Dernières Infos

Un cerveau vitrifié de 2000 ans découvert à Herculanum

LE CERVEAU EXPLOSÉ EN QUESTION. IMAGE : PIER PAOLO PETRONE, UNIVERSITÉ DE NAPLES-FRÉDÉRIC-II.

Le site archéologique d’Herculanum, près du Vésuve, n’a pas fini de livrer ses secrets. Les scientifiques viennent de faire une découverte incroyable sur le cerveau d’une victime de l’éruption.

C’est une découverte extraordinaire qu’ont fait des scientifiques. Il y a quelques mois, ils avaient mis au jour une victime de l’éruption du Vésuve, en l’an 79, sur le site archéologique d’Herculanum. En raison de la chaleur extrême, les analyses montraient qu’une partie du cerveau de la victime avait été transformée en verre. Mais les découvertes ne s’arrêtent pas là. Comme ils le révèlent dans une nouvelle étude publiée dans la revue PLOS ONE, les scientifiques affirment qu’ils ont trouvé des neurones dans ledit cerveau, des neurones vieilles de près de 2 000 ans.

Grâce à la microscopie électronique à balayage (SEM) et à des outils de traitement d’image avancés, Pier Paolo Petrone, anthropologue légiste à l’Université Federico II de Naples, et son équipe ont réussi pour la première fois à montrer des cellules neuronales parfaitement préservées dans les restes vitrifiés du cerveau et de la moelle épinière. « La découverte de tissus cérébraux dans d’anciens restes humains est un événement inhabituel, explique Pier Paolo Petrone dans un communiqué. Mais ce qui est extrêmement rare est la préservation intégrale des structures neuronales d’un système nerveux central vieux de 2 000 ans, dans notre cas avec une résolution sans précédent. »

La rapidité avec laquelle l’éruption du Vésuve a dévasté la région a permis la conservation de vestiges biologiques en les vitrifiant. « La découverte extraordinaire de structures neuronales anciennes parfaitement préservées a été induite par la conversion de tissus humains en verre, ce qui indique le refroidissement rapide des nuages ​​de cendres volcaniques chaudes qui ont frappé Herculanum au début de l’éruption », explique Guido Giordano, volcanologue à l’Université de Roma Tre dans un communiqué. De son côté, Pier Paolo Petrone ajoute que « les résultats de notre étude montrent que le processus de vitrification intervenu à Herculanum, unique en son genre, a gelé les structures neuronales de cette victime, les préservant intactes jusqu’à aujourd’hui ».

extrait et source https://www.geo.fr/

(310)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :