Dernières Infos

Qu’est-ce qui a déclenché l’effondrement des Mayas ? Une nouvelle étude fait figure d’avertissement

Des chercheurs ont parcouru 800 ans d’histoire pour conclure que Mayapan – la capitale culturelle et politique du peuple maya de la péninsule du Yucatán aux 13e et 14e siècles de notre ère – pourrait bien avoir été anéantie par la sécheresse.

Selon les chercheurs, cette sécheresse aurait entraîné une guerre civile qui, à son tour, aurait provoqué un effondrement politique.

Les gens se seraient alors retirés dans des établissements plus petits et plus sûrs.

En plus de nous donner un aperçu utile de l’histoire de cet ancien peuple, la nouvelle étude constitue également un avertissement : elle montre comment les changements climatiques peuvent rapidement exercer des pressions sur les civilisations les mieux établies et les plus prospères.

« De multiples sources de données indiquent que les conflits civils ont augmenté de manière significative, et la modélisation linéaire généralisée établit une corrélation entre les conflits dans la ville et les conditions de sécheresse entre 1400 et 1450 de notre ère », écrivent les chercheurs dans leur article.

« Nous soutenons que la sécheresse a intensifié les tensions entre factions rivales, mais que les adaptations ultérieures révèlent une résilience à l’échelle de la région, garantissant que les structures politiques et économiques mayas ont perduré jusqu’au contact européen au début du 16e siècle de notre ère. »

L’équipe disposait déjà d’un grand nombre d’archives historiques sur lesquelles travailler, couvrant les changements démographiques, les régimes alimentaires contemporains et les conditions climatiques.

Ces données ont été complétées par une nouvelle analyse des restes humains à la recherche de signes de lésions traumatiques (indiquant un conflit).

Des corrélations sont apparues entre l’augmentation des précipitations et l’accroissement de la population dans la région, et entre les diminutions ultérieures des précipitations et l’augmentation des conflits. Selon les chercheurs, une sécheresse prolongée entre 1400 et 1450 de notre ère a très probablement conduit à l’abandon de Mayapan.

Le manque d’eau aurait affecté les pratiques agricoles et les routes commerciales, mettant à rude épreuve les habitants de Mayapan, suggère l’étude. La nourriture se faisant plus rare et la situation devenant plus dangereuse, les gens sont morts ou se sont dispersés.

Dans la dernière fosse commune creusée avant l’abandon de la ville, les chercheurs indiquent que de nombreux restes appartenaient probablement aux membres de la famille des Cocoms (les chefs d’État) – une fin sanglante provoquée par des factions rivales et des troubles sociaux.

« Nos résultats confirment l’effondrement institutionnel de Mayapan entre 1441 et 1461 de notre ère, conséquence d’un conflit civil motivé par la rivalité politique et l’ambition, qui s’est inscrit dans la mémoire sociale des peuples yucatèques dont les témoignages ont été consignés dans les archives écrites du début de la période coloniale », écrivent les chercheurs.

Les réponses humaines aux pressions environnementales telles que la sécheresse sont manifestement complexes et varient selon les régions et les époques. Il y a tellement de facteurs à prendre en compte et à équilibrer lorsqu’il s’agit de déterminer pourquoi une population historique a agi comme elle l’a fait.

Les mouvements de population vers d’autres parties de la péninsule du Yucatán, y compris les villes côtières prospères et les établissements politiquement indépendants, ont permis à la culture maya de continuer à prospérer après la chute de Mayapan – et il y a peu de preuves de conflits entre ces régions avant le début de la domination espagnole.

Selon les chercheurs, cela témoigne d’un « système résilient d’adaptations humaines et environnementales », mais les adaptations ont leurs limites. Ces mêmes régions, ainsi que le reste du monde, sont une fois de plus confrontées à une crise climatique.

« Les archives archéologiques et historiques sont bien adaptées à l’examen des effets sociétaux passés des crises climatiques sur des cycles à long terme », écrivent les chercheurs.

« La région Maya offre l’ampleur et la profondeur des enregistrements archéologiques, historiques et climatiques essentiels pour étudier les corrélations entre les changements sociaux et les conditions climatiques fluctuantes. »

Les recherches ont été publiées dans Nature Communications.

adaptation Terra Projects

source : https://www.sciencealert.com/

(575)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :