Dernières Infos

La Russie va construire une base lunaire animée par des robots avatars

L’agence spatiale russe Roscosmos envisage de mettre en place un système technologique qui résonnera comme s’il venait directement d’un film de science-fiction et gérera sa base lunaire avec des avatars.

Roscosmos a révélé ses plans début novembre 2018 pour établir une base lunaire, la Russie visant à atterrir sur la surface de la lune au cours des deux prochaines décennies. L’administrateur de l’agence, Dimitry Rogozin, a expliqué que le système utilisé pour gérer la base à long terme impliquerait des humains sur Terre utilisant des avatars de robots sur la lune.

« Nous parlons de créer une base à long terme, non pas constamment occupée, mais visitable », a déclaré Rogozin à l’agence de presse officielle RIA Novosti.

Il a ajouté que le projet serait plus vaste que le programme Apollo américain, a rapporté la chaîne d’information russe RT. Le programme Apollo a permis à des astronautes de débarquer sur la lune dans les années 1960 et au début des années 70, au cours de plusieurs missions.

Bien que Rogozin n’ait pas donné de détails sur le fonctionnement du système robotique, ces plans rappellent le fameux Avatar de James Cameron , qui se déroule sur Pandora, une lune luxuriante et habitable d’une géante gazeuse dans le système stellaire Alpha Centauri, peuplée d’un race humanoïde connue sous le nom de Na’vi. Pour explorer Pandora, les scientifiques du film utilisent des hybrides Na’vi-humains appelés «avatars», exploités à distance.

La Russie vise à atterrir un cosmonaute sur la surface lunaire d’ici 2030, mais M. Rogozine n’a pas précisé combien de temps il faudrait entre le début des vols habités vers la Lune et la création d’une base à part entière.

Rogozin a confié à RIA Novosti que Roscosmos explorerait la possibilité d’utiliser le sol lunaire comme une ressource pouvant aider à imprimer en 3D de nouvelles pièces et du matériel de réparation, éliminant ainsi le besoin de réapprovisionnements coûteux de la Terre.

Roscosmos a présenté un plan en plusieurs étapes pour l’atterrissage des cosmonautes sur la lune. L’étape finale consiste à utiliser des ressources locales pour mettre en place l’infrastructure d’une base lunaire.

Avant l’atterrissage lunaire habité, l’agence spatiale russe mènera une série de missions préparant le retour des humains sur la surface lunaire.

L’une de ces missions, appelée Luna 27, est en cours de développement en collaboration avec l’Agence spatiale européenne (ESA). L’objectif est d’envoyer un atterrisseur dans une zone inexplorée du pôle Sud de la lune.

La NASA a également ses vues sur la lune. L’agence spatiale américaine élabore un plan pour que les Américains gravitent autour de la Lune à partir de 2023 et que les astronautes atterrissent à la surface au plus tard à la fin des années 2020.

Selon la NASA, la passerelle, une plate-forme en orbite lunaire conçue pour accueillir des astronautes plus éloignés de la Terre que jamais, constitue un élément clé de l’établissement de la première présence et infrastructure américaines permanentes sur et autour de la Lune. Ceci sera développé en collaboration avec Roscosmos, aux côtés de l’ESA et des agences spatiales japonaise et canadienne.

Adaptation TDF

Source : https://www.newsweek.com/

(128)

Laissez un message

Laissez un message