Dernières Infos

Le volcan F à l’origine de pierres ponces dans l’océan Pacifique

Depuis août 2019, une importante accumulation de pierres ponces a dérivé dans le Pacifique Sud-Ouest vers l’Australie. Des chercheurs du GEOMAR Helmholtz Center for Ocean Research Kiel (Allemagne), ainsi que des collègues du Canada et de l’Australie, ont maintenant identifié l’origine de ce radeau de pierres ponces. C’est un volcan sous-marin jusqu’ici sans nom dans les eaux tonganes. L’étude a été publiée dans l’International Journal of Volcanology and Geothermal Research .

Certaines éruptions volcaniques produisent un type de roche très poreux avec une densité si faible qu’elle flotte: la pierre ponce. Une quantité inhabituellement importante de cette espèce dérive actuellement dans le Pacifique Sud-Ouest vers l’Australie. Lorsqu’il a été aperçu pour la première fois dans les eaux de l’État insulaire des Tonga au début du mois d’août, il a presque formé une couche cohérente à la surface de l’océan. Le «radeau de pierre ponce» a fait la une des journaux du monde entier.

Volcano F
Divers volcans sous-marins ont été ciblés à l’époque comme source potentielle. Mais la preuve directe de l’origine exacte de la pierre ponce manquait jusqu’à présent. Les chercheurs publient maintenant des preuves qui identifient clairement le coupable. Il s’agit d’un volcan sous-marin jusqu’ici sans nom à seulement 50 kilomètres au nord-ouest de l’île tongienne de Vava’u. «Dans la littérature scientifique internationale, il n’apparaît que sous le numéro 243091 ou sous le nom de Volcano F», explique le Dr Philipp Brandl de GEOMAR, premier auteur de l’étude.

Ce n’est qu’en janvier de cette année que le Dr Brandl et plusieurs de ses co-auteurs travaillaient dans la région sur le navire de recherche allemand Sonne. L’expédition, nommée Archimède, visait à étudier la formation de nouvelles croûtes dans la région géologiquement extrêmement dynamique entre les Fidji et les Tonga. «Lorsque j’ai vu les reportages sur le radeau de pierre ponce dans les médias cet été, je suis devenu curieux et j’ai commencé à faire des recherches avec mes collègues», explique le géologue.

ESA Satellite Copernicus Sentinel-2
L’équipe a trouvé ce qu’elle cherchait sur une image satellite librement accessible. Sur une image du satellite Copernicus Sentinel-2 de l’ESA prise le 6 août 2019, des traces claires d’une éruption sous-marine active ont pu être vues à la surface de l’eau. Les images étant géoréférencées avec précision, elles ont pu être comparées aux cartes bathymétriques correspondantes du fond marin. «Les traces d’éruption correspondent exactement au volcan F», explique le Dr Brandl.

Adaptation Terra Projects

source : https://www.hydro-international.com/

(108)

Laissez un message