Dernières Infos

Les Rayons Cosmiques déclenchent-ils des tremblements de terre et des éruptions volcaniques ?

Les scientifiques ont détecté une corrélation entre les minima solaires historiques, l’activité volcanique, les taches solaires et le changement climatique.

Mais en analysant le concept plus loin, il apparaît que les rayons cosmiques pourraient déclencher une activité sismique provoquant des tremblements de terre et des éruptions volcaniques.

John L Casey et ses collègues, auteurs de cette étude, examinent l’histoire des tremblements de terre au cours minimums solaires.

L’activité volcanique peut être attribuée à l’augmentation des rayons cosmiques galactiques pénétrant profondément dans les volcans riches en silice. Plusieurs études ont montré cette corrélation avec des preuves historiques.

Il est possible que l’augmentation des tremblements de terre soit liée à l’augmentation du nombre de trous coronaux, qui augmente pendant les grands minima solaires. Ben Davidson a fait d’excellentes recherches sur ce sujet et prévoit maintenant avec précision les séismes sur la base de plusieurs facteurs. Découvrez-le sur: http://quakewatch.net/

Selon une étude distincte, « Les éruptions volcaniques explosives déclenchées par les rayons cosmiques: le volcan comme chambre à bulles », selon les scientifiques de Toshikazu Ebisuzaki et al. L’éruption du Pinatubo peut avoir été déclenchée par une augmentation des rayons cosmiques. Ils ont examiné le moment de 11 événements éruptifs produisant du magma riche en silice provenant de quatre volcans au Japon et ont découvert:

«Neuf des 11 événements se sont produits pendant les phases inactives de l’activité magnétique solaire (minimum solaire), qui sont bien indexées par le nombre de taches solaires du groupe. Cette forte association entre le moment de l’éruption et le minimum solaire est statistiquement significative à un niveau de confiance de 96,7%. Cette relation n’est pas observée pour les éruptions de volcans avec un magma relativement pauvre en silice, comme Izu-Ohshima. Il est bien connu que le flux de rayons cosmiques est négativement corrélé à l’activité magnétique solaire, car le puissant champ magnétique dans le vent solaire repousse les particules chargées telles que les rayons cosmiques galactiques qui proviennent de l’extérieur du système solaire. « . Plus d’infos ici sur Sciencedirect

Arthur Viterito, professeur à l’Institut de géographie du College of Southern Maryland, est un acteur de premier plan dans l’attribution aux effets géothermiques d’une influence sur les changements climatiques. Il est également ouvert à l’idée que les impacts cosmiques modifient également notre climat. A voir ICI

Des facteurs cosmiques autrefois mal appréciés au-delà de notre planète sont désormais pris au sérieux par la communauté scientifique au sens large. Parmi ces idées, citons le travail de Henrik Svensmark, qui théorise que les rayons cosmiques ont un impact sur la couverture nuageuse globale et sur le changement climatique. Une expérience au CERN, le laboratoire européen de physique des hautes énergies situé près de Genève, en Suisse, a confirmé cette théorie de la formation des nuages ​​et des rayons cosmiques.

Une vidéo intéressante de Youtube, réalisée par le projet Oppenheimer Ranch, explore le lien entre les cycles solaires et les tremblements de terre.

 

Oppenheimer Ranch Project (ORP) explique:

«Au cours des dernières décennies, des articles de recherche ont commencé à paraître dans la presse scientifique qui montraient clairement la corrélation entre les radiations cosmo-solaires et les événements géologiques destructeurs tels que les tremblements de terre et les éruptions volcaniques. Ces documents de recherche s’appuient sur des preuves statistiques datant de centaines d’années. J’ai parcouru quelques-unes de ces études et trouvé des données d’observation remarquables qui s’expliquent d’elles-mêmes, si l’on dispose de la physique appropriée. »

Mais les chercheurs n’ont pas pu fournir une interprétation correcte de ces données. La raison en est bien sûr les défauts fondamentaux des lois fondamentales de la physique. ORP continue:

«Commencée en 1967, une étude publiée dans Earth and Planetary Science Letters a révélé que l’activité solaire joue un rôle important dans le déclenchement des tremblements de terre. En 1998, un scientifique de l’Observatoire astronomique de Beijing, de l’Académie chinoise des sciences, a découvert une corrélation entre une faible activité solaire et les tremblements de terre. Une autre étude récente, menée par le Space and Science Research Center en Floride (États-Unis), a montré une forte corrélation entre l’activité solaire et les plus grands séismes et éruptions volcaniques aux États-Unis et dans d’autres régions du monde. »

L’étude a examiné les données relatives à l’activité volcanique entre (1650 – 2009) et à l’activité sismique (séismes) entre (1700 – 2009), puis les données enregistrées ont été comparées à l’enregistrement des taches solaires (activité solaire).

ORP explique:

«Les résultats de cette étude ont montré une très forte corrélation entre l’activité solaire et les événements sismiques et volcaniques les plus importants, sur le continent américain et dans le monde. La corrélation pour l’activité volcanique était supérieure à 80% et pour les plus grands séismes, était (100% des 7 plus puissants) par rapport à l’activité solaire la plus basse.  »

En outre, la recherche a conclu à l’existence d’une forte corrélation entre l’activité volcanique mondiale parmi les classes d’éruptions les plus importantes et les faibles niveaux d’activité solaire. Avec 80,6% d’éruptions volcaniques globales à grande échelle ayant lieu (supérieures à VEI 5) au cours de l’activité solaire minimale et à 87,5% lors des plus grandes éruptions (supérieures à VEI 6) lors des importants minimums solaires.

ORP ajoute:

«Le dernier article lu sur ce sujet est intitulé: Eruptions volcaniques explosives déclenchées par Cosmic Ray: le volcan comme chambre à bulles. La recherche a été menée par des scientifiques japonais dirigés par Toshikazu Ebisuzaki. Ils ont étudié la relation entre l’activité magnétique solaire et 11 éruptions explosives de volcans riches en silicate au Japon au cours des 306 dernières années. Ils ont constaté que 9 des éruptions se sont produites pendant le minimum solaire (phase calme de l’activité solaire).

Cependant, je pense que les chercheurs sont assez précis en supposant que l’éruption de ces volcans a été déclenchée par le rayonnement cosmique, mais leur modèle de la façon dont l’éruption se produit (le mécanisme de l’éruption) – ce qu’ils ont appelé la nucléation de bulles induite par les muons cosmiques – ne peut pas être correct. Le processus qui déclencherait l’éruption est situé profondément dans la chambre magmatique, à plusieurs kilomètres sous la surface et non à 10 m de la surface du volcan. Pour donner de la crédibilité à leur modèle, les chercheurs ont choisi les volcans de montagne. En d’autres termes, ils n’ont pris en compte que les éruptions survenues très au-dessus du niveau de la mer.

En outre, bien que le document fournisse des données claires indiquant que les tremblements de terre les plus destructeurs des trois derniers siècles au Japon ont eu lieu à un minimum solaire, aucun mécanisme physique n’a été proposé pour expliquer la corrélation entre ces séismes (presque tous des séismes profonds) et l’activité magnétique solaire.

Adaptation la Terre du Futur

https://watchers.news/2015/06/09/cosm… https://curryja.files.wordpress.com/2… https://www.iceagenow.info/wp-content… https: // observateurs. news / 2015/06/09 / cosm… http://adsabs.harvard.edu/full/2003ES… https://www.actuaries.asn.au/library/… https://file.scirp.org/Html /5319.html https://www.sott.net/article/343020-T…

source : https://principia-scientific.org

(557)

Laissez un message