A la pêche aux tâches Solaires

Les sédiments au fond des fjords de la Colombie Britanique révèlent que le soleil peut conduire à un changement climatique, et que nous devrions nous préparer maintenant à un dangereux refroidissement global.

R. TIMOTHY PATTERSON, Financial Post – Canada
Publié le 20 juin 2007

Les politiciens et les écologistes donnent de nos jours l’impression que la recherche sur le climat qui change est un thème d’une grande découverte. Nous sommes assurés par des gens comme  David Suzuki, Al.gore, le premier ministre Stephen Harper que « la science est arrangée. » Au sommet du récent G8, la chancelière allemande Angela Merkel a même essayé de convaincre des chefs du monde de jouer Dieu en limitant des émissions d’anhydride carbonique à un niveau qui limiterait comme par magie l’élévation des températures du monde à 2°C.

La stabilité du climat n’a jamais été un état « normal » de notre planète. La seule constante réaliste au sujet du climat est le changement ; elle change continuellement et, parfois, très rapidement. Bien des fois dans le passé, les températures ont été bien plus élevées qu’aujourd’hui, et de temps en temps, les températures ont été plus froides. Aussi, récemment il y a 6.000 ans, il a fait 3° de plus qu’aujourd’hui. Il y a Dix mille ans, alors que le monde sortait du Younger Dryas un épisode glaciaire, les températures ont pris 6°C en une décennie — 100 fois plus rapidement que le réchauffement du 0.6°C de notre siècle qui dérange autant les écologistes.

La recherche sur le Climat qui change éclate maintenant littéralement avec de nouveaux résultats. Depuis le protocole de Kyoto en 1997, le champ a eu plus de recherche que pendant toutes les années précédentes combinées et les découvertes brisent complètement les mythes. Par exemple, personnellement et certains scientifiques de première classe que je travaille , nous avons trouvé uniformément d’excellentes corrélations entre les fluctuations régulières dans l’éclat du soleil et le climat terrestre. Ceci n’étonne pas. Le soleil tient le premier rôle dans la source finale de toute l’énergie que reçoit la planète.

Mon intérêt dans les discussions du climat qui change a été abordé en 1998, quand j’ai été placé par le Natural Sciences and Engineering Research Council stratégique à un projet de recherche pour déterminer s’il y avait des cycles réguliers dans la productivité des poissons de la côte ouest de l’Amérique. En raison de larges oscillations dans les populations des anchois, des harengs et de tout autre stock halieutique de la côte ouest d’un important commerce, les directeurs de la pêche établissaient des quotes-parts appropriées à la pêche. Une saison en cours, la pêche était bonne ; l’année suivante la pêche s’effondrait. Personne ne su vraiment  pourquoi ou comment prévoir la future santé de cette très importante ressource .

Bien que le climat ait été suspecté de jouer un rôle significatif dans la productivité marine, seulement depuis le début du 20ème siècle, ils ont des enregistrements précis de la pêche et de la température  dans cette région du Pacifique nord-est. Nous avions besoin d’indicateurs de la productivité des poissons depuis des milliers d’années pour voir s’il y avait des cycles de reproductions dans les populations et quels phénomènes peuvaient conduire à ces changements.

Mon équipe de recherche a commencé à rassembler et analyser des échantillons de sédiments des fjords canadiens occidentaux. Les régions dans lesquelles nous avons choisi de conduire notre recherche, Effingham Inlet sur la Côte Ouest de l’ïle de Vancouver, et en 2001 dans le complexe d’admission de Belize-Seymour sur la côte continentale de Colombie britannique, étaient parfaits pour ce type de travail. La topographie de ces fjords est telle qu’elles contiennent des bassins profonds qui sont sujets à peu de transfert d’eau à partir de l’océan qui est ouvert et ainsi l’eau du fond est relativement stagnante et contient peu d’oxygène. Par conséquent, les planchers de ces bassins sont la plupart du temps sans vie et les couches des sédiments s’accumulent année après année, ils ne sont pas perturbés sur plusieurs millénaires.

(Ici Diatomée)

En utilisant diverses technologies de dénoyautage (carottes), nous avons pu rassembler la valeur de plus de 5.000 ans dans la boue de ces bassins, avec les couches les plus anciennes venant d’une profondeur d’environ 11 mètres au-dessous du plancher du fjord. Il est clairement évident dans nos carottes de boue, se sont les changements annuels qui enregistrent les différentes saisons : correspondant à l’hiver frais et bien pluvieux, nous voyons des couches foncées composées la plupart du temps de saletés dans le fjord ; dans les mois chauds des étés nous voyons les balances de poissons et d’abondantes diatomées fossilisées  (la forme la plus commune du phytoplancton). Certaines années quand les étés chauds ont dominé le climat dans la région, nous voyons clairement des couches bien plus épaisses de diatomées et de poissons que nous notons en années plus fraîches. Nous voyons également une confirmation évidente que le changement normal du climat peut être dramatique. Par exemple, au milieu d’une tranche de 62 ans, il y a environ 4.400 ans, il y a eu une variation climatique dans seulement un couple de saisons dans des conditions chaudes, sèches et ensoleillées à une qui était la plupart du temps froide et pluvieuse pendant plusieurs décennies.

