Dernières Infos

Des preuves montrent que les humains ont été des prédateurs supérieurs pendant 2 millions d’années

(Gallo Images-Denny Allen/Getty Images)

La cuisine paléolithique était tout sauf maigre et verte, selon une étude menée en 2021 sur le régime alimentaire de nos ancêtres du Pléistocène. Pendant 2 millions d’années, l’Homo sapiens et ses ancêtres ont abandonné la salade et se sont nourris de viande, ce qui les plaçait au sommet de la chaîne alimentaire.

Ce n’est pas tout à fait le régime équilibré à base de baies, de céréales et de steaks que l’on imagine quand on pense à la nourriture « paléo ». Mais selon des anthropologues de l’université israélienne de Tel Aviv et de l’université de Minho au Portugal, les chasseurs-cueilleurs modernes nous ont donné une fausse impression de ce que nous mangions autrefois.

« Cette comparaison est toutefois futile, car il y a 2 millions d’années, les sociétés de chasseurs-cueilleurs pouvaient chasser et consommer des éléphants et d’autres grands animaux – alors que les chasseurs-cueilleurs d’aujourd’hui n’ont pas accès à une telle abondance », a déclaré Miki Ben-Dor de l’université israélienne de Tel Aviv en avril de l’année dernière.

Des centaines d’études antérieures, portant sur des sujets aussi divers que l’anatomie et la physiologie de l’homme moderne ou les mesures des isotopes contenus dans les os et les dents de l’homme ancien, montrent que nous étions principalement des prédateurs de premier ordre jusqu’à il y a environ 12 000 ans.

Il est d’autant plus difficile de reconstituer la liste de provisions des hominidés qui vivaient il y a 2,5 millions d’années que les restes végétaux ne se conservent pas aussi facilement que les os, les dents et les coquillages des animaux.

D’autres études ont utilisé l’analyse chimique des os et de l’émail des dents pour trouver des exemples localisés de régimes alimentaires riches en matières végétales. Mais il n’est pas aussi simple d’extrapoler ces résultats à l’ensemble de l’humanité.

Nous pouvons trouver de nombreuses preuves de la chasse au gibier dans les archives fossiles, mais pour déterminer ce que nous avons récolté, les anthropologues se sont traditionnellement tournés vers l’ethnographie moderne, en partant du principe que peu de choses ont changé.

Selon Ben-Dor et ses collègues, c’est une énorme erreur.

« L’ensemble de l’écosystème a changé, et les conditions ne peuvent être comparées », a déclaré Ben-Dor.

L’époque du Pléistocène a été une période déterminante de l’histoire de la Terre pour nous, les humains. À la fin de cette période, nous nous sommes dirigés vers les coins les plus reculés du globe, survivant à tous les autres hominidés de notre branche de l’arbre généalogique.

(Miki Ben Dor)

Ci-dessus : Graphique montrant où se situait l’Homo sapiens sur le spectre des carnivores et des herbivores au cours du Pléistocène et du Pléistocène supérieur (UP).

Dominée par la dernière grande période glaciaire, la majeure partie de ce qui est aujourd’hui l’Europe et l’Amérique du Nord était régulièrement ensevelie sous d’épais glaciers.

Avec une telle quantité d’eau enfermée sous forme de glace, les écosystèmes du monde entier étaient très différents de ceux que nous connaissons aujourd’hui. De grandes bêtes parcouraient le paysage, notamment des mammouths, des mastodontes et des paresseux géants, en bien plus grand nombre qu’aujourd’hui.

Bien sûr, ce n’est un secret pour personne que l’Homo sapiens a fait preuve d’ingéniosité et d’une endurance hors du commun pour chasser ces énormes repas. Mais la fréquence à laquelle ils s’attaquaient à ces herbivores n’a pas été si facile à déterminer.

Plutôt que de s’appuyer uniquement sur les archives fossiles ou de faire des comparaisons ténues avec des cultures pré-agricoles, les chercheurs se sont tournés vers les preuves contenues dans notre propre corps et les ont comparées avec celles de nos plus proches cousins.

« Nous avons décidé d’utiliser d’autres méthodes pour reconstituer le régime alimentaire des humains de l’âge de pierre : examiner la mémoire conservée dans notre propre corps, notre métabolisme, notre génétique et notre constitution physique », a déclaré Ben-Dor.

« Le comportement humain change rapidement, mais l’évolution est lente. Le corps se souvient. »

Par exemple, par rapport aux autres primates, notre corps a besoin de plus d’énergie par unité de masse corporelle. Surtout lorsqu’il s’agit de notre cerveau, très gourmand en énergie. Notre temps social, comme lorsqu’il s’agit d’élever des enfants, limite également le temps que nous pouvons passer à chercher de la nourriture.

Nos réserves de graisse sont plus importantes et nous pouvons les utiliser en transformant rapidement les graisses en cétones lorsque le besoin s’en fait sentir. Contrairement aux autres omnivores, où les cellules graisseuses sont peu nombreuses mais de grande taille, les nôtres sont petites et nombreuses, faisant écho à celles d’un prédateur.

Notre système digestif ressemble aussi étrangement à celui des animaux situés plus haut dans la chaîne alimentaire. Un acide gastrique exceptionnellement fort est exactement ce dont nous avons besoin pour décomposer les protéines et tuer les bactéries nuisibles que l’on s’attendrait à trouver sur une côtelette de mammouth vieille d’une semaine.

Même nos génomes indiquent que nous dépendons davantage d’un régime riche en viande que d’un régime riche en sucre.

« Par exemple, les généticiens ont conclu que certaines zones du génome humain ont été fermées pour permettre un régime riche en graisses, alors que chez les chimpanzés, certaines zones du génome ont été ouvertes pour permettre un régime riche en sucre », a déclaré Ben-Dor.

L’argumentation de l’équipe est vaste, elle s’appuie sur des preuves de l’utilisation d’outils, des traces d’oligo-éléments et d’isotopes d’azote dans les restes paléolithiques, et de l’usure des dents.

Tout cela raconte une histoire où le niveau trophique de notre genre – la position de l’Homo dans le réseau alimentaire – est devenu hautement carnivore pour nous et nos cousins, Homo erectus, il y a environ 2,5 millions d’années, et est resté ainsi jusqu’au Paléolithique supérieur, il y a environ 11 700 ans.

À partir de là, les études sur les communautés de chasseurs-cueilleurs modernes deviennent un peu plus utiles, car le déclin des populations de grands animaux et la fragmentation des cultures dans le monde entier ont conduit à une consommation accrue de végétaux, qui a culminé avec la révolution néolithique de l’agriculture.

Cela ne veut pas dire que nous devrions manger plus de viande. Notre passé évolutif n’est pas un guide d’instruction sur la santé humaine et, comme le soulignent les chercheurs, notre monde n’est plus ce qu’il était.

Mais le fait de savoir où se situaient nos ancêtres dans le réseau alimentaire a un impact important sur la compréhension de tout, de notre propre santé et physiologie à notre influence sur l’environnement dans les temps passés.

Cette recherche a été publiée dans l’American Journal of Physical Anthropology.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(214)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :