Dernières Infos

Le vrai Brexit : comment la Grande-Bretagne est devenue une île

credit National Geographic

Il y a plus de 8 000 ans, lors d’une période glaciaire, la Grande-Bretagne continentale s’est séparée du reste de l’Europe. Des milliers d’années avant le Brexit (le divorce politique de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne), sa séparation physique d’avec l’Europe continentale est arrivée subitement.

Il y a environ 18 000 ans, à l’époque du Pléistocène, la majeure partie de la Grande-Bretagne actuelle a été recouverte par une période glaciaire, selon Wessex Archaeology, une association éducative basée au Royaume-Uni. Cette période de glaciation a duré des milliers d’années jusqu’à il y a environ 12 000 ans, après qu’un réchauffement du climat ait mis fin à l’étendue glacée.

Ensuite, les zones qui constituent aujourd’hui la mer du Nord et la Manche se sont remplies de vallées boisées et de marécages, selon National Geographic. Cette zone de terre, connue sous le nom de Doggerland, reliait la Grande-Bretagne à l’Europe continentale et s’étendait sur plus de 46 620 kilomètres carrés.

Le début de la fin entre la Grande-Bretagne et l’Europe continentale a débuté il y a environ 8 200 ans, lorsqu’un tsunami massif a frappé le Doggerland. Au large de la côte norvégienne, un énorme glissement de terrain sous-marin, connu sous le nom de glissement de Storegga, a déplacé plus de 3 000 km³ de matériaux dans l’eau, selon une étude publiée dans la revue Nature Climate Change. Cela représente 300 fois la production annuelle de sédiments de l’ensemble des rivières du monde.

Le glissement de Storegga a probablement été déclenché par l’activité sismique qui a suivi une période de déglaciation en Norvège, selon la revue Marine and Petroleum Geology. Le mouvement rapide de l’eau provoqué par le glissement ont généré suffisamment d’énergie pour créer le tsunami. L’énorme vague aurait atteint une hauteur de 20 mètres, selon la revue Nature Climate Change. Le tsunami a englouti le Doggerland. Il s’est écrasé dans le nord-est de la Grande-Bretagne et a parcouru 40 km à l’intérieur des terres, faisant de cette île, la formation d’une nouvelle île, selon la BBC.

Il est largement admis que le tsunami déclenché par le glissement du Storegga est la cause principale de la chute du Doggerland et de la séparation de la Grande-Bretagne du continent européen.

En analysant les fonds marins et leurs sédiments, des chercheurs de l’université de Bradford ont découvert que le tsunami pourrait ne pas avoir été entièrement responsable du naufrage du Doggerland.

À la suite de la submersion par le tsunami, les chercheurs ont proposé que plusieurs îles plus petites forment un « archipel de Dogger », qui a subsisté pendant près de mille ans.

Entre 8 200 et 8 400 ans, « le niveau moyen mondial de la mer a augmenté (probablement en deux phases) de 1 à 4 mètres », écrivent les chercheurs. Il y a environ 7 000 ans, l’archipel des Doggers aurait vraisemblablement disparu, selon les chercheurs.

Le Doggerland

Lorsque le tsunami du Storegga a frappé le nord-ouest de l’Europe, il n’a pas seulement noyé des terres, mais aussi décimé d’anciennes communautés humaines et animales vivant sur le Doggerland.

Des preuves de restes humains ont été recueillies lors de la pêche et du dragage le long du lit de la mer du Nord, selon une recherche publiée dans le Journal of Archaeological Science : Reports. La datation au radiocarbone des restes a révélé que la majorité d’entre eux appartiennent à des humains du Mésolithique (entre 20 000 et 8 000 ans) qui vivaient sur le Doggerland. Les preuves archéologiques suggèrent que ceux qui vivaient sur le Doggerland étaient des chasseurs-cueilleurs, selon le National Geographic.

Au moment du tsunami, il y aurait eu environ 5 000 premiers humains dispersés en Grande-Bretagne, qui avaient voyagé depuis l’Europe continentale après la migration des mammouths et des rennes, selon la BBC.

« Si vous vous trouviez sur le littoral ce jour-là, il y a 8 200 ans, il ne fait aucun doute que cela aurait été une mauvaise journée pour vous », a déclaré au Guardian Vincent Gaffney, professeur d’archéologie du paysage à l’université de Bradford. « C’était une catastrophe. De nombreuses personnes, peut-être des milliers de personnes, ont dû mourir. »

L’augmentation du niveau de la mer a forcé les Doggerlanders à fuir les terres les plus basses – aujourd’hui assises sous la Manche – et à s’échapper vers des terres plus élevées dans l’Angleterre et les Pays-Bas actuels, selon le National Geographic.

Plus d’infos ICI

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.livescience.com/

(214)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :