Dernières Infos

Un Monde d’exodes

Avec les ouragans qui ont touché les USA et la Chine, on a pu voir des déplacements massifs de population. Les changements climatiques et leurs bouleversements entrainent des migrations massives de population. On n’hésite plus à déplacer 1 à 2 millions de personnes pour les sauver et les prévenir du risque causé par des monstres de la nature.

Malheureusement, de nombreux pays ne peuvent jouer cette carte. En effet, on a pu voir que Stan a tué plus de 700 personnes à travers l’Amérique centrale. Ces mêmes pays comme le Guatemala, le Bélize, le Panama ne peuvent pas se permettre un déplacement massif de leurs populations. Leur superficie étant trop petite quand un ouragan de plus de 500 km les frappent.

Le Portugal a échappé de justesse à l’Ouragan Stan. Quand aurait il été de la population portugaise si cet ouragan aurait été plus puissant ? Ainsi voici que l’environnement se dégrade sérieusement…

Environnement dégradé: 50 millions de personnes pourraient être forcées à l’exil

Une dégradation de l’environnement dans plusieurs régions du monde pourrait forcer jusqu’à 50 millions de personnes à devenir des réfugiés d’ici 2010, selon une étude de plusieurs experts des Nations unies publiée mardi.

« Il y a des craintes bien fondées selon lesquelles les populations fuyant des conditions environnementales invivables pourraient croître de façon exponentielle au cours des prochaines années, alors que la planète subit des effets du changement climatique et d’autres phénomènes comme la désertification », a expliqué Janos Bogardi, directeur de l’Institut universitaire des Nations unies pour l’Environnement et la Sécurité Humaine (UNU-EHS) dans un communiqué.

Pour lui, il est nécessaire que « cette nouvelle catégorie de ‘réfugiés environnementaux’ puissent trouver une place dans le cadre d’accords internationaux existant ».

« Nous devons mieux prévoir le niveau d’aide requise comme nous le faisons aujourd’hui pour les personnes déplacées à la suite d’une catastrophe naturelle soudaine » tels le tsunami en Asie en décembre 2004 ou le cyclone Katrina fin août dans le sud des Etats-Unis, a insisté le directeur de l’UNU-EHS basé à Bonn en Allemagne.

Alors que les victimes déplacées à la suite de catastrophes, de conflits armés ou d’autres violences bénéficient d’une mobilisation mondiale des secteurs privé et public pour leur apporter une aide financière, alimentaire et sanitaire, des millions de déracinés par une détérioration progressive de leur environnement reçoivent en comparaison très peu de soutien, a-t-il déploré.

Parmi les zones géograophiques à haut risque, ils ont cité l’avancée de plus de 10.000 km2 par an du désert de Gobi en Chine qui menace de nombreux villages, l’érosion accélérée des sols cultivables en Turquie et la salinisation de la moitié des terres arables irriguées en Egypte.

Le rapport note aussi que l’océan avale 65 km carré de côte annuellement en Louisiane dans le sud des Etats-Unis durement touchée par Katrina.

Ce document cite également une estimation selon laquelle jusqu’à 100 millions de personnes vivent dans le monde dans des zones côtières situées sous le niveau de la mer.

Le topic ouvert sur ce sujet est ICI

Finalement, nous assistons à une adaptation de l’Humanité à des conditions qui deviennent extrêmes. L’ouragan Wilma pose plus de questions que de réponses. Le Gulf du Mexique semble devenu ingérable avec une situation climatique de plus en plus difficiles pour les populations. Les déplacements de population semblent devenus courants en l’espace de 2 mois. L’adaptation humaine aux changements climatiques est très rapide et rassurant dans le même temps. Mais serions nous en train de connaitre un nouveau monde ? Un monde d’exodes !

Il semble de plus en plus certain que face à des dépressions d’envergure, l’Homme soit prêt à déplacer des millions de personnes, mais que fera t-il face à une saison entière à haut risque ? Il est pour le moment difficile de répondre à une telle question, sauf en analysant par exemple l’été 2003. Cet été là, la France a connu le pire des scénariis. En effet, c’est plus de 15000 personnes qui sont décédées d’une canicule exeptionnelle, l’exode fut impossible et l’adaptation insuffisante. Les personnes les plus fragiles ont payé un lourd tribu et les politiques ont été dépassés par les évènements. Quand sera t-il d’un hiver glacial si cela arrive ? Aujourd’hui certains météorologues avertissent que cet hiver pourrait bien faire autant de victimes que l’été 2003.

L’exode des populations en cas d’une saison dévastatrice pourrait bien déplacer les populations non pas à l’échelle d’un pays mais d’un continent. Ainsi l’immigration massive d’une scandinavie glacée qui durerait, pourrait pousser les habitants à immigrer très au sud. Le sud qui fait tout pour immigrer au nord, la tendance pourrait s’inverser si les conditions hivernales et infernales s’amplifiaient de saisons en saisons. Bienvenue dans un monde d’exodes.

source : AFP Wanadoo

(107)