Dernières Infos

Il y a 75 millions d’années, l’Antarctique était recouverte d’immenses forêts

Les forêts tropicales de l'Antarctique. Image via vidéo Youtube

Les paysages gelés de l’Antarctique sont le summum de la glace. Mais il y a des millions d’années, le feu ravageait régulièrement le continent. C’est la conclusion d’une nouvelle recherche qui a trouvé des preuves de feux réguliers il y a environ 75 millions d’années. Preuves de l’existence de forêts sur ce continent reculé.

Les nouvelles recherches s’appuient sur du charbon de bois fossilisé provenant de l’île James Ross, au large de la pointe nord-est du continent. Au cours de la période du Crétacé, lorsque les dinosaures parcouraient la planète, l’Antarctique était couvert d’une forêt pluviale tempérée avec un ensemble diversifié de plantes et d’arbres, notamment des conifères et des angiospermes, une catégorie qui regroupe environ 300 000 espèces de plantes à fleurs.

Localisation de la péninsule Antarctique et de l’île James Ross. (c) Carte géologique de la partie nord-est de l’île James Ross, indiquant par une étoile la localisation géographique de la zone étudiée.

De minuscules fragments de charbon de bois fossilisé, mis au jour sur l’île James Ross, prouvent que ces plantes ont brûlé dans des feux de forêt.

Des microscopes électroniques ont révélé que le bois brûlé appartenait à d’anciens conifères appelés Araucariaceae.

Des charbons fossilisés montrent que l’Antarctique, autrefois tempéré, était souvent touché par des feux de forêt.

Cette découverte vient étayer la théorie selon laquelle l’Antarctique – tant ses îles que le continent principal – n’était pas étranger aux feux de forêt.

À l’époque, le continent aujourd’hui connu sous le nom d’Antarctique faisait partie du Gondwana, un supercontinent de l’hémisphère sud qui a commencé à se diviser en continents plus reconnaissables aujourd’hui, il y a environ 170 millions d’années.

Reconstitution des paléo-incendies en Antarctique au cours du Crétacé. Illustration de Maurilio Oliveira / Musée national, Université fédérale de Rio de Janeiro.

Bien que des incendies réguliers aient été la norme dans d’autres parties du monde au cours du Crétacé, l’étude suggère que l’ensemble de l’Antarctique était loin d’être à l’abri des feux de forêt de cette époque chaude.

Le Crétacé est une « période de « grands feux » bien connue dans le monde », écrivent les auteurs. « Le feu de forêt naturel – causé par des éclairs, des boules de feu, des étincelles et l’activité volcanique – était un phénomène régulier tout au long des temps géologiques », y compris sur un continent connu aujourd’hui pour sa glace.

En 2020, une expédition forant le plancher océanique près du pôle Sud a découvert le réseau de racines d’une ancienne forêt. Cette découverte révèle des températures étonnamment élevées dans l’Antarctique au cours du Crétacé et l’existence d’une riche forêt pluviale tempérée à seulement 900 km du pôle.

Alors que la chaleur géothermique de l’Antarctique était responsable de la fonte des glaciers, le Sahara, lui, était inondé de puissantes rivières.

Adaptation Terra Projects

Source : https://strangesounds.org/

(1286)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :