Dernières Infos

L’intensité des vents solaires au plus bas

L’intensité des vents solaires formés de particules éjectées de la couronne du soleil dans l’espace est au plus bas en un demi-siècle. Ce phénomène pourrait réduire le bouclier naturel protégeant contre une partie des rayons cosmiques.

L’intensité des vents solaires formés de particules éjectées de la couronne du soleil dans l’espace à 1,6 million de km/heure, est au plus bas en un demi-siècle, depuis que ce phénomène est mesuré de façon précise, ont indiqué mardi des scientifiques.

Ces dernières mesures proviennent de la sonde Ulysse, une mission conjointe entre la Nasa et l’Agence spatiale européenne (ESA).

Ce phénomène pourrait réduire le bouclier naturel fourni par l’héliospère, une vaste zone de plusieurs milliards de km de rayon où se propagent les vents solaires.

« Les vents de particules soufflant de la couronne solaire à de grandes vitesses créent une sorte de bulle protectrice ou héliosphère, autour du système solaire », explique Dave McComas, directeur du « Southwest Research Institute » à San Antonio (Texas, sud) et un des principaux scientifiques de la mission Ulysse.

« L’héliosphère affecte le fonctionnement de la Terre et a des inter-actions jusqu’aux confins même du système solaire où elle est en contact avec l’espace inter-stellaire », ajoute-t-il.

« Les données fournies par les instruments d’Ulysse indiquent que la pression globale des vents solaires est à son plus bas depuis le début de l’ère spatiale », précise l’astronome.

La frontière de notre système solaire, appelée l’héliopause, se situe là où les vents solaires ne sont plus assez puissants pour repousser les vents de particules provenant d’autres étoiles.

Cette région autour de l’héliopause agit comme un bouclier du système solaire contre une grande partie des rayons cosmiques provenant du cosmos.

« Avec l’intensité des vents solaires au plus bas, l’héliospère va très probablement diminuer en étendue et force », estime Ed Smith, responsable scientifique du projet Ulysse au « Jet Propulsion Laboratory » de la Nasa à Pasedena en Californie (ouest).

« Si cela se produit effectivement, plus de rayons cosmiques –venant d’autres endroits de notre galaxie la Voie Lactée (ndlr), vont pénétrer à l’intérieur du système solaire », explique-t-il.

Selon ces scientifiques, la cause de cette affaiblissement de l’intensité des vents solaires paraît être dû à un changement dans les flux magnétiques du soleil et la cause reste inexpliquée.

Ils notent aussi que l’intensité du champ magnétique du soleil a connu des fluctuation comparables dans le passé.

Un affaiblissement de l’intensité des vents solaires a un avantage en freinant moins les satellites autour de la terre ce qui leur permet de rester plus longtemps en orbite.

Le soleil connaît normalement des cycles d’activité de onze ans ou plus suivie d’une période d’un an de pause.

Mais les scientifique de la mission Ulysse ont relevé en septembre 2008 que le soleil était actuellement dans « une phase d’activité minimum prolongée » avec moins de tâches à la surface.

La période actuelle d’activité minimum se prolonge depuis l’été 2006 soit deux ans ou le double d’une phase normale de minima.

Ulysse arrive en fin de vie après plus de 17 ans en orbite de 539 millions de km autour du soleil.

La sonde a permis d’étudier les pôles du soleil, de mieux connaître ses effets sur l’espace environnant et de confirmer la théorie sur l’expansion continue de l’univers.

sources : http://www.france24.com /

(167)

Laissez un message