Dernières Infos

Il y a quelque chose de différent dans les nuages en Antarctique, et cela pourrait avoir une grande importance

Une nouvelle étude révèle que les nuages qui se forment dans l’air glacial au-dessus de l’Antarctique sont différents dans la façon dont l’eau et la glace interagissent à l’intérieur d’eux, ce qui modifie la quantité de lumière solaire qu’ils renvoient dans l’espace, ce qui est important pour les modèles de changement climatique.

En combinant la modélisation, l’imagerie satellitaire et les données recueillies en volant à travers les nuages eux-mêmes, les chercheurs ont identifié un processus de production de glace « secondaire ». Cela signifie que les particules de glace entrent en collision avec des gouttelettes d’eau surfondues, les gelant puis les brisant, créant ainsi de nombreux autres éclats de glace.

Le terme technique pour cette séquence d’événements est l’éclatement du calcaire de Hallett-Mossop. Les nuages s’assombrissent, ce qui réduit la quantité de lumière solaire renvoyée dans l’espace et permet à une plus grande partie de celle-ci de pénétrer dans l’océan.

(Atlas et al., AGU Advances, 2022)

« L’océan Austral est un puits de chaleur mondial massif, mais sa capacité à prélever la chaleur de l’atmosphère dépend de la structure de température de la partie supérieure de l’océan, qui est liée à la couverture nuageuse », explique Rachel Atlas, spécialiste des sciences atmosphériques de l’université de Washington.

D’après les calculs des chercheurs, dans les nuages dont la température est comprise entre -3°C et -8°C, environ 10 watts par mètre carré d’énergie supplémentaire pourraient atteindre l’océan depuis le Soleil, ce qui est suffisant pour modifier sensiblement les températures.

La formation de glace à l’intérieur de ces nuages est très efficace, et la glace qui en résulte peut aussi tomber très rapidement dans l’océan. Cela réduit rapidement la quantité d’eau dans les nuages et modifie plusieurs de leurs caractéristiques clés du point de vue de la réflectance.

Ce qui se passe à l’intérieur des nuages affecte également leur forme, ce qui a des conséquences supplémentaires sur la façon dont ils protègent l’eau qui se trouve en dessous.

Tous ces facteurs doivent être pris en compte afin de produire des modèles climatiques aussi précis que possible.

« Les cristaux de glace appauvrissent entièrement une grande partie des nuages plus fins, ce qui réduit la couverture horizontale », explique M. Atlas.

« Les cristaux de glace épuisent également une partie du liquide dans les noyaux épais du nuage. Ainsi, les particules de glace réduisent à la fois la couverture nuageuse et assombrissent le nuage restant. »

Février est le pic de l’été en Antarctique, et à cette période de l’année, environ 90 % du ciel est couvert de nuages. Un quart de ces nuages sont du type couvert par cette étude – des nuages en phase mixte – de sorte que les potentiels effets ne doivent pas être sous-estimés.

À l’heure actuelle, seuls quelques modèles climatiques mondiaux prennent en compte l’éclatement du calcaire de Hallett-Mossop, ce que les chercheurs à l’origine de cette nouvelle étude aimeraient voir changer, afin que nous puissions avoir une compréhension plus détaillée de la façon dont le climat de la Terre évolue dans ses différents écosystèmes.

C’est une question qui a déjà été soulevée à plusieurs reprises : les modèles climatiques ne tiennent pas suffisamment compte de tous les différents types de nuages qui tourbillonnent autour du globe, de tous les différents processus qui se produisent à l’intérieur de ces nuages et de la manière dont les températures peuvent être affectées.

« Les nuages bas de l’océan Austral ne devraient pas être traités comme des nuages liquides », déclare Atlas.

« La formation de glace dans les nuages bas de l’océan Austral a un effet considérable sur les propriétés des nuages et doit être prise en compte dans les modèles mondiaux. »

Les recherches ont été publiées dans AGU Advances.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(322)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :