de la fusée au décollage, le 23 septembre 1958. Nouvelle explosion après le décollage, avec Luna 1958B (12 octobre 1958). Luna 1958C (4 décembre 1958), échec au décollage.

1959 : enfin la Lune!
Le début de l’année suivante va aussi être marqué par d’autres échecs pour les Soviétiques. Dans certains cas, ils ne sont que partiels, dans d’autres, on pourrait croire que la série noire continue. Lancée le 2 janvier 1959, la sonde Luna 1 (aussi appelée Lunik 1), destinée à s’écraser sur la Lune, manque ainsi son objectif, mais se place en orbite héliocentrique et transmet les premières données recueillies in situ sur la composition chimique du milieu interplanétaire (présence de vapeurs de sodium). En revanche Luna 1959A, lancée le 18 juin ne parvient pas même à atteindre l’orbite terrestre.

L’année commence mieux apparemment du côté américain, puisqu’enfin, avec la sonde Pioneer 4, lancée le 3 mars 1959, un premier engin parvient à proximité de la Lune, la « frôlant » à 60 000 km. Mais elle finira plus mal, puisque le 26 novembre, la sonde Pioneer P-3, destinée elle aussi à survoler la Lune, rate son décollage. Quoi qu’il en soit, c’est une sonde soviétique, Luna 2 (aussi appelée Lunik 2), qui, lancée le 12 septembre, aura été le premier engin à atteindre le sol lunaire, où il s’écrase deux jours plus tard, dans la mer de la Sérénité. Mais peut-être plus importante encore est la réussite de la mission suivante; celle de la sonde Luna 3 (aussi appelée Lunik 3), elle aussi lancée par l’URSS (le 4 octobre 1959), et qui lors d’un premier contournement de la Lune, transmet pour la première fois des images de la face cachée. Qui plus est, Luna 3, qui est revenue sur Terre le 20 avril 1960, est le premier engin spatial à avoir fait l’aller-retour entre la Terre et la Lune.

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

sources : http://www.meteoweb.eu/ / http://www.cosmovisions.com/

(266)

Laissez un message