Dernières Infos

Un séisme de magnitude 5,2 secoue la caldeira de Toba dans le nord de Sumatra

Medan (ANTARA) – Un tremblement de terre de magnitude 5,2 a secoué samedi 27 mars 2021 la caldeira de Toba, au nord de Sumatra, à 15 h 46, heure en Indonésie occidentale (WIB), selon l’Agence de météorologie, de climatologie et de géophysique (BMKG).

À en juger par l’épicentre et la profondeur de l’hypocentre, le tremblement de terre a été causé par une activité de subduction, a déclaré le chef du Centre des tremblements de terre et des tsunamis de BMKG, Bambang Setiyo Prayitno, dans un communiqué samedi. La subduction est le processus par lequel une plaque tectonique océanique s’incurve et plonge sous une autre plaque avant de s’enfoncer dans le manteau terrestre. Ce processus se produit lorsque la lithosphère océanique en refroidissement devient plus dense que l’asthénosphère sous-jacente.

L’épicentre du séisme était situé sur un terrain à 11 kilomètres au nord-ouest de Balige, chef-lieu du district de Toba, à une profondeur de 137 kilomètres.

Le 14 mars un autre tremblement de terre modéré de magnitude 3,7 s’était produit en plein cœur de la caldeira du Toba à Sumatra sous l’île de Samosir. La secousse avait été ressentie le long de la côte proche de l’île. (Source: EMSC-CSEM).

Le séisme de ce 27 mars 2021 aurait probablement été ressenti par des personnes sur une échelle I-II d’intensité de Mercalli modifiée (MMI) à Samosir, a-t-il déclaré. Un tremblement de terre de MMI-II a été ressenti par certaines personnes et a fait trembler des articles légers suspendus, a-t-il ajouté.

Un séisme de magnitude 5,2 est considéré comme modéré et susceptible de causer des dommages considérables.

L’Indonésie se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique géographiquement active et détient environ 40 pour cent des réserves géothermiques du monde.

L’anneau de feu, ou la ceinture Circum-Pacifique, est la plus grande ceinture de tremblements de terre au monde en raison de lignes de faille allant du Chili au Japon et à l’Asie du Sud-Est, selon Live Science. (INE)

Les plaques océaniques qui plongent en subduction sont constituées de minéraux hydratés par métamorphisme hydrothermal en raison du long séjour qu’elles ont passé au fond des océans (en s’éloignant de la dorsale, l’eau pénètre profondément dans la lithosphère océanique par le biais des failles normales, et en ressortant une partie de cette eau est d’ailleurs à l’origine des fumeurs noirs). Parmi ces minéraux, on peut notamment citer les amphiboles hornblende, la chlorite, l’actinote, présentes dans le faciès schistes verts.

Lorsque la plaque plongeante atteint des profondeurs et des températures importantes, les minéraux hydratés deviennent instables. Ils subissent des transformations métamorphiques et perdent leur eau pour se transformer en minéraux de plus en plus anhydres. Ainsi, la plaque océanique plongeante se déshydrate en s’enfonçant, perdant l’eau qu’elle avait accumulée au cours de son éloignement à la dorsale. Cette eau de la plaque plongeante percole alors vers la plaque chevauchante.

Cette eau libérée abaisse le point de fusion de la péridotite de la plaque chevauchante, qui peut alors fondre partiellement (30 à 35 % de taux de fusion). Il y a alors formation de magma à la base de la plaque supérieure. Ce magma remonte à travers la plaque supérieure, s’enrichissant ainsi en divers éléments non-métaux et surtout en silice. Une preuve qu’il s’agit de la plaque chevauchante qui fond, et non de la plaque plongeante, est la composition chimique différente entre les roches qui subductent (basalte, gabbro) et les roches magmatiques qui résultent de la fusion. Ces roches magmatiques contiennent d’ailleurs de nombreux minéraux hydratés (comme les micas ou les amphiboles hornblende).

Le magma formé, visqueux, sera à l’origine de roches magmatiques plutoniques, ou intrusives (les granitoïdes), s’il n’atteint pas la surface ; ces roches (parmi lesquelles on peut citer la diorite, la granodiorite ou même parfois le granite) forment alors des plutons.

En revanche, si le magma atteint la surface, il est à l’origine d’un volcanisme explosif d’autant plus violent que le magma est visqueux, et de roches magmatiques volcaniques (comme l’andésite ou la rhyolite). Les zones de subduction sont ainsi à l’origine d’un volcanisme explosif intense (on parle parfois de volcans gris). Il s’agit d’un volcanisme avec une géochimie calco-alcaline. Les volcans de subduction s’alignent en général parallèlement à la zone de subduction, à une distance de l’ordre de 200 km de la fosse océanique. On appelle « arcs volcaniques » ces alignements de volcans.

Adaptation Terra Projects

Source : https://en.antaranews.com/ / https://fr.wikipedia.org/

(291)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :