Dernières Infos

Quand la Nasa apporte son rapport sur la Dérive Nord Atlantique

Et voici un rapport qui pourrait être nouveau et pourtant il date de 2004. Ici la Nasa fait un constat avec un rapport sur le Gulf Stream et la Dérive Nord Atlantique.

Ainsi la Nasa dresse un bilan et se projette sur les impacts climatiques de l’Atlantique Nord. Un refroidissement doit être attendu à grande échelle quand les eaux de l’océan atlantique nord se réchauffent, l’attraction du courant doit se ralentir. Actuellement l’océan n’a jamais été aussi chaud. Dans le même temps, la salinité de l’océan atlantique nord ne joue pas le seul attracteur des courants atlantiques…

Le système de la circulation de l’Océan Atlantique Nord s’est affaibli considérablement vers la fin des années 90, comparées aux années 70 et aux années 80, selon une étude de la NASA.

Sirpa Hakkinen, auteur et chercheur au centre de vol spatial de Goddard de la NASA, Greenbelt, Md. et le co-auteur Peter Rhines, un océanographe à l’université de Washington, Seattle, croient que le ralentissement de ce courant océanique est une indication de changements dramatiques du climat du nord de l’Océan Atlantique. Les résultats de l’étude, dans un modèle du système qui déplace les eaux dans le sens contraire des aiguilles d’une montre d’Irlande à Labrador ont été édités sur Internet par la revue Science sur les sites Web de Science :

http://www.sciencexpress.org ou http://www.aaas.org

Le courant, connu comme  le gyre subpolaire est constitué du Gulf Stream et de son extension nord-ouest, du courant de Norvège, du courant de Groenland, du courant d’Irminger et du courant du Labrador. Il s’est affaibli dans le passé en liaison avec certaines phases d’un système à grande échelle d’une pression atmosphérique connu sous l’Oscillation Nord Atlantique  (NAO). Mais la NAO a commuté des phases par deux fois dans les années 90, alors que le gyre subpolaire a continué à s’affaiblir. Si la tendance fait partie d’un cycle normal ou du résultat d’autres facteurs liés au réchauffement global sont inconnus.

« C’est un signal d’une grande variabilité du climat dans les latitudes élevées, » Hakkinen dit. « Si cette tendance continue, elle pourrait indiquer une réorganisation du système du climat océanique, peut-être avec des changements du système entier du climat, mais avec nous, vous avez besoin de cinq à 10 années avant de dire qu’une chose pareille puisse se produire.» Rhines dit, « La zone sous-polaire de la Terre est un lieu primordial pour étudier le climat. Elle est comme une grande station centrale, avec autant de masses principales d’eau océanique qui traversent l’Arctique aux latitudes plus chaudes. Elles sont modifiées dans ce bassin arctique. Les modèles informatiques ont montré que le ralentissement et l’accélération du gyre sous-polaire peuvent influencer le système entier de la circulation d’océanique. »

Les données satellites permettent d’observer le gyre dans tout l’Atlantique nord. Les mesures profondes dans l’océan, à l’aide de bouées, de bateaux et du nouveau « robot » autonome Seagliders, sont importantes pour valider et compléter les données satellites. les données satellites de taille de Mer-surface sont parvenues par Geosat de la NASA de Seasat (juillet, août 1978), de la marine américaine (1985 1988), et du satellite européen 1/2 de la télédétection de l’Agence européenne de l’espace et de TOPEX de la NASA/Poseidon (1992 à aujourd’hui).

Hakkinen et Rhines pouvaient mettre en référence les premières données aux données de TOPEX/Poseidon, et traduisent les données satellites de la surface de la mer aux vitesses du gyre sous-polaire. Le gyre sous-polaire peut prendre 20 ans pour accomplir son itinéraire. L’eau chaude circulevers le nord à l’aide du Gulf Stream, après l’Irlande, avant qu’elle tourne proche de l’ouest de l’Islande et au bout du Groenland.

Le courant perd de la chaleur vers l’atmosphère pendant qu’il se déplace vers le nord. Les vents d’ouest absorbent cette chaleur perdue, créant un chauffage pour apporter des hivers européens plus doux. Après des hivers glacials en mer de Labrador, l’eau dans le courant devient froide, salée et dense, ainsi elle plonge sous la surface, et vire lentement vers le sud de nouveau vers l’équateur. Le cycle est sensible aux chemins de tempêtes hivernales et l’eau douce de la fonte glaciaire et des précipitations, qui éprouvent un grand changement.

Tandis que les études précédentes proposainent que les vents résultant de la NAO influençaient les courants du gyre sous-polaires, cette étude a démontré que les échanges thermiques de l’océan à l’atmosphère peuvent jouer un plus grand rôle dans l’affaiblissement du courant. Les données de taille en utilisant de Topex/Poseidon mer-surface, les chercheurs ont impliqué l’eau de mer du Labrador dans le noyau du gyre réchauffé pendant les années 90. Quand cela se réchauffe, cela réduit le contraste avec les eaux des latitudes méridionales plus chaudes, qui fait partie de la force d’entraînement pour la circulation océanique.

La relation NASA-CNES (agence française de l’espace) du satellite d’océanographie de Topex/Poseidon fournit des données de haute précision sur la taille de surface de l’océan mondial, une mesure principale de la circulation océanique et le stockage de la chaleur dans l’océan.

L’entreprise de science de la terre de la NASA est consacrée à la Terre en tant que système intégré et de l’application des Sciences du système de la Terre pour l’amélioration des prévisions climatiques, du temps et des risques normaux en utilisant la position avantageuse unique de l’espace. La NASA, l’administration océanique et atmosphérique nationale, et le National Science Foundation qui expérimentent de grands changements.

sources : http://www.nasa.gov / Traduit et adapté par la Terre du Futur

(86)

Laissez un message

Laissez un message