Dernières Infos

La disparition de la Civilisation Minoenne

Au IIe millénaire avant notre ère, il y a 3600 ans, en plein cœur de la mer Egée, un volcan se réveille sous l’effet d’une violente poussée de magma. Une réaction en chaîne provoque une gigantesque explosion qui détruit l’île de Santorin, l’un des pôles les plus prospères des Minoens de Crète. Aujourd’hui, la disparition de la société minoenne est l’un des grands mystères du monde antique. Des tsunamis, qui auraient suivi l’éruption, aurait-il balayé une aussi brillante civilisation ?


 


 

Les Minoens apparaissent en Crète au début du IIIe millénaire. Mille ans plus tard, leur vie s’organise autour de palais, à Phaïstos, à Malia, à Zakros ou à Cnossos où de nombreuses statuettes et des bijoux témoignent de leur grande habilité. Leur commerce maritime rayonne sur la Méditerranée. Or vers –1700, tous les édifices s’effondrent lors d’un séisme. Rapidement, de splendides cités palatiales dotées de rues pavées sont reconstruites. Et en 1900, l’archéologue anglais Arthur Evans mets au jour, à Cnossos, le palais du légendaire roi Minos. Il situe la fin brutale de cette civilisation aux environs de –1450, date à laquelle apparaissent en Crète des envahisseurs préhelléniques venus du Péloponnèse : le Mycéniens.

L’archéologue grec Spyridon Marinatos élabore une hypothèse selon laquelle l’éruption du volcan de Santorin aurait provoqué la chute des Minoens. L’idée est encore acceptée de nos jours. En 1967, il met au jour une véritable Pompéi préhistorique, ensevelie sous six mètres de cendres. Ni restes humais ni objets de valeur. Les habitants avaient eu le temps de s’enfuir. L’archéologue date l’éruption aux environ de –1500, soit un demi siècle avant que les Mycéniens aient remplacée les Minoens.

Cette hypothèse sera cependant sérieusement mise en doute quelques années plus tard. A l’éruption du volcan, éructant un volume de magma équivalent à une trentaine de kilomètres cubes et dont les cendres et les particules forment une colonne qui se dresse sur 36 kilomètres, semble avoir succédé une autre catastrophe naturelle : plusieurs tsunamsi comme celui qui suivit l’éruption du Krakatoa en 1882 et qui ravagea les côtes indonésiennes, faisant 40 000 morts. De semblables vagues géantes auraient pu atteindre les côtes nord de la Crète, situées à plus de 100 kilomètres de Santorin. La côte Nord-Est porte les stigmates qui pourraient être celles de vagues géantes. Un tsunami consécutif à l’éruption aurait donc dévasté le nord de la Crète.

Voici ce que propose le documentaire suivant :



La civilisation engloutie – Les Minoens par 490BC


source : http://nepthtys.centerblog.net/

(449)

Laissez un message