Dernières Infos

Un monde toujours plus proche de la guerre

credit lesechos.fr

La Russie a déployé ces dernières semaines des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne, et a lancé des exercices militaires avec la Biélorussie. Le Kremlin souhaite que l’Ukraine s’engage à ne jamais rentrer dans l’Otan.
Depuis vendredi 11 février 2022, les Etats-Unis ne cessent d’alerter sur la possibilité de voir la Russie lancer des hostilités avant la fin des Jeux olympiques. Des déclarations qui ont déclenché une série d’appels entre dirigeants samedi, russes et ukrainiens accusant les Américains de provoquer la panique et d’alimenter les tensions.
Plusieurs pays européens ont recommandé à leurs citoyens de quitter l’Ukraine par précaution, alors que les Russes continuent leurs manœuvres militaires près de la frontière.

D’après de nouvelles informations du renseignement américain, Moscou s’apprête à incriminer l’Ukraine dans une attaque montée de toutes pièces afin de justifier son invasion. Les efforts diplomatiques en cours pourraient être une simple diversion rappelant “les années 1930”, commente Londres : de quoi faire planer “un parfum de Munich” sur la crise ukrainienne.

Cela pourrait se produire “dès la semaine prochaine”, alerte le Washington Post. Samedi 12 février, le quotidien a dévoilé de nouvelles informations obtenues par le renseignement américain, selon lesquelles Moscou préparerait dans les tous prochains jours une “opération sous fausse bannière” pour faire croire à une attaque de la part de l’Ukraine qui jusitifierait l’invasion du pays. Malgré les efforts diplomatiques déployés pour empêcher le conflit d’éclater, les autorités américaines alertent depuis vendredi sur le risque d’une attaque imminente de la part de la Russie, avant même la fin des Jeux olympiques.

Ces nouveaux renseignements, qui viennent étayer la piste d’une fausse attaque déjà évoquée début février, “semblent indiquer que la Russie est en phase finale de la préparation de son invasion, dont les analystes affirment qu’elle pourrait tuer ou blesser jusqu’à 50 000 civils, et faire tomber le gouvernement de Kiev en quelques jours”.

La CIA a prévenu qu’une invasion de l’Ukraine pourrait “survenir mercredi [16 février]”, comme l’a révélé Politico. Outre l’attaque sous fausse bannière préparée par Moscou, le Kremlin a également “cherché à créer les raisons d’une invasion à travers une campagne de propagande qui dépeint faussement l’Ukraine comme se préparant à lancer une offensive contre les zones contrôlées par les séparatistes russes de l’est de l’Ukraine”, rappelle le Washington Post.

Campagne de désinformation
Dans cet objectif, les autorités russes “ont relayé un discours trompeur utilisé depuis plusieurs années, selon lequel le gouvernement ukrainien chercherait à perpétrer un génocide contre les citoyens russes [du Donbass].” Moscou aurait ainsi demandé aux médias d’État de relayer sans preuves “des allégations de ‘crimes de guerre’ ukrainiens”.

Sans ambages, Moscou a dit se moquer des risques de sanctions occidentales en cas d’invasion de l’Ukraine. « Pardonnez-moi l’expression, mais nous n’en avons rien à foutre de toutes leurs sanctions », a affirmé l’ambassadeur russe en Suède, Viktor Tatarintsev.

« Nous sommes plus autosuffisants et avons été capables d’augmenter nos exportations. [Par exemple,] nous n’avons pas de fromages italiens ou suisses, mais nous avons appris à fabriquer des fromages russes aussi bons en utilisant des recettes italiennes ou suisses », a-t-il expliqué. Pour M. Tatarintsev, les pays occidentaux ne comprennent pas la mentalité russe : « Plus l’Occident fait pression sur la Russie, plus forte sera la réponse russe. »

Malgré la menace d’invasion russe, le gouvernement ukrainien a promis, dimanche, de garder son espace aérien ouvert. « L’espace aérien au-dessus de l’Ukraine reste ouvert, l’Etat s’emploie à prévenir les risques pour les compagnies aériennes », a fait savoir le ministère des infrastructures, dans un communiqué publié sur Facebook.

En raison des risques accrus, la compagnie néerlandaise KLM a annoncé, samedi, suspendre jusqu’à nouvel ordre tous les vols dans l’espace aérien ukrainien. Samedi, un avion de la compagnie ukrainienne SkyUP reliant l’île portugaise de Madère à Kiev a dû atterrir à Chinisau, la capitale moldave, le propriétaire de l’avion ayant interdit son entrée dans l’espace aérien ukrainien.

Côté britannique, le secrétaire d’Etat à la défense, Ben Wallace, a jugé qu’il y avait un « parfum de Munich dans l’air » à propos de l’Ukraine – en référence à l’accord de 1938 avec l’Allemagne nazie qui n’a pu empêcher la seconde guerre mondiale. M. Wallace a par ailleurs annoncé sur Twitter qu’il annulait un long week-end familial à l’étranger « parce que [le Royaume-Uni est] préoccup[é] par l’aggravation de la situation en Ukraine ».

Arrivée de nouvelles forces russes
« Nous continuons à voir des signes d’escalade russe, y compris l’arrivée de nouvelles forces à la frontière ukrainienne », a déclaré, Jake Sullivan, selon qui cette invasion peut « intervenir à tout moment ». Non seulement Moscou a déployé de nouvelles forces, mais des images satellites semblent montrer que des hôpitaux de campagne ont été installés ces derniers jours.

Les Américains, qui ont partagé avec leurs alliés les analyses de leurs services de renseignement, ont esquissé un scénario dramatique en cas d’offensive russe. Celle-ci « commencerait probablement par des bombardements aériens et des tirs de missiles qui pourraient évidemment tuer des civils », a dit Jake Sullivan devant la presse. Elle pourrait aussi inclure « un assaut rapide » contre Kiev. Melinda Haring, elle, estime plus probable une offensive « progressive » démarrant par une cyberattaque massive suivie d’une neutralisation des infrastructures énergétiques. Et, si l’Ukraine ne capitule pas, elle n’exclut pas une attaque visant le président Zelensky.

La possibilité d’un affrontement dont l’Ukraine est le prétexte plutôt que l’enjeu peut surprendre une Europe justement allergique à la guerre et qui oublie comment on en est arrivé là. Reculer du précipice ne sera pas aisé, d’autant plus que la diplomatie s’est altérée.

sources : https://www.20minutes.fr/ / https://www.courrierinternational.com/ / https://www.lemonde.fr/ / https://www.20minutes.fr/ / https://asialyst.com/

(181)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :