Dernières Infos

L’impact d’une comète pourrait avoir déclenché un changement de civilisation

Simulation du cratère de l'un des fragments de la comète Clovis il y a 12800 ans. Credit cintos.org

Selon une étude, un groupe de fragments d’une comète qui aurait frappé la Terre il y a près de 13 000 ans pourrait avoir façonné les origines de la civilisation humaine.

Selon les chercheurs, cet impact cosmique, probablement le plus dévastateur depuis l’extinction des dinosaures, semble coïncider avec des changements majeurs dans l’organisation des sociétés humaines.

Leur analyse confirme les affirmations selon lesquelles un impact s’est produit avant le début de la période néolithique dans le Croissant fertile, en Asie du Sud-Ouest.

À cette époque, les populations humaines de la région qui s’étendaient sur des parties des pays actuels comme l’Égypte, l’Irak et le Liban – sont passés d’un mode de vie de chasseurs-cueilleurs à un mode de vie centré sur l’agriculture et la création d’établissements permanents.

Un événement catastrophique

On pense que l’impact de la comète, connu sous le nom de « Dryas Récent », a également éliminé de nombreuses espèces animales de grande taille et marqué le début d’une mini-période glaciaire qui a duré plus de 1 000 ans.

Depuis qu’elle a été proposée en 2007, la théorie de l’impact catastrophique d’une comète a fait l’objet de débats animés et de nombreuses recherches universitaires. Par ailleurs, cette comète est également appelée Comète Clovis. Par un système de triangulation d’éjectas retrouvés, l’un des lieux de l’impact principal de ces fragments de comète serait dans les Grands Lacs d’Amérique du Nord d’aujourd’hui. A cette époque, une épaisse couche de glace et le lac Agassiz furent touchés de plein fouet provoquant une fonte massive et un déversement de ces eaux douces dans l’Atlantique Nord, créant de surcroit le fameux Saint Laurent.

Aujourd’hui, des chercheurs de l’université d’Édimbourg ont examiné les preuves permettant d’évaluer la probabilité qu’un impact ait eu lieu et la manière dont l’événement a pu se dérouler.

Site archéologique en Arizona, aux États-Unis, avec une couche noire distinctive, indiquant des changements environnementaux importants à partir d’environ 10 800 avant J.-C., avec des débris d’impact à sa base. Crédit : Comet Research Group

Des preuves solides

L’équipe affirme qu’un grand nombre de preuves soutiennent la théorie selon laquelle une comète nous a frappé il y a environ 13 000 ans. Les chercheurs ont analysé les données géologiques de quatre continents, en particulier l’Amérique du Nord et le Groenland, où les plus gros fragments seraient tombés.

Leur analyse met en évidence des niveaux excessifs de platine, des signes de matériaux fondus à des températures extrêmement élevées et la détection de nanodiamants connus pour exister à l’intérieur des comètes et se former lors d’explosions à haute énergie. Toutes ces preuves soutiennent fortement la théorie de l’impact, affirment les chercheurs.

Selon l’équipe, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre comment il a pu affecter le climat mondial et les changements associés dans les populations humaines ou les extinctions d’animaux.

Cette catastrophe cosmique majeure semble avoir été commémorée sur les piliers de pierre géants de Göbekli Tepe, peut-être le « premier temple du monde », qui est lié à l’origine de la civilisation dans le Croissant fertile en Asie du Sud-Ouest. La civilisation a-t-elle donc commencé par une explosion ? », déclare Martin Sweatman, de l’école d’ingénierie.

Adaptation Terra Projects

Sources : https://phys.org/ / http://cintos.org/ / http://www.astrosurf.com/

(10502)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :