Dernières Infos

Voyager 1, « Vers l’infini et au delà »….

Après des mois de résolution de problèmes et de patience, Voyager 1 est de nouveau en mesure de communiquer avec la Terre.

La vielle sonde spatiale de la NASA, située à environ 24 milliards de kilomètres de la Terre, a commencé à transmettre des données brouillées en novembre. Le 20 avril, les scientifiques de la NASA ont remis la sonde en service après avoir téléchargé un nouveau logiciel de navigation pour contourner une partie de la mémoire de l’ordinateur de bord qui était défaillante. Ils reçoivent maintenant des données sur l’état de santé de la sonde et espèrent recevoir à nouveau des informations de ses instruments scientifiques dans quelques semaines, a déclaré Suzanne Dodd, chef de projet de la mission au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie.

Cela implique que l’emblématique sonde pourrait être en passe d’être remise sur pied et de poursuivre son exploration de l’espace interstellaire.

Lancée en 1977, Voyager 1 a effectué une brève visite de Jupiter et de Saturne avant de quitter le système solaire. Voyager 1 et sa jumelle Voyager 2 sont les sondes spatiales qui fonctionnent depuis le plus longtemps. Elles sont désormais chargées d’étudier les particules solaires et les rayons cosmiques les plus lointains. Les sondes ont notamment surveillé l’évolution du champ magnétique solaire et la densité du plasma au-delà du système solaire, ce qui leur a permis d’obtenir des informations sur les zones les plus éloignées de l’influence du soleil.

« La sonde est vraiment remarquable par sa longévité. C’est incroyable », déclare M. Dodd. « Nous voulons que Voyager continue à fonctionner le plus longtemps possible afin de disposer d’un historique de ces changements.

Voyager 1 et 2, qui suivent des trajectoires divergentes, sont entrées dans l’histoire en franchissant l’héliopause en 2012 et 2018, respectivement (SN : 9/12/13 ; SN : 12/10/18). À près de 18 milliards de kilomètres du soleil, cette zone a longtemps été considérée comme la limite extérieure du champ magnétique de notre étoile et du vent solaire, la frontière avec l’espace interstellaire.

Selon M. Dodd, l’équipe scientifique a depuis lors fait des découvertes surprenantes (SN : 11/4/19). Ils ont notamment déterminé que l’héliosphère, l’énorme bulle d’espace dominée par le vent solaire, pourrait ne pas être sphérique mais avoir une ou deux queues, ce qui lui donnerait la forme d’une comète ou d’un croissant.

Grâce à Voyager, les scientifiques savent désormais que, malgré les attentes, le champ magnétique et les particules chargées du soleil restent importants même au-delà de l’héliopause, explique David McComas, astrophysicien de l’université de Princeton qui n’a pas participé à la mission.

Certaines théories prévoyaient un environnement serein dans les océans lointains de l’espace interstellaire, mais les Voyager continuent de traverser des vagues de particules chargées, ce qui indique que le champ magnétique solaire y exerce encore une certaine influence. De plus, les données des sondes ont montré comment les ondulations du champ forment des bulles à la périphérie du système solaire, ce qui est plus écumeux et dynamique que prévu.

Crédit photo : Caltech/NASA-JPL

D’autres missions ont commencé à s’appuyer sur les recherches de Voyager en matière de physique solaire. Il s’agit notamment de l’Interstellar Boundary Explorer (IBEX) de la NASA et de l’Interstellar Mapping and Acceleration Probe (IMAP), dont le lancement est prévu l’année prochaine. IBEX, en orbite autour de la Terre, mesure depuis 15 ans les particules à haute énergie pour cartographier l’héliosphère, tandis qu’IMAP sera en orbite entre le soleil et la Terre, ce qui lui permettra d’avoir une vue ininterrompue du soleil tout en surveillant les rayons cosmiques galactiques qui parviennent à filtrer à travers l’héliosphère.

« Il y a une énorme synergie entre les Voyager et IBEX et IMAP », déclare McComas, chercheur principal des deux dernières missions. « Nous avons tous eu très peur lorsque Voyager 1 a cessé de communiquer avec la Terre ».

Il faudra des décennies avant qu’une autre mission puisse accomplir ce que les Voyagers ont fait. La sonde New Horizons de la NASA a frôlé Pluton en 2015 et a poursuivi sa route (SN:8/9/18). Elle se dirige vers les confins du système solaire, mais sa vitesse de croisière est lente et elle sera à court d’énergie avant de pouvoir collecter des données au-delà de l’héliopause.

Les Voyager peuvent voler indéfiniment, mais la puissance de leurs instruments diminue. Au cours des prochaines années, la NASA en arrêtera certains pour conserver de l’énergie pour les autres.

Cela signifie que les jours de collecte de données scientifiques de Voyager 1 sont comptés. « C’est une mission très appréciée », explique M. Dodd. « C’est le vaisseau spatial de l’humanité et nous devons en prendre soin.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencenews.org/

(118)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.