Dernières Infos

Le cycle climatique La Nina pourrait durer jusqu’en 2023

Le phénomène météorologique La Nina, qui a affecté les températures mondiales et aggravé les sécheresses et les inondations, va probablement se poursuivre pendant des mois, voire jusqu’en 2023, a averti l’ONU vendredi.

La Nina désigne le refroidissement à grande échelle des températures de surface dans le centre et l’est de l’océan Pacifique équatorial, qui se produit tous les deux à sept ans.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) de l’ONU a déclaré qu’il y avait 70 % de chances que l’événement La Nina – qui tient le globe dans ses griffes presque sans interruption depuis septembre 2020 – se poursuive au moins jusqu’en août.

« Certaines prévisions à long terme suggèrent même qu’il pourrait persister jusqu’en 2023 », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Si tel est le cas, il ne s’agirait que du troisième La Nina à triple creux – c’est-à-dire que le phénomène est présent pendant trois hivers consécutifs dans l’hémisphère nord – enregistré depuis 1950, a précisé l’OMM.

Ce phénomène a un impact considérable sur les conditions météorologiques dans le monde entier, généralement à l’opposé de celui d’El Niño, qui a un effet de réchauffement sur les températures mondiales.

La sécheresse dévastatrice qui ravage la Corne de l’Afrique et la sécheresse qui sévit dans le sud de l’Amérique du Sud « portent les marques de La Nina », a déclaré l’OMM.

Elle a également indiqué que les précipitations supérieures à la moyenne en Asie du Sud-Est et en Australie pourraient être liées à ce phénomène, tout comme les prévisions d’une saison des ouragans supérieure à la moyenne dans l’Atlantique.

Crédit : La Chaîne Météo

Elle a toutefois souligné que les effets des phénomènes climatiques naturels comme La Nina s’intensifiaient en raison du réchauffement de la planète.

« Le changement climatique induit par l’homme amplifie les effets des phénomènes naturels comme La Nina et influe de plus en plus sur nos régimes climatiques », a déclaré Petteri Taalas, chef de l’OMM, dans un communiqué.

Il a notamment souligné « l’intensification de la chaleur et de la sécheresse et le risque associé d’incendies de forêt, ainsi que des précipitations et des inondations record ».

Adaptation Terra Projects

source : https://phys.org/

(443)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :