Dernières Infos

Trois exoplanètes potentiellement habitables

Des astronomes de l’Observatoire européen austral (ESO) ont découvert dans la constellation du Scorpion un système solaire « doté d’une zone habitable bien remplie », avec trois « super-Terres » où les conditions seraient compatibles avec l’existence d’eau liquide.

C’est autour de l’étoile Gliese 667C, d’une masse équivalente à un tiers de celle de notre Soleil, que l’équipe a fait cette trouvaille, à l’aide de l’instrument HARPS équipant le télescope de 3,6 mètres de l’ESO au Chili, indique l’organisation dans un communiqué.


Le système de trois étoiles auquel appartient Gliese 667C est abondamment étudié par les scientifiques. Non seulement il est dans le voisinage immédiat de notre système solaire (22 années-lumière) mais il est aussi étonnamment similaire. Il représente donc un candidat de choix pour la recherche d’exoplanètes potentiellement habitables.

« Nous savions, d’après des études antérieures, que l’étoile [Gliese 667C] était entourée de trois planètes, nous voulions donc vérifier l’éventuelle existence d’autres planètes », explique Mikko Tuomi de l’université britannique de Hertfordshire. « En ajoutant de nouvelles observations et en revisitant les données existantes, nous avons été en mesure de confirmer l’existence de ces trois corps et d’en découvrir de nouveaux », ajoute-t-il.

« DES SUPER-TERRES ROCHEUSES »

Au total, les astronomes ont donc identifié au moins cinq planètes, deux autres demandant encore à être confirmées. Le système serait notamment composé de trois « super-Terres », plus massives que notre planète mais moins que les géantes Uranus ou Neptune, et « vraisemblablement rocheuses ».

Elles occupent en outre la zone habitable de l’étoile, une mince bande située autour de l’étoile et au sein de laquelle l’eau est susceptible d’être présente à l’état liquide si les conditions sont réunies.

Gliese 667c n’est pas à ses premières trouvailles. Ce système est devenu réellement intéressant et il est d’ores et déjà admis qu’il va falloir se tourner vers d’autres observations pour en savoir plus.

L’heure de la découverte d’une « vraie » planète habitable se rapproche inexorablement. Pour rappel cet article daté de septembre 2010 : Découverte d’une planète habitable en mai 2011

D’après Arbesman et Laughlins, si les découvertes se poursuivent au même rythme, le sacré graal, la découverte d’une planète similaire à la Terre, c’était dès mai 2011. En effet, si on se penche sur les dernières découvertes on s’aperçoit que:

a) beaucoup de planètes ont été découvertes, pour la plupart des Géantes gazeuses, mais certaines petites et rocheuses (qui ressemblent donc à Neptune).

b) plus on découvre de planètes, plus on s’approche, statistiquement, de la découverte de celle qui pourrait être habitée.

Une fois ces données établies, on peut les analyser de différentes façons, et en tirer différentes conclusions. Si on suit la longue traîne des statistiques, les probabilités de découvrir une planète semblable à la Terre d’ici 2013 sont de 66%, et de 75% d’ici 2020. Mais la date médiane de découverte du jumeau terrestre est bien plus proche. Pour citer Arbesman and Laughlin, «en utilisant les analyses sur les planètes récemment découvertes, nous prédisons la découverte de la première planète semblable à la Terre dans la première moitié de 2011, la date la plus probable étant début mai 2011».

Aujourd’hui en 2013, les probabilités ont avancé et la découverte officielle se limite aux simples suppositions hypothétiques et à fortes potentielles.

sources : lamonde.fr et slate.fr



(175)

Laissez un message

Laissez un message