Dernières Infos

Vers un monde stérile

credit iStock by Getty Images

Le nombre de spermatozoïdes semble diminuer partout sur la planète – et certains scientifiques pensent que cela pourrait constituer une nouvelle menace mortelle pour notre survie en tant qu’espèce.

Une nouvelle méta-analyse publiée dans la revue Human Reproduction Update a examiné plus de 250 études antérieures menées à travers le monde pour dresser un portrait du nombre de spermatozoïdes dans le monde au cours des 50 dernières années, et ses conclusions sont plutôt sombres.

Comme l’ont constaté les chercheurs en examinant les données de 1973 à 2018, le nombre de spermatozoïdes a diminué d’environ 1,2 % par an jusqu’en 2000, date à laquelle il a commencé à baisser encore plus rapidement, à environ 2,6 % par an.

Dirigée par le professeur Hagai Levine de l’école de santé publique Hadassah Braun de l’Université hébraïque de Jérusalem, la méta-analyse est une mise à jour des recherches effectuées par la même équipe en 2017, et se concentre davantage sur les hommes d’Amérique centrale et du Sud, d’Asie et d’Afrique, où les bases de données ne sont pas aussi solides qu’ailleurs.

« Aux États-Unis, en raison de la disponibilité de bonnes données, nous avons la plus grande certitude qu’il y a un déclin fort et durable », a déclaré Levine à USA Today, « mais c’est similaire au niveau mondial. »

Au-delà d’être simplement choquant en ce qui concerne la fertilité, le déclin du nombre de spermatozoïdes peut également être un indicateur de problèmes de santé – et ce sujet rend l’analyse d’autant plus troublante.

Néanmoins, certains médecins appellent à la prudence dans la consommation de ces données, qui, comme toutes les méta-analyses, sont censées dresser un tableau général plutôt que de se concentrer sur des individus.

« Nous ne comprenons pas pourquoi nous observons ce schéma, donc je pense qu’il est difficile d’être alarmiste pour un individu », a déclaré à USA Today le Dr Michael Eisenberg, urologue à Stanford spécialisé dans la fertilité masculine et la fonction sexuelle, qui n’a pas participé à l’étude. « Mais au niveau politique, cela devrait être un signal d’alarme pour essayer de comprendre ».

Le responsable de l’étude appelle également à l’action politique.

« Nos résultats servent de canari dans une mine de charbon », a déclaré M. Levine dans un communiqué. « Nous avons un grave problème sur les bras qui, s’il n’est pas atténué, pourrait menacer la survie de l’humanité ».

« Nous appelons de toute urgence à une action mondiale pour promouvoir des environnements plus sains pour toutes les espèces et réduire les expositions et les comportements qui menacent notre santé reproductive », a-t-il ajouté.

Compte tenu du nombre de menaces existentielles auxquelles l’humanité est confrontée, et d’un monde où l’insécurité alimentaire, la surconsommation et l’accaparement des ressources rendent la vie très difficile à la majorité des habitants de la planète, le concept de baisse du nombre de spermatozoïdes – ou du taux de natalité – peut sembler moins prioritaire que, disons, la dégradation du climat ou l’armement nucléaire.

Il n’en reste pas moins qu’ils pourraient être des indicateurs de problèmes plus importants – et tant que nous ne comprendrons pas mieux, il sera difficile d’appréhender le risque.

Adaptation Terra Projects

Source : https://futurism.com/

(148)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :