Dernières Infos

La variation naturelle au dessus du réchauffement climatique

peter-taylor

peter-taylorArticle de Julien – Un scientifique de l’environnement explique pourquoi la variation naturelle représente à elle seule le réchauffement climatique.

Dans son livre « refroidissement », l’environnementaliste et scientifique Peter Taylor explique pourquoi le consensus scientifique des causes et des effets du changement climatique n’est pas ce qu’il devrait être. Taylor décrit en détail pourquoi les modèles informatiques du climat sont extrêmement viciés et ne tiennent pas compte de la variation naturelle due à l’activité solaire, les nuages, les cycles atmosphériques, océaniques et les oscillations.


 

 

Taylor démontre que la prétendue contribution de l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone au réchauffement du dernier siècle est relativement faible par rapport au réchauffement calculé en raison de la couverture nuageuse qui a diminué et l’augmentation de l’activité solaire au cours de la même période. En fait, les effets solaires modulés par les changements de la couverture nuageuse peuvent à eux seuls rendre compte de toutes les parties du réchauffement observé, sans aucune influence présumée de gaz à effet de serre.

Synopsis d’Amazon:

Bien que le climat de la planète à subi de nombreux changements cycliques, « changement climatique » le terme de changement climatique a pris un sens sinistre, ce qui implique une catastrophe pour l’humanité, l’écologie et l’environnement. On nous dit que nous sommes responsables de cette menace, et que nous devrions agir immédiatement pour l’empêcher. Mais le consensus scientifique apparent sur les causes et les effets du changement climatique n’est pas ce qu’il semble être. « Chill » est une étude critique du sujet par un écologiste engagé et scientifique. Basé sur des recherches approfondies, il révèle une collusion d’intérêts troublants responsables de créer une compréhension déformée des changements dans le climat mondial. Les institutions scientifiques, en fondant leur travail sur des simulations informatiques erronées et des modèles, ils ont acquis une influence et un financement. En retour, ils se sont permis d’être dirigés par les besoins des politiciens et des lobbyistes pour de simples réponses, les slogans et les objectifs. La politique qui en résulte – une réduction de 60 pour cent des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050 – aurait un énorme, presque inimaginable, impact sur ​​le paysage, la communauté et la biodiversité. Sur la base de ses études des données satellitaires, la couverture nuageuse, l’océan et les cycles solaires, Peter Taylor conclut que le principal moteur du réchauffement climatique récent a été une combinaison sans précédent d’événements naturels. Il demande instamment l’abandon des politiques erronées qui tentent d’éviter d’inévitables changements naturels, à une adaptation à un climat qui peut devenir nettement plus froid.

Extraits édités à partir de l’examen du livre:

Les principaux éléments alternatifs qu’explique Taylor sur les causes du changement climatique sont les suivantes:

§ Les variations solaire de l’irradiante et des UV semblent capables de produire des tendances significatives, comme en témoigne la période de réchauffement médiéval, de 800 à 1300, le Petit Âge glaciaire de 1400 à 1700, le réchauffement récent de la 1800 et la stabilisation et refroidissement à partir de 2000. (Niveaux de dioxyde de carbone par comparaison ne parviennent pas à corréler avec un changement de température, sauf pour la période 1980 à 2000)

§ Les variations d’UV produits par le soleil ont démontré récemment qu’ils varier de manière significative au cours du cycle solaire de 11 ans et qu’ils ont des implications sur le vortex polaire et le courant-jet.

§ Les variations du spectre solaire semblent avoir la capacité d’affecter la couverture nuageuse.

§ La nature pulsée de l’énergie solaire peut être perçue comme une influence sur la température de surface des océans au cours du cycle de 11 ans, et peut-être aussi affecter la longueur de ces cycles.

§ Les océans sont soumis à des oscillations bien documentées, dont les principaux sont l’ENSO (El NiñoSouthern Oscillation), l’oscillation nord-atlantique, l’oscillation arctique et l’oscillation décennale du Pacifique, qui sont corrélées aux cycles solaires.

§ La plus grande partie de l’apport énergétique du soleil (les UV et l’irradiante) est contenu et stocké dans les océans tropicaux puis ensuite transporté par les courants océaniques via la circulation atmosphérique vers les pôles.

§ Le réchauffement de ​​la terre est fortement lié au transfert de chaleur par les vents et les précipitations depuis l’océan.

§ Depuis 1950, les phases de l’oscillation décennale pacifique ont coïncidé avec le refroidissement de 1945 à 1978 et le réchauffement planétaire de 1978 à 2000.

§ La perte rapide de glace en Arctique entre 2000 et 2007 peut s’expliquer par le retour de la phase chaude de l’oscillation Arctique et est comparable avec le réchauffement de l’Arctique de 1940, dans le cadre du cycle de 60 à 70 ans. (Il existe des preuves que la glace de l’Arctique a fondu plusieurs fois avant.) Ceci est également associé à une augmentation en Arctique de la couverture nuageuse, ce qui au niveau des pôles agit comme un isolant, ce qui accroît la fonte des glaces. (La couverture nuageuse à basse altitude dans les régions tropicales et subtropicales agit généralement dans le sens inverse, provoquant un refroidissement.)

§ Il existe des preuves solides que la majeure partie du réchauffement de 1980 à 2000 a été causée par la couverture nuageuse (plus faible) ce qui a augmenté l’apport UV et l’irradiante reçu par l’océan et les continents. La couverture nuageuse ​​montre des signes de changements liés à des oscillations océaniques ainsi que des pics et des creux des cycles solaires (éventuellement dirigé par les rayons cosmiques qui participent à la formation des nuages.)

Mais alors qui est Peter Taylor ?

Peter Taylor est un analyste en sciences et conseiller politique avec plus de 30 ans d’expérience en tant que consultant pour des ONG environnementales, les ministères et les organismes gouvernementaux, les organismes intergouvernementaux, la Commission européenne, du Parlement européen et les Nations Unies. Son champ d’expertise s’étend de la pollution et les risques d’accident des activités nucléaires, la pollution chimique des océans et de l’atmosphère, de l’écologie de la faune et de la conservation, à des stratégies d’énergies renouvelables au changement climatique. En plus de son travail consultatif, il a donné de nombreuses conférences dans les universités et les instituts de Grande-Bretagne, Allemagne, Suède, Etats-Unis et au Japon, en influençant la pensée et la carrière de plusieurs scientifiques de renom. Après des études de sciences naturelles à l’Université d’Oxford (et plus tard un retour pour étudier l’anthropologie sociale), il a fondé et dirigé l’Oxford Group, basé sur une politique de recherche en écologie et pionnier dans le développement de l’examen scientifique critique sur les questions environnementales, à la fois l’examen de la politique officielle et dans son utilisation comme outil de campagne pour des réformes juridiques tels que le principe de précaution (il était un défenseur de premier plan de ce à des conventions de l’ONU). Il a siégé à plusieurs commissions gouvernementales et les organismes consultatifs de recherche. De 2000 à 2003 il a été membre du bureau national du gouvernement du Royaume-Uni Groupe consultatif pour la Communauté de l’énergie renouvelable. En 2000, Taylor mis en place un nouveau groupe, Ethos (http://www.ethos-uk.com), à élaborer des programmes éducatifs en utilisant des techniques informatiques de pointe pour visualiser les changements dans le paysage rural. Après un examen approfondi des pratiques de conservation pour l’Association britannique des spécialistes de la conservation de la nature, il a publié Au-delà de la conservation: une stratégie de forêt au printemps de 2005, et a contribué à fonder et organiser le réseau de forêt pour les écologistes, les forestiers et les gestionnaires des terres. Il est un ardent défenseur de la réensauvagement politiques en conservation de la nature impliquant une intervention humaine minimale et la réintroduction de grands mammifères exterminés, et s’assied sur un groupe consultatif pour la gestion du Trust National et la Commission des forêts des terres dans le Lake District. À un certain moment, il a été membre des instituts professionnels suivants (reflétant son travail et les intérêts à des moments différents): l’Institut de biologie, de la British Ecological Society, la Société pour la protection radiologique, et l’Union internationale des radio-écologistes (au fois sur le comité de rédaction du Journal de radioécologie). Au cours de ses travaux sur la pollution marine et les industries dangereuses il deux modèles informatiques utilisés et évalués de façon critique de marin complexe et voies atmosphériques. Il est idéalement qualifié pour examiner et de synthétiser la science du climat dans de nombreuses disciplines, en prenant une vue plus large et plus avec un aperçu inégalé dans les rouages ​​de la science et de l’évolution de la politique dans les coulisses du débat public et donc de faire des recommandations qui respectent les éléments essentiels de la durabilité sociale et environnementale.

Ce qui confirme encore et encore avec des arguments écrits que le co2 anthropique n’a pas ou très peu d’impact sur le réchauffement climatique récent, et qu’il peut s’expliquer simplement par la variation de la couverture nuageuse sur Terre, influencé par la variation de l’activité solaire qui elle, influence grandement les oscillations océaniques, la circulation atmosphérique et donc océanique.

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

sources : http://hockeyschtick.blogspot.fr/ / http://www.whale.to/b/chill.html

http://www.amazon.com/Chill-Reassessment-Global-Warming-Theory/dp/1905570198

(79)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(79)

Laissez un message

.fb-comments,.fb-comments span,.fb-comments span iframe[style]{min-width:100%!important;width:100%!important}
!function(e,n,t){var o,c=e.getElementsByTagName(n)[0];e.getElementById(t)||(o=e.createElement(n),o.id=t,o.src="//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v8.0",c.parentNode.insertBefore(o,c))}(document,"script","facebook-jssdk");
%d blogueurs aiment cette page :