Naples sous la menace d’une explosion dévastatrice du Vésuve

WASHINGTON (AFP) – L’agglomération de Naples (sud-ouest de l’Italie), avec ses deux millions d’habitants, vit sous la menace d’une explosion soudaine du Vésuve, telle que celle qui s’est produite il y a 3780 d’années, plus dévastatrice que l’éruption qui a détruit Pompéi en 79 après Jésus-Christ, selon une étude publiée le 6 mars 2006 aux Etats-Unis.

Cette explosion, qui avait donné peu de signe avant-coureurs, a recouvert de cendres et de roches une zone allant jusqu’à 25 km autour du volcan, ensevelissant les champs et villages ainsi que nombre de leurs habitants vivant à l’âge de bronze, ont indiqué ces chercheurs italiens et américains dont les travaux paraissent dans les annales de l’Académie américaine des sciences (PNAS) datées du 6 mars.

« Des indications, comme les habitations abandonnées et de multiples empreintes de pas d’adultes et d’enfants, témoignent d’un exode soudain de milliers de personnes », probablement dans les deux jours après la première éruption, précisent ces scientifiques.

La plupart des personnes ayant fui ont probablement survécu mais l’ampleur des destructions a entraîné un effondrement socio-démographique et un abandon de toute la région pendant des siècles, ont-ils estimé.

Cette éruption massive aurait même affecté pendant une certaine période le climat terrestre, selon ces chercheurs.

« Des fouilles récentes sur une série de sites archéologiques ont mis au jour des indices clé permettant de mesurer les effets de la catastrophe sur des zones habitées », écrivent les auteurs de cette étude, dont Giuseppe Mastrolorenzo et ses collègues de l’Osservatorio Vesuviano (Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia).

« Des scènes de la vie quotidienne, figées dans les dépôts volcaniques comme dans la ville romaine de Pompéi plus de 1.500 ans après, témoignent clairement du fait que les gens ont soudainement quitté ce village où l’on peut voir le moule de quatre huttes avec des poteries et d’autres objets à l’intérieur », écrivent-ils.

« Les squelettes d’un chien et de neuf chèvres ont aussi été trouvés dans une cage et plus loin des empreintes de pas d’adultes, d’enfants et de bovins », les survivants de la première explosion en fuite, poursuivent-ils.

« Dans la mesure où une éruption de cette ampleur à l’âge de bronze a pu dévaster un large territoire qui comprend aujourd’hui l’agglomération napolitaine, elle devrait être considérée comme la référence pour anticiper le pire scénario avec le Vésuve », ont fait valoir ces chercheurs.

La dernière éruption du Vésuve remonte au 18 mars 1944. Le volcan avait vomi des coulées de lave pendant 11 jours consécutifs avant de se rendormir, faisant 26 morts et laissant 12.000 personnes sans abri.

Le directeur de l’observatoire de l’époque était parvenu à donner l’alerte une semaine avant, sauvant ainsi des centaines de vies.

Aujourd’hui le Vésuve, qui menace directement Naples, est le volcan le plus surveillé au monde. Chacune de ses vibrations est enregistrée, ses émissions gazeuses sont contrôlées et un satellite l’observe en permanence.

Depuis la dernière éruption, plus de 600.000 personnes se sont réinstallées sur ses flancs, souvent dans des logements construits sans autorisation.

Leur évacuation en cas d’éruption est devenue un problème majeur car elle prendrait deux semaines, selon les experts.

(435)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message