(Ici carotte de Sédiments)

Utilisant des ordinateurs pour calculer ce qui est mentionné car « une analyse d’une série chronologique » sur la coloration et l’épaisseur des couches, nous avons découvert des cycles qui se répétent dans la reproduction marine, une région plus grande que l’Europe. Spécifiquement, nous trouvons un très fort  cycle de 11 ans confirmé dans la totalité des sédiments. Ceci corrabore étroitement à un cycle bien connu de tache solaire de 11 ans, le cycle de « Schwabe », pendant lequel l’intensité du soleil change d’environ 0.1%. Les taches solaires, violentes donne l’assaut sur la surface du soleil, ont l’effet d’augmenter le rendement solaire, ainsi, en comptant les taches sur sa surface cela tient le premier rôle. Nous avons une mesure indirecte. De tels records ont été sauvegardés sur de nombreux siècles et correspond très bien à des changements de la reproduction marine que nous observons.

Dans les sédiments, la diatomée et les poissons trouvés, nous voyons également de plus longs cycles sur cette longue période, corrélant étroitement avec d’autres variations solaires régulières bien connues. En particulier, nous voyons les cycles marins de la productivité qui s’assortissent bien avec un cycle de 75-90 ans, cycle solaire de « Gleissberg « , un cycle de 200-500 ans cylce de »Suess » et le 1,100-1,500 ans « cycle de Bond ». La force de ces cycles est observer pour changer la météo pendant des millénaires. La variation de l’éclat du soleil au-dessus de ces plus longs cycles peut être beaucoup plus grande dans la grandeur que cela a été mesurée  du cycle de Schwabe et ainsi est vue pour effectuer la productivité marine d’une manière plus significative.

En effet, c’est avec précision ce qui a été découvert. Dans une série d’articles scientifiques inovateurs commençant en 2002, Veizer, Shaviv, Carslaw, et le plus récemment Svensmark et autres, ont collectivement démontré que pendant que l’activité solaire change, on tient le premier rôle de la couche protectrice du vent solaire, les quantités variables de rayons cosmiques galactiques de l’espace profond peuvent passer dans notre système solaire et pénétrer l’atmosphère de la Terre. Ces rayons cosmiques augmentent la formation des nuages qui combinent à un effet de refroidissement de la planète. Quand le flux d’énergie du soleil est plus important, non seulement nous connaissons un réchauffement de la Terre, mais le vent solaire est plus puissant pendant ces périodes de forte intensité, il bloque plusieurs des rayons cosmiques qui influe sur notre atmosphère. Les diminutions de la couverture nuageuse sont constatées et la terre se réchauffe encore plus.

L’opposé se produit quand le soleil est moins lumineux. Des rayons cosmiques peuvent traverser l’atmosphère de la terre, et plus de nuages se forment. La planète se refroidit plus. C’est avec précision ce qui s’est produit au milieu du 17ème siècle et au début du 18ème siècle. Quand l’absorption de l’énergie solaire sur notre atmosphère, comme l’indique le nombre de taches solaires, était à son minimum et la planète a été prise dans un petit age glaciaire. Ces nouveaux résultats suggèrent que les changements de l’intensité solaire aient eu comme conséquences le changement climatique actuel. Par comparaison, les variations de CO2 montrent peu de corrélation avec le climat de notre planète sur long terme, et même des échelles de temps plus courtes.

Les scientifiques solaires prévoient que, d’ici 2020, le soleil s’oriente dans son cycle solaire de Schwabe le plus faible depuis les deux derniers siècles, menant probablement à refroidir exceptionnellement les conditions sur Terre. Commençant à se projeter sur une adaptation à une période si fraîche, elle pourrait bien durer au delà d’un cycle 11 ans, de même que le petit age glaciaire. Cela devrait être une priorité pour les gouvernements. C’est un refroidissement global, et non pas un réchauffement, c’est la menace principale climatique au monde.

En attendant, nous devons continuer les recherches sur tout ceci, le thème le plus complexe que la science n’a jamais abordé.

R. Timothy Patterson is professor and director of the Ottawa-Carleton Geoscience Centre, Department of Earth Sciences, Carleton University.

sources : http://www.canada.com// http://ess.nrcan.gc.ca/

Adaptation, amélioration, extraits, traduction de la Terre du Futur

(135)

Laissez un message

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message