Dernières Infos

L’hiver 2022-2023

credit Pixabay License

Nous avons démarré ce nouvel automne météorologique depuis le 1er septembre. Pour ce qui concerne notre futur hiver 2022-2023, les prévisions saisonnières habituelles se profilent déjà. Les prévisions saisonnières de l’année dernière ont été très encourageantes par leurs fiabilités à hauteur de 70%. On peut revoir l’article ici.

La situation météorologique mondiale à quelque peu évolué par rapport à l’année dernière. Comme les années précédentes, nous allons nous pencher sur les indices à notre disposition et également sur la Nina qui joue un grand rôle comme nous l’avions déjà vu.

Un évènement a évolué du coté de la QBO qui est repassée en positive. Et comme nous l’avions vu ici influence grandement l’Amérique du Nord et l’Europe. Son mécanisme est expliqué ici ! Notre QBO actuelle étant très positive, elle devrait donc ralentir la circulation Brewer Dobson, « La circulation de Brewer-Dobson est un modèle de circulation atmosphérique proposé par Alan brewer en 1949 et par Gordon Dobson en 1956, expliquant pourquoi l’air tropical a moins d’ozone que l’air polaire, même si la zone tropicale de la stratosphère est l’endroit où la couche d’ozone atmosphérique est la plus produite. Il s’agit d’un modèle de circulation simple qui postule l’existence d’un lent courant qui redistribue l’air en hiver. », et par conséquent « centraliser » le vortex polaire sur notre prochain hiver. La QBO peut être retrouvée ici.

Sur ce qui se passe du coté de l’océan pacifique, la Nina est passée du Nina CP à EP et la tendance pourrait bien se poursuivre :

Voici les cartes sst en 1 mois sur le mois d’aout et septembre :

Le blob hyper chaud sur le pacifique Nord s’est atténué et déplacé sur le pacifique nord ouest. Il est grandement responsable de cet été hyper chaud sur l’Europe. Celui que les scientifiques surnomment « le blob » est une zone de chaleur anormale située dans une partie de l’océan Pacifique. Cette grande masse d’eau, localisée au large des côtes de l’Amérique du Nord, a été découverte à la fin de l’année 2013 et a continué à se propager et à se réchauffer au cours des années suivantes. A voir ici  et surtout ICI.. La situation météorologique devrait donc radicalement changer dans les mois qui nous arrivent et sur ce futur hiver.

L’activité solaire est en très forte hausse par rapport aux prévisions mais reste relativement encore faible par rapport aux cycles précédents :

credit Noaa

La méditerranée n’a toujours pas encore évacuée son excédent calorique emmagasiné tout au long de cet été très chaud sur l’Europe :

credit Noaa

Dans ces conditions, nous aurions un vortex polaire centralisé avec une Nina EP favorable au froid :

Les abords de la méditerranée devraient connaître de forts épisodes méditerranéens dans les semaines à venir. Cependant, une Nina EP avec des hautes pressions plus au nord favoriseraient des flux continentaux sur l’Hiver prochain.  Les fortes chaleurs océaniques de l’est du Canada favoriseraient encore plus un hiver en dessous des normes saisonnières sur l’Europe de l’Ouest. 

Nous aurions donc une fin d’automne et début d’hiver avec une tendance de renversement de situation météorologique, nous passerions de l’été à l’hiver assez subitement. Le climat continental a la particularité de connaitre des saisons très marquées avec une grande différence entre les températures estivales et hivernales. Les hivers sont froids et rigoureux, avec des chutes de neige non négligeables. Dixit lemondefr.

Le mois de décembre devrait être sous les normes saisonnières, froid, humide sur le sud, et enneigé sur les massifs. Cela serait sec sur la moitié nord de la France.
Sur le mois de Janvier, nous devrions avoir des flux Moscou-Paris et un grand froid devrait s’emparer de l’Europe de l’ouest et de la France. Des retours d’est sur la Méditerranée devrait largement blanchir les massifs alpins.

Cependant la QBO étant positive cette année, elle ne pourrait pas favoriserait un hiver qui s’étendrait sur les 3 mois cette année. Le flux continental pourrait se transformer en Zonal ou flux d’ouest sur le mois de février.

En terme d’humidité et pluviométrie, nous passerions donc d’un flux d’est sec à un flux d’ouest humide au cours de l’hiver. Cet hiver marquerait enfin un tournant hivernal et pas vu depuis 2012.

Cependant, on peut toujours s’attendre à des surprises, après tout la météo n’est pas une science exacte. La QBO pourrait réellement influencer une fin d’hiver sur la fin janvier. Un renversement de Nina EP vers une CP reste possible. Une chose est certaine, la situation actuelle reste très différente de l’année dernière, on vient de passer un été très chaud et caniculaire sur nos contrées. Bien différent de l’été 2021 qui fut classé comme « pourri ». Serait ce de même pour le futur hiver ? Si l’on croit la situation de l’océan pacifique, de la QBO, on peut dire Oui. L’hiver prochain sera très différent de ces dernières années.

Adaptation Terra Projects

(1888)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :