Dernières Infos

Quand les conséquences d’El Nino sur l’Arctique affolent les alarmistes du climat

Depuis plusieurs semaines, on assiste sur des sites à grande notoriété à un affolement d’une chaleur excessive sur l’arctique. Elle aurait une conséquence « désastreuse » sur la banquise. Que cela en déplaise à certaines personnes, ce qui suit est une analyse des plus simple que chacun aurait pu avoir. 

Dans cet alarmisme et affolement ambiant, voici ce que nous lisons depuis le début novembre 2016 :

Il se passe quelque chose d’inhabituel avec le climat de l’Arctique actuellement. Depuis une semaine, il a fait jusqu’à 17°C plus chaud qu’à l’habitude dans la ville polaire la plus éloignée. S’ajoute à cela le fait que l’expansion de la glace a encore une fois atteint un seuil critique. Que se passe-t-il avec l’Arctique? – source : meteomedia.com –

Nous avons régulièrement le graphique suivant qui est mis en avant sur d’autres médias :

Pourtant ce graphique représente toutes les banquises (pole nord et pole sud) !

Nous allons donc nous permettre d’analyser ce qui se passe réellement sur l’hémisphère nord. Mais que se passe t-il au pôle nord ? Voici le graphique suivant :

 banquise-2012-2016.jpg

source : http://ocean.dmi.dk/

On constate en effet que la banquise a rejoint le niveau de 2012. Nous sommes donc très loin du graphique de la banquise mondiale tant décriée ci dessus. 

Cette chaleur polaire actuelle est attribuée le plus couramment par le réchauffement climatique. Pourtant en analysant l’impact des El Nino et des Nina :

en comparant avec ce qui suit :

evol-banquise.png

Une certaine corrélation est à noter. 

Mais que s’est il passé en 1997 lors du dernier très puissant El Nino ?

el-nino-1997-chaleur-hauteslatitudes.jpg

Ce graphique est tiré du live « Dynamique de l’atmosphère et de l’océan » de l’école polytechnique. Avec les remerciements à chasseurd’orages37 pour cette image. 

On constate sur les graphiques des sst qui suivent une étonnante chaleur dans les hautes latitudes. Cette année là, un puissant El Nino est apparu et qui marquera les esprits pendant des années. 

image image

La conclusion s’oriente donc vers les conséquences de El Nino qui a impacté cette chaleur « inhabituelle » sur l’arctique. De plus, l’état de la banquise arctique est simplement revenue à son état de 2012. Il est à noter une baisse significative de l’épaisseur et de l’étendue de la banquise depuis les années 90, mais ce phénomène, en 2016, qui pourrait être impacté par le réchauffement climatique et certainement et également nettement plus impacté par El Nino en l’état actuel des choses. 

Il reste néanmoins que l’arctique reste une zone très fragile aux différents polluants qui pourraient venir s’y déposer. La faune est également fragilisée par l’impact humain qui est prêt à tracer de nouvelles routes maritimes. Cette hérésie prend certainement en compte des données récentes mais oublie que la météo n’est pas le climat et que le climat a des périodes cycliques qui ne sont pas sérieusement prises en compte par les modèles.  

La météo fait partie des phénomènes qui ont tendance à se répéter, il n’y a rien d’exceptionnel dans l’épisode actuel qui est « nouvellement » observé. Il faut un peu de recul et d’analyses et garder son sang froid. 

Adaptation TDF

(940)

Laissez un message