Dernières Infos

Les ruines d’une ville cachée vieille de 3 400 ans émergent après l’assèchement d’un barrage géant

Les fouilles sur la rive du barrage de Mossoul ; une pièce du palais de Kemune dans laquelle des peintures murales ont été trouvées. Université de Tübingen, Centre eScience et Organisation d'archéologie du Kurdistan.

L’emprise croissante du changement climatique sur notre planète révèle des secrets enfouis depuis des millénaires.

Ces derniers mois, l’Iraq a été particulièrement touché par une sécheresse extrême, le réservoir de Mossoul se réduisant à mesure que l’eau est extraite pour empêcher les cultures de sécher. Les traces de personnes et de civilisations disparues depuis longtemps du royaume des mortels émergent.

Au milieu de cette crise, les ruines d’une ville antique, submergée pendant des décennies, se retrouvent à nouveau sur la terre ferme. Le barrage ayant été créé dans les années 1980 avant que la colonie ne soit étudiée et cataloguée sur le plan archéologique, sa réapparition représente une rare opportunité pour les scientifiques de l’explorer. Le site archéologique a été baptisé Kemune.

Les ruines consistent en un palais et plusieurs autres grandes structures, datant de l’âge du bronze dans la région, il y a environ 3 400 ans. Les scientifiques pensent que les ruines pourraient être l’ancienne ville de Zakhiku, un centre animé de l’empire Mittani, qui a prospéré sur les rives du Tigre entre 1550 et 1350 avant notre ère.

Ce n’est pas la première fois que la ville émerge des eaux comme une Atlantide perdue. En 2018, les eaux du barrage se sont suffisamment retirées pour permettre aux archéologues de découvrir et de documenter les ruines, avant que le niveau de l’eau ne remonte et ne les recouvre à nouveau.

Ainsi, en décembre 2021, lorsque la ville a commencé à émerger à nouveau, les archéologues étaient prêts à sauter sur l’occasion et à profiter de cette deuxième brève fenêtre.

En janvier et février de cette année, l’archéologue Hasan Ahmed Qasim, de l’Organisation d’archéologie du Kurdistan, en Irak, ainsi que ses collègues chercheurs Ivana Puljiz, de l’université de Fribourg, et Peter Pfälzner, de l’université de Tübingen, en Allemagne, ont entrepris de cartographier la mystérieuse cité.

Les murs d’un bâtiment de stockage. (Universités de Freiburg et Tübingen, KAO)

En plus du palais qui a été découvert en 2018, les chercheurs ont trouvé d’autres structures intéressantes. Il s’agissait notamment d’une grande fortification avec un mur et des tours, d’un complexe industriel et d’un énorme bâtiment de stockage à plusieurs étages, tous datant de l’empire Mittani.

« L’énorme bâtiment de stockage est particulièrement important car d’énormes quantités de marchandises ont dû y être stockées, probablement en provenance de toute la région », explique Puljiz.

La préservation des murs en briques crues était plutôt remarquable, compte tenu du fait qu’ils étaient sous l’eau depuis plus de 40 ans, mais c’était le résultat de la chute plutôt brutale de la ville en 1350 avant notre ère.

Au cours de cette période, un tremblement de terre a dévasté la région, renversant les bâtiments, ce qui a entraîné la chute d’une couche protectrice de gravats sur les murs encore intacts, recouvrant leurs peintures murales et le contenu des bâtiments.

Fait fascinant, la ville a également livré quelques jarres en céramique contenant plus de 100 tablettes d’argile non cuites inscrites en cunéiforme, datant de l’Assyrien moyen, peu après le tremblement de terre.

L’équipe espère que ces documents pourraient contenir des informations sur les habitants de la ville, et peut-être même sur le tremblement de terre lui-même qui a entraîné sa disparition.

« C’est presque un miracle que des tablettes cunéiformes faites d’argile non cuite aient survécu à tant de décennies sous l’eau », a déclaré M. Pfälzner.

Le barrage a depuis été rempli, submergeant à nouveau la ville, mais des mesures ont été prises pour s’assurer qu’elle sera préservée pour de futures fouilles, lorsque l’eau se retirera à nouveau. Les ruines ont été scellées sous des couvertures en plastique qui empêcheront l’érosion et la dégradation dans les années à venir.

Entre-temps, ce travail frénétique a permis aux archéologues d’étudier des matériaux susceptibles de faire la lumière sur la vie des anciens Mittani qui vivaient dans la grande ville d’autrefois.

« Les résultats des fouilles montrent que le site était un centre important de l’empire Mittani », a déclaré Qasim.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(104)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :