Dernières Infos

Un monde totalement dépendant d’internet pour le meilleur ou le pire ?

Que se passe-t-il lorsqu’un archipel de 100 000 habitants subit une coupure d’Internet pendant près de deux semaines ? Réponse : les gens se parlent.

A quoi ressembleraient nos journées si nous étions privés d’Internet ? Voilà une question que l’on ose à peine se poser… Mais pour les 100 000 habitants des îles Tonga, c’est devenu une réalité lorsque, le 20 janvier dernier, Internet a cessé de fonctionner. Une panne qui a duré 13 jours, pour le pire… et le meilleur !

Des conséquences économiques désastreuses…
Le black-out, causé par la rupture du câble reliant l’archipel au reste du réseau mondial, a pris fin le samedi 2 février et chacun a pu reprendre le cours de sa vie. Mais pendant deux semaines, l’activité économique du pays, très largement dépendante de l’accès à Internet comme partout ailleurs, a subi de lourdes conséquences.

Les secteurs commerciaux et touristiques ont particulièrement été touchés. Les paiements par carte bleue ont été perturbés et les appels internationaux rendus impossibles. Par ailleurs, le système de transfert d’argent, très apprécié des expatriés, a également été impacté, privant un certain nombre de foyers d’une part substantielle de leurs revenus. Les pharmacies, elles aussi, ont connu des ruptures de stock très inquiétantes.

Dans la capitale, Nuku’alofa, certains opérateurs de télécommunication ont mis à disposition des connexions par satellite. Des files d’attentes se sont ainsi créées pour que chacun puisse, pendant quelques minutes, avoir accès à Internet. Leur débit très limité ne permettant pas d’accéder aux réseaux sociaux, certaines petites entreprises dont l’activité en dépend ont payé un lourd tribut.

… mais des bars bondés
Sans Facebook, YouTube ou autre réseau social, les habitants de l’archipel situé à près de 2 400 kilomètres au nord-est de la Nouvelle-Zélande ont dû improviser et revenir aux origines de la sociabilisation. Le retour au face à face et à l’art de la conversation. Joshua Savieti, un habitant des îles Tonga qui travaille dans les arts créatifs explique à l’AFP :

« On a dû apprendre à se parler sans messagerie Internet (…) En fait, je me suis dit que c’était plutôt pas mal d’être évincé de l’Internet, de reparler aux gens, d’aller dehors et de voir ce que tout le monde était en train de faire. Plein de gens sont sortis, ils allaient dans les bars, tout était plein ».

Cela ne fait que cinq ans que l’archipel est équipé de la fibre optique, un progrès qui a bouleversé les habitudes des habitants plus vite qu’ils ne l’auraient imaginé. Expérimenter ce trou noir digital pendant près de deux semaines aura eu l’avantage de leur faire prendre conscience de cette dépendance. L’occasion de ralentir le rythme et de se reconnecter plus simplement aux autres…

Et vous, que feriez-vous si Internet disparaissait pendant deux semaines ?

source : https://positivr.fr/

(195)

Laissez un message